08 avril 2017

KASAI CENTRAL: APPEL DE FONDS POUR LA POPULATION DU KASAI AFFECTÉE PAR LES MASSACRES DES MILITAIRES DE KABILA

maison du kasayi

La diaspora kasaienne   de Bruxelles s’était réunie le 1er avril dernier sous la direction de la maison du Kasayi (MDK) pour discuter de la situation d’insécurité et sur les massacres à grande échelle qu’opèrent les militaires envoyés par Kabila au Grand Kasai. Les participants ont d’abord déterminé les régions les plus touchées par ces massacres mais ne pouvaient pas, avec exactitude, donner le nombres de victimes. Pour le bon déroulement des travaux, trois commissions ont été créées: Une commission chargée de la collecte de données, une autre chargée de confectionner un plaidoyer ou mémorandum à transmettre aux institutions  internationales compétentes et enfin une commission chargée de l’aide urgente. Voir rapport: Rapport de la réunion du 01.04.2017final

L’appel a été lancé à toutes les Kasaiennes et tous les Kasaiens pour se cotiser afin de venir en aide aux sinistrés. Les coordonnées bancaires sont les suivantes: MDK IBAN BE07 0017 9230 4766 – BIC GEBABEBB. Vu la situation dramatique que traverse la population du Kasai, la Maison du Kasayi demande à tous les ressortissants du Kasai de bien vouloir apporter leurs contributions en utilisant ce compte bancaire.

Une autre réunion est prévue aujourd’hui 08 avril pour le suivi des travaux entrepris le 1er avril.

Lumbamba Kanyiki

Posté par lumbamba à 18:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


04 janvier 2017

KASAI CENTRAL: INSÉCURITÉ À KABUE. LE GRAND SÉMINAIRE TRANSFORMÉ EN CENTRE DE RÉFUGIÉS

IMG-20170103-WA0013_resized_20170103_100948043

Suite à l’insécurité provoquée par le chef coutumier Kayenga et ses miliciens le week-end dernier à Kabue, situé à 70 kilomètres de Kananga,chef-lieu de la province du Kasai central, les habitants ont trouvé refuge au Grand Séminaire de Kabue, dans l’indifférence des autorités provinciales. 

Les habitants du centre de Kabue à 70 kilomètres de Kananga, dans le Kasai Central n’ont pas fêté la nouvelle année 2017. Et pour cause, le week-end passé, le chef coutumier Kayenga et ses miliciens armés de fusils, des machettes et des couteaux les ont attaqués, chassés et poursuivis jusqu’au grand séminaire de Kabue où ils ont trouvé réfuge. L’abbé recteur Martin Bayamba, qui voulait faire la médiation a subi des menaces de mort de la part des miliciens. Les autorités provinciales qui ont été alertées au moment de l’attaque n’ont pas réagi jusqu’au moment où nous couchons ces lignes. Les réfugiés dorment dans les vérandas des bâtiments du Grand Séminaire. Ils n’ont ni eau potable ni nourriture. Le Grand Séminaire se trouvant, lui-même, dans des difficultés financières énormes et, qui ne sait pas nourrir ses étudiants, est débordé. Heureusement, les Grands Séminaristes sont pour le moment en vacances des Noel dans leurs familles respectives. Toute fois, la situation est ingérable. Il est grand temps que les autorités provinciales descendent à Kabue pour mettre de l’ordre et que la paix sociale revienne.

Le chef Kayenga et le chef Mbumba s’affrontent régulièrement dans la collectivité Muswaswa, à Kazumba dans des conflits fonciers. L’année passée, le gouverneur Alex Kande avait réussi à réconcilier les deux chefs dans une cérémonie organisée au Grand Séminaire de Kabue. Mais pour arrêter ces conflits récurrents, il faut comme le dit notre frère Jacques Nkongolo, une réponse globale recommandée par des experts. Il faut mettre les fils et les filles du Kasai autour d’une table pour une paix durable (voir http://kasaidirect.net/wordpress/?p=5491.) . Place aux images!

img-20170103-wa0001_resized_20170103_100945171img-20170103-wa0004_resized_20170103_100945929img-20170103-wa0006_resized_20170103_100946387img-20170103-wa0002_resized_20170103_100945445img-20170103-wa0003_resized_20170103_100945695img-20170103-wa0007_resized_20170103_100946638img-20170103-wa0012_resized_20170103_100947586sonyphoto-226
Lumbamba Kanyiki

Posté par lumbamba à 12:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 juin 2016

LA CONVENTION DES CONGOLAIS DE L’ETRANGER PLACE LES HOMMES DE DIEU DE LA DIASPORA FACE À LEURS RESPONSABILITÉS

intervention malekera

Hier, la salle de l’église la grâce de Dieu, située dans l’immeuble abritant les bureaux de l’AGK à Cologne-Ehrenfeld était pleine à craquer. Des Congolaises et Congolais venus de Suisse, de Belgique, de France et d’Autriche s’y étaient rassemblés dans un colloque organisé par la Convention  des Congolais de l’ Etranger en partenariat avec l’AGK (Afrikanische Gemeinde Köln). Il y avait aussi plusieurs prêtres et pasteurs venus de plusieurs villes d’Allemagne étant donné que les thèmes chosis tournaient autour du rôle des hommes de l’église dans la diaspora congolaise tant pour son intégration dans ses pays d’accueil que pour la reconstruction de la RDC.

Il y a eu plusieurs interventions parmi lesquelles nous retiendrons celles de monsieur Malekera et du pasteur Simon-Pierre Tshitungu. Monsieur Malekera, parlant du rôle des prêtres et pasteurs dans les défis d’intégration des Congolais de la diaspora, s’est basé essentiellement sur la mission de Moise dans sa double dimension d’homme spirituel et politique. Moise était homme de Dieu qui entretenait des bonnes relations personnelles avec Dieu, mais en homme politique, il s’était engagé corps et âme dans la libération du peuple israelien. Selon Malekera, « on ne peut pas se limiter au spirituel. Le spirituel, le social, le politique et l’économique vont ensemble dans le processus de libération ». Les prêtres et pasteurs d’origine congolaise devraient avoir la même attitude que Moise.

Le pasteur Simon-Pierre Tshitungu,  Pasteur, juriste de formation et ancien professeur, a tout simplement galvanisé son auditoire à travers son intervention magistrale en rapport avec le rôle des prêtres et pasteurs dans les défis de la reconstruction du pays. Usant son talent d’orateur et de pédagogue, le pasteur Simon-Pierre a démontré à l’assistance l’importance de la responsabilité de la diaspora dans le travail de reconstruction de la RDC. Car, ceux qui sont sortis du pays sont mieux placés, au vu des expériences récoltées à l’extérieur, pour aider ceux qui sont au pays à ouvrir les yeux et à porter un autre regard sur les problèmes qui se posent dans le pays. En cela, les hommes de Dieu, comme tous les autres Congolais, ont un grand rôle à jouer. Il a stigmatisé les prophètes de palais qui ont toujours caressé le gouvernants dans le sens des poils et a démontré que « l’Eglise de Jésus-Christ n’est pas au milieu du village et n’a jamais été au milieu du village ». Toujours selon le pasteur Tshitungu, « si c’était cela, on n’aurait pas coupé la tête de Jean-Baptiste. On a coupé sa tête parce qu’il voulait moraliser un roi ». D’après le pasteur Simon-Pierre, les serviteurs de Dieu congolais devaient se former et comprendre à travers « la critique tridimensionnelle de la théologie politique » (critique de la théologie, critique de l’Eglise et critique de la société en vue de sa transformation). L’étude de la théologie politique nous fait comprendre que le serviteur de Dieu doit être aussi politique. La vie de Jésus était un traité de théologie polititque: Il était toujours du côté des faibles et des défavorisés et pour la justice sociale. 

Le thème de l’intégration de la diaspora dans ses pays d’accueil a suscité beaucoup d’intérêts au sein de la même diaspora. En effet, si la diaspora congolaise arrive à trouver sa place au sein de ces pays, elle pourra constituer une force vitale et financière dont les retombées seront positives pour la RDC, á l’instar des autres diasporas déjà installées en Europe comme la diaspora juive.

Le colloque d’hier à Cologne est le quatrième à être organisé par la Convention des Congolais de l’Extérieur sous la direction de madame Séverine Tshiminyi Mbuyi, après celui de Fribourg, du Luxembourg et de Bruxelles. Les résolutions de ce colloque seront communiquées ultérieurement.

Colloque de la CCE en images:

assistance1intervention malekerabeckyabbé panumoment de partageentrée tonton bozé

Lumbamba Kanyiki

Posté par lumbamba à 21:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 octobre 2015

LUBUMBASHI : L’UNADEF DÉNONCE LE LICENCIEMENT ABUSIF DES MEMBRES DU G7 DE L’ADMINISTRATION PUBLIQUE

Radio Okapi

Katanga ASS pro

L’Union nationale des démocrates fédéralistes (Unadef) dénonce le licenciement abusif des membres de son parti et ceux du Palais de justice à Lubumbashi (Katanga). Il a notamment déploré le licenciement de Mme Kafwena, responsable du marché à qui les responsables de service de sécurité locaux ont demandé de quitter son poste.

Mardi dernier, les vendeurs du marché Mzée Kabila de Lubumbashi ont exigé la réhabilitation de leur représentant, Stori Mwamba, destitué par les autorités locales. Les forces de sécurité ont scellé son bureau, alors qu’il travaillait et l’ont escorté de force vers un poste de commissariat.

Les vendeurs de ce marché ont estimé que Stori Mwamba est démis de ses fonctions parce qu’il serait membre de l’Union nationale des Fédéralistes du Congo (Unafec), un parti politique membre de G7.

«Nous assistons aujourd’hui aux licenciements y compris des gens qui sont au marché parce que les services de sécurité se sont mués en services intimidateurs pour les membres des partis politiques qui sont membres du G7», a affirmé Christian Mwando.

Selon lui même si le G7 a quitté la MP, cela n’est pas une occasion pour renvoyer ses membres de l’administration publique.

«Nous sommes des adversaires politiques, nous ne sommes pas d’ennemis. La République, nous l’aimons tous. Chacun ayant ses idées nous ne sommes pas ici pour nous entretuer, ou pour nous bagarrer. Mais chacun selon ce qu’il pense nous essayons chacun à sa manière de voir comment nous pouvons aider notre République», a ajouté Christian Mwando.

Posté par lumbamba à 13:56 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

11 octobre 2015

DIASPORA: LES COMBATTANTS SE REMETTENT EN ORDRE DE BATAILLE

réunion combattants 10

Hier, samedi, le 10 octobre, le centre de jeunes de Cologne-Ehrenfeld était plein comme un oeuf. Les patriotes-résistants, ces jeunes congolais qui militent pour le départ de Kabila, estimés à environ trois cents, avaient répondu à l’invitation lancée  par Alain Muntumosi et son équipe de combattants d’Allemagne. Ils étaient venus de France, de Belgique, de Hollande, d’Angleterre et bien sûr de tous les Etats d’Allemagne Fédérale, délégués par leurs organisations respectives. L’ordre du jour comportait trois points, à savoir l’évaluation de la marche de juillet à Bruxelles, l’évaluation de la marche de Paris et la création d’un comité de coordination provisoire. Si les deux premiers points n’ont pas suscité beaucoup de discussions, le troisième a été débattu de 19 heures jusqu’à 01 heure du matin.

Selon les intervenants aux deux premiers points de l’ordre du jour, les deux rencontres de juillet et d’Août ont été un grand succès. Les combattants se sont félicités de la reprise de leurs activités que beaucoup croyaient mortes. Ils se sont promis de multiplier d’autres actions pour que Kabila dégage. D’après eux, plutôt que de s’organiser pour une alternance paisible, Kabila et ses thuriféraires sont en train d’appliquer la politique de la terre brûlée. C’est pourquoi ils ont juré de ne pas assister inactifs à l’inanition de la nation. « Les autres peuvent croire aux élections en 2016. Selon nous, les élections n’auront pas lieu et même si elles auront lieu, elles ne seront pas transparentes et crédibles, car Kabila est dans la logique du glissement. Le soulèvement populaire avant 2016 s’impose « , ont-ils conclu.

Le troisième et dernier point a suscité des émotions et entraîné un débat houleux et très animé. Nous avons compté plus d’une vingtaine d’intervenants! Plusieurs étaient d’accord pour la formation d’un comité directeur provisoire. Quelques-uns sont revenus sur les expériences passées et étaient prudents, voire sceptiques pour la création d’un comité. Plusieurs encore ont insisté sur les maux qui freinent le combat, à savoir la haine, la jalousie, le tribalisme et la recherche des intérêts personnels au sein des organisations des combattants.

Autour de 23 heures, sur proposition de l’assemblée, les membres qui avaient convoqué la réunion et qui, jusque-là faisaient la modération, furent reconduits comme premier noyau du comité provisoire. Ils devaient être rejoints par cinq membres de chacun de cinq pays en présence, ci-haut cités. C’est finalement à 01 heure du matin que le comité de coordination provisoire à été présenté à l’assistance. Une déclaration finale a été lue dans laquelle les combattants ont renouvelé leur engagement à lutter pour la libération du Congo, libération qui doit passer par le départ de Kabila et des Rwandais du pouvoir.

Commencée à 17 heures, la réunion s’est terminée à 01 heure 30. Elle a été interrompue trois fois: une fois à 19 heures pour une petite pause de trente minutes. Elle a été interrompue une deuxième fois à 22 heures pour une collation et la troisième fois pour que chaque pays se choisisse ses membres devant faire partie du comité provisoire.

Nous félicitons le grand patriote résistant Alain Muntumosi et toute son équipe pour l’accueil et l’organisation.

Quelques images de la réunion:

réunion combattants 10.10.15réunion combattants1_ 10.10.15réunion combattants 10.10.15 denis

Lumbamba Kanyiki

Posté par lumbamba à 15:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


06 octobre 2015

LE SILENCE DE L’UDPS SUR LA SITUATION POLITIQUE ACTUELLE INQUIÈTE

 

udps logo

drapeau udpsExclusion des membres du G7  de la majorité présidentielle suivie des démissions en cascade du gouvernement , de l’Assemblée Nationale et du Sénat, démission de Moise Katumbi de son poste de gouverneur et de la majorité présidentielle, annonce du projet de loi sur le référendum sont des sujets d’actualité qui font couler beaucoup d’encre et de salive dans la classe politique congolaise. Les ténors de l’opposition sont montés au créneau pour exprimer, chacun,  leurs points de vue. Mais curieusement, de l’UDPS, on observe un silence-radio. Doit-on déduire qu’à l’UDPS, les dirigeants de ce parti considèrent comme Lambert Mende, toutes les démissions et la débandade à la majorité présidentielle comme un non-évènement?

Il est vrai que le Président Tshisekedi en convalescence ne puisse pas s’exprimer à partir de la Belgique sur la situation actuelle du pays, mais que fait le Secrétaire Général Mavungu? Du temps de Jacquemin Shabani, l’UDPS était dynamique et faisait entendre sa voix à chaque fois que la situation l’exigeait. Nous n’avons cessé de dénoncer l’incompétence de Mavungu qui fait, à chaque fois, une très mauvaise lecture de la politique du pays. Lorsqu’au mois de janvier, tous les autres amis de l’opposition s’organisaient pour manifester contre le projet de loi électorale qui conditionnait les élections au recensement de la population, l’UDPS ne se sentait pas concernée. Toute fois, la dite manifestation fut un succès, même sans sa participation. Et lorsque plus tard, Mavungu appela le peuple dans la rue, il essuya un échec cuisant. Car, personne ne le suivit.

Dernièrement, presque toute l’opposition s’oppose au dialogue avec Kabila dont le mandat arrive à la fin en novembre 2016. D’après elle, le dialogue présentait le risque de déboucher sur le gouvernement de transition et faciliter le glissement de Kabila au-delà de son mandat. L’UDPS, qui voulait à tout prix, le dialogue pour réclamer son impérium, s’est entêtée pour finir par se retirer des dégociations, suite à la proposition de participation au gouvernement d’union nationale faite par la majorité présidentielle. Encore une mauvaise lecture.

Il est grand temps que l’UDPS se réorganise si elle veut rester le premier grand parti politique de la RDC et le fer de lance de la lutte pour la démocratie en République Démocratique du Congo.

Lumbamba Kanyiki

Posté par lumbamba à 17:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 septembre 2015

Cologne-Rencontre de l’association des parents de la NRW avec les associations des migrants: Aide au financement des association

Cologne -Rencontre de l’association des parents de la NRW avec les associations des migrants: Aide au financement des associations

rencontre 19 septembre 15_8

Devant une assistance estimée à une trentaine de personnes provenant de plusieurs associations, monsieur Peter Ivankovic a expliqué dans les moindres détails le nouveau programme élaboré par le gouvernement de la Rhénanie du Nord pour soutenir les associations des migrants. En résumé, il a parlé de trois sortes d’aides: Il y a d’abord l’aide « coup de pouce » pour les associations n’ayant pas encore dépassé cinq ans d’existence. Cette aide peut aller jusqu’à 6000 Euros. Elle est concue pour aider les nouvelles associations à s’équiper et à bien démarrer. Ensuite, les associations des migrants déjà établies peuvent bénéficier d’une aide aux projets qui peut aller jusqu’à 15000 Euros. Elle est accordée sur base d’un projet bien défini et défendu. Enfin, une aide pour amélioration de la qualification des membres dont le montant peut varier en fonction des dites qualifications.

Le programme court sur une année. Les dépôts des demandes d’aides sont à adresser au Bezirksregierung Köln pour les associations établies à Cologne, la date limite étant le 30 octobre 2015. Les premiers versements pour les demandes acceptées auront lieu à partir de mars 2016.

Le docteur Mukuna lance un appel à ceux qui ne pouvaient pas assister à cette rencontre de bien vouloir prendre contact avec l’AGK pour avoir plus de détails sur le programme d’aide pour l’année 2016-2017. Car, avec ce programme, l’occasion est donnée à toute association des migrants de s’organiser pour que ses membres puissent trouver leurs places au sein de la société, s’y installer et se sentir à l’aise. Il est dommage que beaucoup de Congolais ne puissent pas prendre au sérieux les invitations qui leur sont envoyées.

Quelques images de la rencontre:

rencontre 19septembre 15_2rencontre 19 septembre 15_4rencontre 19 septembre 15_3rencontre 19 septembre 15_7rencontre 19 septembre 15_5rencontre 19 septembre 15_6rencontre 19septembre 15

Lumbamba Kanyiki
www.kasaidirect.net

Posté par lumbamba à 15:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 août 2015

LES CHEFS DES GROUPEMENTS BAKWA TSHIKONGA ET BAKWA KALUME FUMENT LE CALUMET DE LA PAIX

alex kande (3)

Les chefs des groupements Bakwa Tshikonga et Bakwa Kalume, dans le territoire de Dibaya, fument le calumet de la paix après un conflit qui a fait deux morts, plusieurs blessés et des dégâts matériels importants le 10 juillet dernier.

Sous les efforts du gouvernement provincial, les deux chefs des groupements ci-haut cités se sont réconciliés et ont enterré la hache de guerre. Pour couronner cette réconciliation, ils ont été invités à une rencontre avec le gouverneur Alex Kande Mupompa au gouvernorat du Kasai Occidental. Le député national Clément Kanku a aussi pris part à cette séance de travail .

Prenant la parole devant la presse, le député national Clément Kanku, élu de Dibaya, a salué les efforts du gouvernement provincial pour amener la paix dans cette partie de la province et a souhaité une paix durable entre les deux peuples. Article à lire dans son intégralité sur www.kasaidirect.net

Kasai Direct

Posté par lumbamba à 23:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 août 2015

LA DC LANCE LA CAMPAGNE » CONGO DÉSIR «

 

Diomi Ndongala 1

Le secrétaire général de la Démocratie chrétienne (DC), Freddy Kita, a procédé, le lundi 18 août dernier à Paris, au lancement de la campagne » Congo Désir « . 

Freddy Kita explique que le bien-fondé de cette campagne est d’endiguer la crise politique, sécuritaire, économique et sociale en République Démocratique du Congo qui ne fait que s’aggraver. Pour la DC, cela constitue une menace aussi bien pour la population congolaise que pour les autres peuples d’Afrique.

La formation politique chère à Eugène Diomi Ndongala craint que la Majorité présidentielle multiplie des stratégies du chaos afin de se maintenir au pouvoir au delà de son deuxième mandat, alors qu’il s’était déjà prévalu d’un mandat » de fait « , de 2001 à 2006 et de deux » mandats électifs contestés « . «

Les stratégies ourdies par ses laboratoires diaboliques visent ce qu’on appelle à Kinshasa le »glissement » qui en réalité devrait être défini, plus correctement, comme la tentative d’un coup d’état permanent visant à se pérenniser à la tête de l’état congolais, confisquant le pouvoir qui appartient au peuple souverain « , dénonce ce parti de l’Opposition.

Le SG Freddy Kita estime que l’impasse politique actuelle est caractérisée par l’absence d’un véritable processus électoral, l’absence de dialogue politique ainsi que la répression politique dont la manifestation la plus évidente est la présence de nombreux prisonniers politiques et d’opinion dont la faute consiste à réclamer plus de liberté, plus de démocratie et le respect de la Constitution en vigueur.

En ce moment, en RDC, poursuit-il, une politique-spectacle est mise en place pour essayer de convaincre surtout la communauté internationale que la RDC est en train d’organiser des élections, alors qu’un véritable et cohérent processus électoral est complètement absent, le calendrier électoral élaboré par l’actuelle Commission électorale nationale indépendante est déjà caduc, dépassé et atomisé alors que les ressources financières budgétisées depuis 2012 pour les élections (plus de 700 millions de dollars) ont été détournés.

D’ailleurs, rappelle-t-il, certaines voix se sont levées pour qu’un dialogue politique se tienne afin qu’on puisse organiser les élections les plus importantes dans le respect du délai constitutionnel.

Mais après avoir compris que la majorité de l’opposition et des forces vives de la nation s’opposent à toute idée de prolongation du mandat au-delà de 2016, le pouvoir en place hésite et plonge le pays dans une impasse politique caractérisée par l’absence aussi bien de dialogue politique que d’élections.

Pour la DC, le peuple congolais ne pourra accepter plus longtemps cette situation de tentative de coup d’Etat permanent qui passe, entre autre, par le démembrement de certaines provinces, sans préparation financière ni logistique, qui risque de constituer un obstacle insurmontable pour la tenue des élections provinciales et locales, libérant des forces centrifuges qui pourraient provoquer la balkanisation de la RDC ; le détournement des fonds pour les élections, alors que la communauté internationale n’est pas disposée à financer des élections dont le calendrier est irréaliste et contraire aux priorités du pays, comme la subordination de l’élection présidentielle à des élections locales, jamais tenue en RDC; l’exclusion de millions d’électeurs en droit de vote et majeurs d’âges mais qui n’auront pas le droit de voter en violation de l’art.

5 de la Constitution; le manque de transparence et l’inclusivité du fichier électoral, le seul au monde dont le nombre d’électeurs diminue en 5 ans, plutôt que d’augmenter, dans un pays comme le Congo-Kinshasa avec une démographie galopante ; les entraves à la fiabilisation du fichier électoral. Voilà pourquoi la Démocratie Chrétienne (DC) soutient l’alternance politique en RDC.

» Un nouveau cycle politique en RDC et en Afrique requiert le respect de limite de mandat constitutionnel et l’arrêt des stratégies de coup d’état permanent visant à instaurer le chaos par le blocage du processus électoral ainsi que le maintien au pouvoir des actuels présidents « , peut-on lire dans cette déclaration politique de la DC.

Craignant la capacité de mobilisation de l’opposition progressiste, note la DC, le pouvoir maintient en prison des leaders politiques de calibre dont l’opposant Eugène Diomi Ndongala, président de la Démocratie Chrétienne, initiateur et porte-parole de la Majorité Présidentielle Populaire, les défenseurs des droits de l’homme comme Christopher Ngoy et tant d’autres.

La Démocratie Chrétienne appelle la communauté nationale et internationale, à se saisir de cette situation explosive, sanctionnant ceux qui s’opposent à l’alternance politique à la tête des pays africains, car les présidences à vie ne sont rien de moins que des dictatures caractérisées par la gabegie financière, la corruption, la violation aussi bien des droits de l’homme que des droits civils et politiques des citoyens africains.

Cette formation politique de l’Opposition rappelle qu’en RDC, le peuple congolais est déjà descendu dans la rue et a dû affronter, les mains nues, les chars de combat et les kalachnikovs des forces armées congolaises.

La particularité de la situation en RDC est caractérisée par le constat que les stratégies de » glissement » inconstitutionnel du mandat présidentiel se multiplient et se combinent, au risque d’embraser le pays avec effets dévastateurs pour son unité et sa cohésion nationale qui est déjà très fragile.

La Démocratie Chrétienne demande au peuple congolais de défendre son droit à un futur meilleur conformément à l’hymne national » Débout Congolais » et à l’art. 64 de la Constitution, qui l’autorise à s’opposer à quiconque complote pour conserver le pouvoir par la force, et aux autres peuples d’Afrique de s’approprier de leurs droits civils et politiques.

Raison pour laquelle Démocratie Chrétienne lance officiellement la campagne » Congo Désir » sur toute l’étendue du territoire de la RDC, au sein de sa diaspora très engagée, auprès des amis du Congo et sans oublier ceux là qui ont choisi la RDC comme leur deuxième patrie.

Congo Désir n’est pas un nouveau parti politique mais plutôt une campagne politique qui vise à promouvoir un mouvement citoyen, populaire, dont l’objectif principal est celui de fédérer toutes les sensibilités politiques pour barrer la route aux promoteurs des valeurs anticonstitutionnelles qui veulent continuer à gouverner par défi, en violant impunément la Constitution.

Avec ses 450 tribus, la RDC appartient à tous les Congolais ; enfants, jeunes et personnes âgées. La RDC va très mal. Les Congolais doivent se prendre en charge. Le sursaut face aux soubresauts, » c’est notre Congo Désir « .

La Démocratie Chrétienne veut aussi attirer l’attention de l’opinion nationale et internationale sur le fait que l’Afrique Centrale est en train d’accroitre ses dépenses militaires et la menace de nouveaux conflits pèse aussi bien sur les populations civiles que les états qui entourent la RDC, en ce moment si délicat où l’alternance et l’alternative politiques sont combattues par certains dirigeants africains prêts à sacrifier la paix et la stabilité de leurs pays sur l’autel de la confiscation personnelle du pouvoir d’état
Fin de la conversation

Par Lefils Matady

Posté par lumbamba à 00:28 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

MUANDA : LE MEETING DE NE MWANDA NSEMI SE TERMINE DANS LA CONFUSION

 

 

neMuanda

(MUANDA)- Le meeting du député Ne Mwana Nsemi s’est terminé mardi dans la confusion à la cité côtière de Muanda, après que le leader de Congo Pax se soit permis d’annoncer à la population, son idée d’une transition de trois ans. Le chef de Bundu dia Mayala a été vite évacué par la police. Il y a eu des jets de pierre et c’était la confusion 

totale, a indiqué un habitant. Les éléments de la police ont dû intervenir pour disperser la foule en colère. Depuis une semaine, plusieurs leaders de l’opposition radicale s’en prennent à Ne Mwanda Nsemi depuis qu’il défend lors de sa tournée au Kongo Central, sa transition de trois ans. Le député Franck Diongo, président du Mlp a indiqué que l’auteur de cette thèse, travaille pour maintenir le président Kabila au-delà de ses deux mandats constitutionnels. De son coté, l’opposant Martin Fayulu a déploré les dérapages du leader de Congo Pax qu’il qualifie de totale perdition. ‘‘Ce monsieur ne sait ce qu’il dit mais nous insistons que ce qu’il dit, ça n’engage que lui
et Monsieur Kabila’’, a-t-il rappelé. Pour sa part, l’élu de Kasangulu, Jean Claude Vuemba a précisé que la population du Kongo Central ne va pas suivre le schéma du pouvoir que relaie sans conviction Ne Mwanda Nsemi.

Posté par lumbamba à 00:18 - - Commentaires [1] - Permalien [#]