ma mère

En ce jour où nous fêtons les mères, je dédie ce poème d’abord à ma mère et, ensuite, à travers elle, à toutes les mères du monde. Car, pour nous, Africains, chaque femme est une mère. Mes pensées pieuses vont aussi à ma belle-mère qui nous a quittés, cette année, au mois de mars. Que la terre de nos ancêtres lui soient légère et que l’Eternel daigne lui réserver une place de choix pour tout ce qu’elle a pu réaliser dans sa vie sur terre en tant que mère!
Bonne lecture!

Ma mère

Belle de ton amour, belle de ton savoir,
tu voulais faire de moi ta force, ton vainqueur, ton héro.
Par la volonté de ton coeur
et par la résilience de ton âme,
tu m’envoyas dans leur école pour apprendre la science,
mais la meilleure école fut la tienne,
celle qui m’apprit à être un homme et à respecter l’homme.
Maîtresse, tes valeurs sont une ceinture à ma taille.
Elles sont une énergie renouvelée, infinie,
me populsant, infatigable, dans les hautes mers
Tes valeurs me rappellent à toi, me rapprochent toujours de toi
Ô mais tes valeurs, c’est simplement toi!

Le monde me trouvera humain
parce que tu m’as donné du coeur;
aimable parce que tu m’as donné l’amour;
courageux parce que tu m’as donné du courage;
sage parce que tu m’as donné la sagesse;
intelligent parce que tu m’as donné le savoir.
Mais le monde ne te tiendra pas rigueur pour mes défauts
inhérants à la faiblesse de ma nature humaine

Merci ma mère!

Merci d’avoir sacrifié ta vie pour rendre la mienne meilleure
Merci de ta résilience
Et Merci pour tout!

Lumbamba Kanyiki