léopard et gazelle

Il faut savoir se choisir ses amis!

Le Léopard et la Gazelle jouissaient d'une grande amitié, du moins en apparence. Par une journée bien ensoleillée, les deux compères laissèrent leurs petits respectifs pour une petite promenade de santé. Ils voulaient bien profiter des rayons d'un soleil tropical qui arrosaient la savane verdoyante et  de la brise douce qui, soufflant des collines lointaines, faisait danser les cimes des arbustes en fleurs et atténuait la chaleur. Chemin faisant, une idée saugrenue prit naissance dans la tête du fauve qu'il voulut aussitôt mettre en application. Profitant d'une distraction de la part de la Gazelle, il s'éclipsa, s'en retourna chez elle. Il attrapa ses petits, les ligota et alla les cacher quelque part dans la brousse. Puis, quelques minutes plus tard, comme si rien n'était, il réapparut aux côtés de la  Gazelle mère. Ils continuèrent leur promenade et arrivèrent dans un village. Les amis du Léopard qui le virent, le saluèrent: :

- Salut, oncle Léopard! Comment vont les affaires?

Et celui-ci de répondre:

- Pa puekela kayiba ne nudiumvwile! (Vous le saurez, vous-mêmes, au coucher du soleil!)

La Gazelle ne comprenant pas bien le sens de la réponse alambiquée de son ami, lui demanda ce qu'il voulait vraiment dire. "Non, ce n'est rien" lui rétorqua son ami. Ils continuèrent leur chemin, mais la Gazelle, alertée par son sixième sens légendaire, n'était plus à l'aise. Profitant d'une distraction du Léopard, il s'éclipsa à son tour pendant quelques minutes, puis elle revint auprès de son ami qui ne se douta de rien. Les deux poursuivirent ainsi calmement leur promenade, se racontant tout et rien, comme le font tous les bons amis. Ils arrivèrent dans un autre village. Un homme qui connaissait la Gazelle la salua:

- Bonjour, ma chère Gazelle.Comment vont les affaires? lui demanda-t-il.

- Biwikala mukulu, kabakudimbi eh? (Crois-tu qu'on ne peut pas te rouler puisque tu es l'aîné?) Le Léopard,  ne comprenant rien à la réponse de la Gazelle,  demanda à son amie  de lui fournir des éclaircissements. "Ce n'est rien !" lui répondit la Gazelle.

Le soir arriva. Le soleil, tel un disque pourpre, touchait les sommets des ombres sombres des arbres à l'horizon. Quelques étoiles trouèrent le ciel couleur indigo. Pendant que le Léopard était tout à fait accaparé dans ses pensées criminelles, la Gazelle disparut sans bruit dans le buisson. S'étant rendu plus tard compte de la disparition de la Gazelle, le Léopard trouva le moment propice pour accomplir son dessein macabre. Il se rua sur la cachette où il avait laissé les faons. Et voici, celle-ci était vide!  Très déçu, il prit le chemin de sa maison, mais là aussi une surprise encore plus amère l'attendait: En entrant dans la cour de la parcelle, il trouva tous ses enfants massacrés, leurs corps gisant dans une marre de sang, en plein milieu de la cour. Il se précipita sur eux, poussant du fond de ses tripes un long rugissement mêlé de rage et de douleur, puis il se laissa tomber sur les corps inertes, les caressant l'un après l'autre, dans une  impuissance totale.

Ce que le Léopard ne savait pas, c'est que son amie la Gazelle, alertée par sa réponse "Pa puekela Kayiba ne nudiumvwile", est vite retournée à la maison voir si tout allait bien. N'ayant pas trouvé ses faons à la maison, elle suivit les traces laissées par le Léopard jusqu'à la cachette où elle les trouva, ligotés. Vite, elle délia les cordes qui les immobilisaient et les conduisit à une autre cachette, leur demandant enfin de l'y attendre sans faire du bruit; elle n'allait pas tarder à rentrer. Puis, prise d'une colère subite, elle voulut infliger au Léopard une leçon dont il se souviendrait toujours. C'est pourquoi elle se rendit chez lui et égorgea ses léopardeaux dont elle étala les corps là où le grand Léopard les trouva.

Les rugissements prolongés du Léopard alertèrent ceux et celles de sa race. Ils vinrent de partout et se décidèrent à faire une descente punitive chez la Gazelle, mais celle-ci était déjà très, très loin avec ses petits. C'est pourquoi, jusqu'aujourd'hui, toute la descendance du Léopard, se souvenant de ce que la Gazelle avait fait à son ancêtre, les poursuit partout où elles vont pour se venger. Elle les a même classées parmi sa nourriture de prédilection.

Moralité: Beaucoup de ceux ou celles que nous croyons être nos amis, ne le sont pas vraiment. D'où nous devons faire beaucoup d'attention dans le choix de nos amis.

C'était le conte tel qu'il m'a été raconté au téléphone par le pasteur Pierre Mpandanjila de Belgique. Tuasakidila, Musadidi wa Mvidi Mukulu!


Lumbamba Kanyiki