deputeMajor

La détérioration de la situation sécuritaire avec sa cohorte de malheurs tels que viols, massacres, déplacements massifs des populations … inquiète sérieusement des députés nationaux de la RDC. Pour sortir leurs compatriotes de cet enfer, dix députés, Opposition et Majorité confondues, ont constitué un front commun pour interpeller l’actuel locataire de la Maison Blanche, Barack Obama.

Dans une lettre ouverte adressée au président de l’Etat le plus puissant de la planète, à savoir les Etats-Unis d’Amérique, ces députés congolais attirent son attention sur les crimes graves contre l’humanité et les violations des droits qui se commettent en toute impunité dans la partie orientale de la RDC.

A ce sujet, ils demandent au président américain de dépêcher urgemment un nouvel Envoyé Spécial pour la région des Grands-Lacs. Cette lettre interpellant le président Obama tombe après l’appel du gouverneur du Nord-Kivu, Julien Paluku, soutenu par le député national Bitakwira, au Premier ministre Matata, pour la mobilisation de moyens financiers et matériels conséquents en vue d’une meilleure sécurisation des Congolais vivant dans les territoires de l’Est, et particulièrement ceux de la province du Nord-Kivu, en proie aux crimes au quotidien.

Par EW

LETTRE OUVERTE A L’ATTENTION DE MONSIEUR BARACK OBAMA, PRESIDENT DES ETATS-UNIS D’AMERIQUE

Objet : Prévenir la montée de l’insécurité dans la région des Grands-Lacs

Monsieur le Président,

Nous, Députés nationaux de la République Démocratique du Congo, de la majorité et de l’opposition, avons l’honneur de Vous adresser la présente lettre afin d’attirer votre attention sur la recrudescence de l’insécurité et le risque de la montée du terrorisme islamiste dans la région africaine des Grands-Lacs.

Conscients du rôle important que les Etats-Unis d’Amérique ont joué dans les efforts pour ramener la paix et la stabilité dans cette partie du monde, nous voulons vous inviter à inscrire de nouveau la question des Grands-Lacs dans votre agenda prioritaire.

En effet, les deux dernières décennies ont été les plus tristes de l’histoire de l’humanité avec des guerres meurtrières successives en République Démocratique du Congo dues aux appétits et à la convoitise de certains pays voisins.

Malgré quelques développements positifs enregistrés depuis la défaite de la rébellion du M23 en novembre 2013, et les efforts menés par le Gouvernement de la RD Congo et la Commun8uté internationale à travers la MONUSCO, la situation sécuritaire est devenue de plus en plus inquiétante. Nous en citons pour exemples:

*Le Territoire et la Ville de Beni dans la province du Nord-Kivu à l’Est de la RD Congo sont devenus depuis plusieurs mois un théâtre des massacres inimaginables qui ont occasionné la mort de plus de 400 civils par machettes, haches, marteaux … dans les circonstances d’une cruauté sans pareille.

Malgré les efforts de sécurisation déployés par l’armée congolaise avec l’appui de la MONUSCO, ces massacres persistent et portent pour certains les germes d’une forme de terrorisme islamiste attribuable aux ADF;

*Dans les Territoires de Rutshuru, Masisi et Lubero ainsi que la Ville de Butembo au Nord-Kivu, les kidnappings avec exigence de rançons sont devenus monnaie courante, terrorisant des communautés entières qui vivent dans la peur que leurs proches soient tués si elles ne trouvent pas l’argent de la rançon dans le temps;

*La persistance des groupes armés dans le Territoire de Walikale et la volonté d’étendre leurs réseaux d’influence dans cette zone minière ne cesse de créer des nouvelles victimes de viol, de tueries, de pillage, de déplacements de populations, et d’autres exactions. Tout ceci, au détriment de la population qui ne bénéficie pas encore de cette manne minière;

*En dépit des opérations lancées par l’armée congolaise contre les FDLR, ceux-ci continuent à terroriser les populations du Nord-Kivu, du Sud-Kivu et une partie du Nord-Katanga. Ils représentent une véritable menace pour la paix d’abord en RD Congo et subsidiairement pour toute la sous-région;

*La situation sécuritaire au Burundi consécutive à la crise politique créée par la candidature du Président Nkurunziza à un troisième mandat et le coup d’Etat manqué risque d’avoir un impact négatif sur la situation sécuritaire fragile à l’Est de la RD Congo, surtout dans la province du Sud-Kivu, frontalière avec le Burundi, qui a déjà reçu des milliers des refugiés.

Il est à craindre que tout ceci ne fasse le lit à une énième rébellion, compromettant ainsi le bilan de votre Envoyé spécial Russ Feingold qui a joué un rôle déterminant dans la défaite du M23 de triste mémoire.

Les processus politiques très délicats et incertains dans les différents pays de la sous-région, la montée de l’insécurité ainsi que l’expansion du terrorisme islamiste dans la partie orientale de l’Afrique (récente attaque de l’Université Garissa au Kenya par des Shebabs) requièrent une attention soutenue de la part du Gouvernement américain.

Au regard de tous ces éléments, en tant qu’Elus légitimes du peuple, nous Vous encourageons à procéder à la désignation d’un nouvel Envoyé Spécial pour la région des Grands-Lacs dans le meilleur délai. Ceci serait une preuve renouvelée de Votre engagement de haut niveau pour parfaire le processus de paix et de consolider la démocratie dans les pays de la région des Grands-Lacs.

Nous ne pouvons continuer à tolérer toutes formes d’insécurité dans une région qui a déjà été assez décimée avec des millions des morts, des millions des déplacés, des milliers des victimes des violences sexuelles et d’autres traitements inhumains et dégradants.

Espérant que notre souhait retienne Votre attention, nous pensons partager avec Vous le souci de voir la République Démocratique du Congo totalement pacifiée et jouant pleinement son rôle-moteur dans le développement de l’Afrique mais aussi du monde entier.

Veuillez agréer, Monsieur le Président, l’expression de nos sentiments distingués.

Fait à Kinshasa, le 22 mai 2015

Copie pour information à :

- Son Excellence Monsieur Joseph Kabila Kabange, Président de la République Démocratique du Congo (Avec nos hommages les plus déférents) ;
-Honorable Aubin Minaku, Président de l’Assemblée Nationale de la République Démocratique du Congo ;
-M. John Kerry, Secrétaire d’Etat américain ;
-M. James Swan, Ambassadeur des Etats-Unis en République Démocratique du Congo