Vital Kamerhe a quitté précipitamment, Kinshasa, le mardi 5 mai dernier dans la soirée, pour Paris où il est convié par des autorités Françaises de haut rang afin de discuter de la situation politique qui prévaut au pays avec le dialogue que propose Kabila aux opposants pour se maintenir au pouvoir.

 A Paris, la question sera certainement débattue entre Kamerhe et des autorités Françaises qui veulent avoir une idée sur le dialogue de Kabila.

Dans un autre registre, VK profitera de son séjour en France pour rencontrer des dirigeants Européens avec qui ils échangeront toujours sur la question relative au dialogue.

Kamerhe ne manquera certainement pas de donner la position de son parti, l’UNC qui pose des préalables au régime avant de participer au dialogue. Il y a notamment la libération des détenus politiques, l’enrôlement des nouveaux majeurs, le recadrage du processus électoral. Pour le pacificateur, c’est à ces conditions que pourra être organisé un dialogue inclusif entre Kabila et toute l’opposition. Lequel dialogue, selon lui, qui ne devrait pas violer la Constitution via un glissement avec le partage du pouvoir. D’après un de ses collaborateurs, VK est allé au pays d’Hollande avec un canevas complet sur la situation politique du pays. Sauf imprévu, l’ancien speaker de l’Assemblée nationale regagnera le pays ce vendredi 8 mai. 48 heures après son retour, soit le dimanche 10 mai prochain, VK va s’en voler pour la Grèce pour quelques jours. C’est sûr et certain que le chairman de l’UNC prendra part à la déclaration de l’opposition du dimanche 10 mai, au siège du MLC avant de prendre son vol, le même dimanche dans la soirée.

En outre, pour se ranger en ordre de bataille, Kamerhe et son UNC ont organisé des primaires dans la perspective de 2016. Lesquels primaires ont porté Mwenze Kongolo à la tête de l’AVK-Alliance Vital Kamerhe, une structure qui comprend 80 partis-politiques.

XAVIER PERES