Kyungu wa Kumwanza. Radio Okapi/ Ph. John BompengoKyungu wa Kumwanza. Radio Okapi/ Ph. John Bompengo
Le  président  de l’Union  nationale des fédéralistes du Congo (Unafec), Gabriel Kyungu wa Kumwanza, menace d’ester en justice contre le vice-Premier ministre et ministre de l’Intérieur et Sécurité, Evariste Boshab Mabudj. Ce cadre de la majorité présidentielle (MP) a exprimé son intention de saisir la justice, jeudi 7 mai, au cours d’un point de presse à Lubumbashi, chef-lieu du Katanga.

Gabriel Kyungu accuse Evariste Boshab d’avoir reconnu l’ancien secrétaire général national  de l’Unafec qui a été récemment exclu de ce parti de la majorité présidentielle. Le président de l’Unafec qualifie cet acte d’illégal et d’anticonstitutionnel.

Il s’étonne également que le vice-Premier ministre et ministre de l’Intérieur et Sécurité s’ingère dans la gestion des affaires internes de son parti politique.

«Nous avons de petits problèmes au sein de l’Unafec, fait privé avec ses règlements et ses statuts. Nous ne pensons pas que Monsieur le vice-Premier ministre s’est transformé en gestionnaire des partis politiques installés au pays. Nous ne savons pas depuis quand cela a été institué», a dénoncé Gabriel Kyungu.

Il a assuré que des problèmes internes au sein de l’Unafec n’ont jamais causé de troubles ou de mort d’hommes pour que le vice-Premier ministre et ministre de l’Intérieur n’intervienne.

«J’insiste, je  persiste et je signe que moi j’ai confiance en la justice de  notre pays. Et nous ne  pouvons pas nous rendre justice nous-mêmes. Nous avons des cours et tribunaux chez nous, seuls compétents à trancher des conflits qui peuvent surgir dans les formations politiques et non au ministre fut- ce-t-il  du PPRD. Nous sommes un pays des droits», a poursuivi le président de l’Unafec.

Il y a deux semaines, où l’Unafec avait demandé au Premier ministre Matata Ponyo de démettre de ses fonctions, la ministre du Genre, Famille et Enfant, Bijoux Mushitu Kat, qui représente ce parti au sein du gouvernement.

L’Unafec avait indiqué qu’elle est exclue du parti pour s’être rangée parmi les frondeurs, qui avaient démis le président du parti, Gabriel Kyungu wa  Kumwanza.

Le président de l’Unafec menaçait déjà de saisir la justice si cette requête n’est pas prise en compte.