3 décembre 2014. Beni, Nord Kivu, RD Congo : Des soldats des Forces armées de la RD Congo en patrouille pour sécuriser la ville contre les attaques des groupes armés. Photo MONUSCO/Abel Kavanagh.3 décembre 2014. Beni, Nord Kivu, RD Congo : Des soldats des Forces armées de la RD Congo en patrouille pour sécuriser la ville contre les attaques des groupes armés. Photo MONUSCO/Abel Kavanagh.
Après l’incursion des militaires rwandais sur le sol congolais, le gouverneur du Nord-Kivu, Julien Paluku annonce le déploiement des Forces armées de la RDC pour sécuriser les frontières du pays. Dans une interview accordée jeudi 23 avril à Radio Okapi, il a aussi dénoncé «des réunions qui se tiennent en Ouganda et au Rwanda pour déstabiliser le Congo».

 

«Parmi les mesures prises il y a notamment la sécurisation de nos frontières, parce que depuis bientôt une semaine, nous avions appris qu’il y avait des réunions secrètes en Ouganda pour la reconstitution de l’ex-M23», a affirmé le gouverneur du Nord-Kivu.

Selon lui, l’ex-M23 se serait mué en Mouvement chrétien pour la reconstruction du Congo (MCRC).

«C’est le nouveau nom qu’on veut donner à ce mouvement rebelle. Et nous nous interrogeons si la présence de l’armée rwandaise sur le sol congolais ne constitue pas une diversion pour permettre à ce mouvement de nous infiltrer lorsque nous aurons tous l’attention focalisée sur cette incursion», a estimé Julien Paluku.

Il a précisé que l’armée congolaise est déployée sur les frontières non seulement pour sécuriser la RDC mais aussi empêcher les forces négatives de déstabiliser les voisins depuis l’est du Congo.

«Il peut y avoir des forces négatives qui pourraient éventuellement profiter de ces genres de climat de tension pour entrer au Rwanda et amener ce pays à dire qu’il a reçu des FDLR [rebelles rwandais] qui sont entrés chez nous et usons du droit de poursuites», a expliqué Julien Paluku.

Cette situation ne va pas perturber les élections et le processus de développement de la province, a promis le gouverneur du Nord-Kivu.

Le député Juvénal Munubo, élu au Nord-Kivu, a conseillé le gouvernement de «prendre cette affaire au sérieux». Il craint que cette situation ne perturbe le processus électoral.

C’est depuis dimanche que l’armée rwandaise a fait son incursion dans le territoire de Nyiragongo, province du Nord-Kivu.

radiookapi.net