Alexi_Mutanda

Depuis la découverte de la fosse commune à Maluku, contenant quelques 421 corps, des réactions fusent de partout pour exiger la mise sur pied d’une commission d’enquête indépendante et sérieuse afin de faire la lumière sur ce prétendu charnier.

C’est aussi l’avis du député national Alexis Mutanda Ngoy Muana, qui est sorti du silence pour réagir en appelant à la mise sur pied d’une commission d’enquête indépendante pour tirer au clair cette affaire, que beaucoup qualifient d’inhumaine.

Alexis Mutanda n’approuve pas la version du gouvernement sans une enquête sérieuse. Les affirmations du gouvernement sont qu’on a enterrés des indigents dans la fosse commune. L’élu de Mbuji-Mayi attend les enquêtes pour se faire une idée claire sur ce dossier.

Pour lui, cette affaire est révélatrice de beaucoup de chose, c’est pourquoi il tient toujours à la mise en place d’une commission d’enquête afin d’établir la vérité.

Très ému par le traitement inhumain et dégradant réservé aux dépouilles de ces Congolais, Alexis Mutanda estime que « la journée porte ouverte » organisée dernièrement à la Morgue Centrale de l’Hôpital Maman Yemo par l’Hôtel de Ville de Kinshasa est une insulte au peuple congolais et n’a rien changé dans les pensées des gens.

Une enquête crédible

Comme Amnesty International, le parlementaire appelle le gouvernement de la RDC à accepter l’assistance technique de la MONUSCO pour mener une enquête crédible, indépendante et efficace sur cette affaire et, plus particulièrement, à publier des éléments sur le sexe et l’âge de la personne , la cause du décès et le dossier de la morgue où le corps a été conservé avant la fameuse inhumation.

» Les autorités congolaises doivent accepter l’assistance technique de la MONUSCO, Mission de l’Organisation des Nations unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo, afin de faire la lumière sur cette affaire de fosse commune découverte récemment à la périphérie de Kinshasa.

Il est crucial qu’une enquête approfondie et impartiale soit menée dans les meilleurs délais « , souhaite Alexis Mutanda.

» Au lieu de nous inviter à la morgue pour voir de quelle manière dont nos sœurs et frères sont conservés, l’Hôtel de Ville de Kinshasa devrait renforcer la capacité de cette morgue afin d’accueillir dans les meilleures conditions les corps de ceux qui sont morts », a-t-il ajouté.

Découpage territorial

Promulguée le lundi 2 mars par le chef de l’Etat, la loi de programmation déterminant les modalités d’installation des nouvelles provinces est diversement commentée par des Congolais. Si elle a été saluée par les acteurs politiques en Ituri, en Province Orientale comme par des jeunes à Mbandaka (Equateur) cela n’est pas le cas dans d’autres provinces du pays.

Pour l’élu de Mbuji Mayi, le découpage territorial est constitutionnel, mais déplore le retard avec lequel ce processus vient d’être mis en marche par le gouvernement de Kinshasa. Il craint que cela cache quelque chose derrière son application.

Loin d’être un prophète de malheur, Alexis Mutanda craint de voir le pays être buté à de nombreux problèmes qui risquent aussi de créer de mécontentement dans le pays. Surtout quand on sait qu’avec 11 provinces, on avait des difficultés à résoudre des fonctionnaires, militaires et autres, qu’est-ce qui va arriver avec 26 qui exige plus d’administration, plus des salariés et autres problèmes.

Avec 11 provinces, le gouvernement s’était montré incapable de subvenir aux besoins de la population, ce qui risque d’être pire avec 26 provinces?, s’interroge t il.

L’installation des nouvelles provinces risque de basculer le pays dans une crise au regard des réactions sur terrain depuis la promulgation de cette loi par le Chef de l’Etat. « Pourquoi un tel projet et pourquoi mettre à exécution ce projet seulement maintenant et à quelques mois de la fin des mandats des institutions du pays?

Pire avec 26 provinces

Ce cadre de l’Union pour la démocratie et le progrès social et député national, élu de la ville de Mbuji-Mayi, Alexis Mutanda ne siège pas à l’Assemblée nationale conformément à l’option levée par son parti, tordant ainsi le cou à la radio trottoir.

Alors président de la commission électorale permanente de l’ Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), Alexis Mutanda a profité lors de son séjour en Belgique du micro d’Etienne Ngandu, du site Congoone, pour mettre en exergue les nombreuses irrégularités ayant entaché les élections de novembre 2011 et confirmer, avec chiffres à l’appui, selon la compilation faite par le Bureau de coordination de la campagne de l’UDPS, que c’est bien Etienne Tshisekedi qui a été élu président de la République.

Par Godé Kalonji et Lucien Kazadi