Tuerie de Meerbusch

Une mère d'origine libérienne, meurt dans la nuit de samedi à Dimanche dernier de coups de couteau lui assénés par son propre fils, 17 ans, à Meerbusch Lank-Latum, en Rhénanie du Nord. Elle laisse quatre enfants y compris l'auteur du crime.

Les faits se sont déroulés dans la nuit de samedi à dimanche dans une petite ville, Meerbusch Lank-Latum, dans les environs de Düsseldorf, en Rhénanie du Nord. Une discussion éclate vers 3 heures du matin entre la mère et le fils, élève dans un gymnasium (école secondaire) de la place. Le jeune homme prend le couteau de cuisine, poignarde sa mère et s'enfuit. Cette dernière sort de l'appartement pour chercher du secours auprès des voisins. Lorsque la police appelée au secours arrive, elle trouve le corps de la victime, baignant dans son sang dans les escaliers. Outre les escaliers, le sang était partout aux murs et à la sonnerie des voisins. Le garçon a été arrêté le lendemain vers 7 heures40´. Les causes du drame ne sont pas connues.

Après les faits, les autres enfants ont été sortis de l'immeuble par l'échelle mobile du service d'incendie pour les empêcher de voir le sang de leur mère répandu dans les escaliers et couvrant les murs.

Selon le journal Bild.de, il y a trois semaines, une discussion similaire avait éclaté dans l'appartement. La mère s'en était sortie légèrement blessée. Le fils était relogé dans un home des enfants à problèmes, interdit de mettre les pieds dans l'appartement familial. Les voisins disent que les relations entre la mère et son fils n'étaient plus bonnes, celle-ci reprochant à son fils de fumer. Ce dernier était aussi connu de la police pour des cas de vols mineurs.

Outre le garçon de 17 ans, la mère laisse deux filles de 14 et 5 ans et un garçon de 9 ans. Elle travaillait dans un home des personnes âgées de la place où elle était connue pour sa gentillesse envers les résidents de cette institution. Le père des enfants, un ingénieur, serait en Afrique pour le moment.

Lumbamba Kanyiki