30 avril 2015

Tshisekedi a refusé de rencontrer Mubake à Bruxelles

valentin mubake

Conseiller politique du président de l’UDPS (Union pour la Démocratie et le Progrès Social), Valentin Mubake Numbi, 62 ans, vient de passer une semaine à Bruxelles. But : rencontrer Etienne Tshisekedi wa Mulumba. La rencontre n’a pas eu lieu. Mubake dit haut et fort sa « désolation ». Outre la situation interne au sein de l’UDPS, il répond à quelques questions de Congo Indépendant sur l’actualité congolaise. Pour Mubake, « le décor est planté pour qu’il y ait ‘glissement’ du calendrier électoral ».

Quel est le but de votre séjour à Bruxelles ?

Je suis à Bruxelles depuis une semaine. Le but est de rencontrer le président de mon parti, M. Etienne Tshisekedi wa Mulumba. Comme vous le savez peut-être, l’UDPS fait face à des problèmes internes. J’entendais évoquer avec lui non seulement ces questions mais aussi les enjeux électoraux à venir. C’était l’occasion de lui proposer des pistes de réflexions et obtenir des orientations éventuelles. Je tiens à préciser pour ceux qui ne le savent pas que je n’ai pas de fonctions statutaires au sein du parti. En tant que conseiller politique, je dépends directement de mon chef hiérarchique qui est le président national de l’UDPS.

Avez-vous rencontré Etienne Tshisekedi ?

Je n’ai pas rencontré le président Tshisekedi ! A partir de Kinshasa, j’ai tenté de renouer le contact avec lui. En vain. C’est ainsi que j’ai décidé de me rendre en Belgique. Lorsque je suis arrivé à Bruxelles, j’ai mis trois jours pour savoir à quelle porte frapper. Après trois jours, j’ai pu obtenir les coordonnées téléphoniques de son épouse, Mama Marthe. Je lui ai fait part de ma demande. Trois jours après, soit le vendredi 25 avril, j’aurai au téléphone Maître {Papis} Tshimpangila. Celui-ci me dira qu’il a un message pour moi de la part du président Tshisekedi. Il me fixera rendez-vous à l’hôtel Sofitel.

Quelle était la teneur de ce message ?

Il m’a délivré le message ci-après : « M. Tshisekedi est offusqué par le fait que vous avez méconnu son autorité à travers trois décisions. A savoir, celles démettant M. Pierre-Adolphe Mbuyi et Claude Kiringa en qualité respectivement de représentant de l’UDPS au Benelux et au Canada et renommant M. Bruno Mavungu en qualité de secrétaire général du parti. Avant de vous recevoir, M. Tshisekedi vous demande de réparer cette offusquation ».

En faisant quoi ?

C’est la question que j’ai posée au messager : «En quoi consisterait la réparation ? ». M. Tshimpangila me dira : « Il ne m’a pas dit en quoi consiste cette réparation ».

A votre avis ?

J’ai dit à mon interlocuteur deux choses. Premièrement : « c’est la première fois que je vois M. Tshisekedi transmettre à un de ses collaborateurs, via un messager, une « demande de réparation » à son endroit. Ce n’est pas le Tshisekedi que je connais ». En second lieu, j’ai demandé au messager de transmettre à M. Tshisekedi l’objet de ma visite. « S’il y avait des problèmes notamment de décisions méconnues, nous aurons l’occasion d’en parler », avais-je ajouté tout en soulignant que ce n’était pas le but de ma venue à Bruxelles.

Avez-vous méconnu des décisions prises par le président de l’UDPS ?

Je suis le conseiller politique de M. Tshisekedi. Celui-ci, signe, en toute souveraineté, des décisions. A-t-il franchement besoin de ma « réparation » pour conférer la légitimité à sa signature ? M. Tshisekedi ne peut pas me demander, à travers un messager, de « réparer », au préalable, « quelque chose » qui l’aurait offusqué. Connaissant M. Tshisekedi depuis 1991 jusqu’à ce jour, j’ai la conviction qu’il y a des « gens » qui ont posé des actes en ses lieu et place. Ces gens cherchent une « blanchisserie ». Une couverture.

Quel est votre sentiment en votre qualité de « vieux cadre » de l’UDPS?

C’est une grande désolation. Non pas pour moi dans la mesure où mon voyage ne procède pas d’une initiative personnelle. Mais bien pour tous les militants aux quatre coins du pays. Des militants qui attendent mon retour pour savoir si j’avais rencontré le président Tshisekedi. Je ne vous dis pas les supputations que cette rencontre manquée pourrait générer au niveau de la base de notre parti. Je me garde de me lancer dans des spéculations. Je ne peux m’empêcher de faire remarquer que notre parti est arrivé à un point où deux choses doivent être clarifiées. Il y a, d’une part, la famille biologique du président Tshisekedi. Celle-ci a le droit de s’occuper de sa santé. Il y a, d’autre part, la famille politique de M. Tshisekedi devant laquelle celui-ci est comptable pas seulement devant les membres et cadres du parti mais aussi à l’égard de toute la nation congolaise. Une nation qui a placé tout son espoir en cet homme-là. Le moment est venu de mettre fin au « mélange » entre les « ayant-droits biologiques » et les « ayant-droits politiques ». Je me trouve en Belgique au nom des ayant-droits politiques. J’ai des comptes à rendre à ceux-ci par rapport à ce voyage.

Qui, selon vous, doit mettre fin à cette confusion ?

Chacun de nous doit rester à sa place. Quelle est ma place ? Je suis le conseiller politique du président Tshisekedi. J’ai, par conséquent, le droit de m’entretenir avec lui dans le cadre de mes fonctions. Si je ne peux pas le faire, ce qu’il y a un problème. S’il s’avérait que je ne peux pas le rencontrer pour une raison ou une autre, la famille devrait comprendre qu’elle a, sur le plan politique, l’obligation de mettre cartes sur table en disant les raisons politiques pour lesquelles je ne peux pas rencontrer le Président du parti. C’est à ce niveau-là que nous sommes arrivés. C’est pourquoi, je dis que la situation me semble grave ! Si cet aspect de choses n’est pas clarifié, nous allons ouvrir la porte aux spéculations. Et les spéculations entrainent toujours des dérapages aux conséquences imprévisibles…

Que répondez-vous à ceux qui soutiennent que l’UDPS est tiraillée entre plusieurs courants antagonistes ?

C’est possible qu’il y ait des courants politiques antagonistes. S’il n’y avait que des courants politiques, je ne vois rien à redire. Les divergences doivent faire l’objet de débat. C’est d’ailleurs pour cela que les partis organisent des congrès ou des universités d’été. Ce sont des lieux propices à la discussion.

Etes-vous en train de sous-entendre qu’il manque à l’UDPS un « fédérateur »?

Vous allez trop loin ! Il y a un Président du parti. Selon nos statuts, c’est lui qui engage notre formation politique. A titre d’exemple, nous aurons bientôt des élections. Avant que le président Tshisekedi ne vienne en Belgique, nous parlions souvent de l’impérium. Il tient à son impérium et il a raison. Et ce tout simplement parce qu’il a gagné les élections en 2011. Cette victoire est inaliénable.

Quatre années après, cette question de l’impérium ne devient-elle pas anachronique ?

Elle ne peut pas être anachronique parce que c’est un droit. S’il parvenait à arracher son impérium, c’est son droit. Or au même moment, on parle de dialogue et de feuille de route.

Bruno Mavungu Puati et Félix Tshisekedi Tshilombo {Ndlr : respectivement secrétaire général et secrétaire national aux relations extérieures de l’UDPS}, demandent le dialogue. Apparemment, vous n’êtes pas pour…

Je voudrais savoir en quoi va consister ce dialogue. D’après ce que j’avais entendu, au départ, le dialogue avait pour but de fixer le momentum de la passation de pouvoir entre Kabila et Tshisekedi. On imagine donc que les deux hommes vont se retrouver autour d’une table en présence de la communauté internationale. Aussitôt, Kabila invoque la « fatigue » et demande à Tshisekedi de prendre sa place. Il ne faut pas être naïf !

N’est-ce pas une contradiction de votre part par rapport à l’impérium ?

Absolument pas ! Je n’ai jamais dit que l’impérium s’obtiendra autour d’une table de négociation. M. Tshisekedi tient à son impérium. Il a le droit de l’arracher…

Comment ?

Il vous souviendra qu’à l’occasion de son adresse à la nation congolaise en 2012, M. Tshisekedi s’est adressé à l’armée, la police ainsi qu’aux services de sécurité. Il leur a demandé de lui faire allégeance. Une allégeance sans laquelle il ne peut pas avoir cet impérium. Au début, ce dialogue devait être convoqué par la communauté internationale dans le cadre de l’accord-cadre d’Addis-Abeba. Le dialogue dont on nous parle aujourd’hui aurait pour but de convenir des conditions pour des « élections apaisées ». Ce dialogue devrait-il constituer un préalable ? Voilà autant des questions que je devais évoquer avec le président Tshisekedi.

Il y a apparemment des divergences fondamentales au sein de l’UDPS…

Bien-sûr ! Je suis convaincu que le dialogue, tel qu’entendu au départ, devait aboutir à une « passation de pouvoir » entre Kabila et Tshisekedi, Celui-ci n’y a jamais cru. Kabila avait dépêché le chef de sa maison civile, M. Mugalu, à Limete, dans ce sens-là. Tshisekedi lui avait donné la réponse que je connais. Comment voulez-vous que le même Tshisekedi envoie aujourd’hui certains de ses collaborateurs pour finaliser un dialogue dans le même sens ? Ce n’est pas le Tshisekedi que je connais.

A vous entendre parler, on est tenté de conclure qu’Etienne Tshisekedi serait devenu « l’otage » d’un groupe de gens…

Je ne voudrais pas me lancer dans des supputations. Reste que l’objet de mon séjour bruxellois c’était aussi cela. Etant donné que je n’ai pas rencontré le Président du parti, comment pourrais-je interdire à des membres de l’UDPS ou à des journalistes, comme vous, d’arriver à penser ainsi ? Je ne suis pas tenu de donner une explication précise pour la simple raison que je ne l’ai pas rencontré. C’est fort dommage !

La tonalité de votre voix trahit une certaine déception …

Bien entendu ! Tshisekedi, c’est mon chef. Je milite à ses côtés, sans discontinuité, depuis 1991. Je connais M. Tshisekedi. C’est un homme très valeureux pour un pays comme le Congo. C’est un immense investissement pour ce pays-là. Il est tout à fait normal que j’éprouve quelques sentiments de tristesse.

Nous sommes aujourd’hui dimanche 26 avril 2015. Peut-on dire que M. Valentin Mubake Numbi est toujours le conseiller politique du président Etienne Tshisekedi ?

Je me considère comme tel jusqu’à preuve du contraire !

(Suite à la prochaine édition)

Posté par lumbamba à 11:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


21 avril 2015

RDC : l’UDPS participera aux provinciales mais pose des préalables pour la présidentielle

 

felixTshis

Félix Tshisekedi élu député pour le compte de l'UDPS en 2011 ne siège pas à l'Assemblée nationale. Il vient de taire les rumeurs sur son éventuelle participation à la Ceni (Mai 2013)

L’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) participera officiellement aux élections provinciales. Félix Tshisekedi a officiellement annoncé la position du parti de l’opposant Etienne Tshisekedi, mardi 21 avril au cours d’un meeting organisé à Goma au Nord-Kivu.

Selon Felix Tshisekedi Tshilombo, f du leader de ce parti, leurs candidats vont déposer leurs dossiers de candidature dans ils le délai imparti. La Commission électorale nationale indépendante (Ceni) a fixé le délai de candidature du 15 avril au 5 mai 2015.

Toutefois,  l’UDPS pose des préalables quant à sa participation à la présidentielle de 2016.

Ces exigences éviteraient, selon lui, le glissement du mandat du pouvoir en place.

Dans une déclaration faite lundi 20 avril, plusieurs partis, regroupements politiques et groupes parlementaires de l’opposition ont conditionné leurs participations aux élections provinciales. Pour eux, la situation politique est délétère en République démocratique du Congo et caractérisée, aux dires de Fayulu, par « un processus électoral hypothétique, l’installation improvisée et dangereuse des nouvelles provinces ».

radiookapi.net

Posté par lumbamba à 20:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

20 avril 2015

Vidéo: Meeting de l'UDPS le samedi 18 avril 2015 à Limete

No comment!

MEETING DE L'UDPS DU SAMEDI 18/04/2015 A LIMETE AVEC L'INTERVENTION DU PRESIDENT TSHISEKEDI

Kasai Direct

Posté par lumbamba à 11:41 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

13 avril 2015

Présidentielle 2016 : Tshisekedi candidat

tshisekedi

Ceux qui ont déjà proclamé la mort politique du sphinx de Limete peuvent déchanter. A plus de 80 ans, le président de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social, Etienne Tshisekedi, sera bel et bien candidat à la présidentielle de 2016.

C’est son fils, Félix Tshisekedi, Secrétaire national chargé des relations extérieures, qui a livré cette information alors qu’il participait, le samedi 11 avril 2015, au siège du parti sur la rue Zinnias, dans la commune de Limete, à la cérémonie de remise et reprise entre le nouveau président de la Ligue des Jeunes de son parti, Baruti, et l’ancien, Freddy Pindi, nommé Secrétaire national de l’UDPS en charge de la mobilisation.

Félix Tshisekedi a fait savoir que le leader de l’UDPS a encore toutes ses ressources physiques et intellectuelles pour prendre l’effectivité du pouvoir afin d’instaurer un Etat de droit en République Démocratique du Congo.

Il a déclaré que même sans alliance avec d’autres formations politiques de l’opposition, Etienne Tshisekedi remportera l’élection présidentielle de 2016.

Avec cette annonce, les potentiels candidats à la prochaine élection présidentielle doivent revoir leurs calculs. La bataille va être serrée pour la conquête du fauteuil présidentiel.

Le chef de la diplomatie de l’UDPS a appelé les militants de l’intérieur comme de l’extérieur à se mobiliser pour la victoire finale, afin que l’historique opposant accède à la magistrature suprême du pays, après le cafouillage électoral de 2011.

Dans un autre registre, Félix Tshisekedi a réaffirmé la position de l’UDPS réclamant le dialogue pour résoudre la crise multiforme que connait la RDC, suite à la crise de légitimité récurrente au sommet de l’Etat.

Le Secrétaire national de l’UDPS chargé des relations extérieures a précisé que ce dialogue est inscrit dans l’Accord-cadre d’Addis-Abeba. « Il ne s’agit pas de partager le pouvoir avec le président Kabila », a-t-il précisé.

Bien avant cette mise au point de Félix Tshisekedi, la cérémonie de remise et reprise entre Clément Baruti, le nouveau président de la Ligue des jeunes de l’UDPS et le sortant, Freddy Pindi, s’est déroulée dans un esprit de fraternité.

Clément Baruti sera secondé dans ses lourdes charges par le vice –président David Mukeba.

Dans son allocution, le président sortant de la Ligue des jeunes de l’UDPS a souhaité plein succès à son successeur, qu’il a appelé à porter très haut l’étendard de la fille aînée de l’opposition.

Freddy Pindi a souligné que par ce passage civilisé du pouvoir, l’UDPS qui lutte pour la démocratie depuis plus de 30 ans, voudrait prêcher par l’exemple et faire comprendre à la communauté nationale qu’on doit savoir quitter le pouvoir dès que l’heure du départ a sonné.

Pour sa part, le nouveau président a pris l’engagement d’œuvrer pour la redynamisation des activités de la Ligue des Jeunes de l’UDPS pour permettre à son parti de conquérir, par la voie des urnes, le pouvoir d’Etat.

ERIC WEMBA

Posté par lumbamba à 17:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

16 février 2015

Calendrier électoral global : L’Udps met en garde contre le glissement

Tempête des Tropiques

tshisekedi

L’Union pour la démocratie et le progrès social trouve irréaliste le calendrier électoral publié le 12 février 2015 par la Commission électorale nationale indépendante (Ceni). Cette formation politique chère à Etienne Tshisekedi confirme le glissement tant décrié par l’ensemble de la population congolaise et la communauté internationale.

C’est au cours d’une conférence de presse tenue samedi 13 février 2015 que le Secrétaire général Bruno Mavungu a émis cette inquiétude qui risque de causer du tort au délai constitutionnel auquel les Congolais tiennent pour une alternance effective en 2016. En effet, l’Udps a profité de cette conférence de presse pour donner sa position sur la publication du calendrier électoral global par le rapporteur de la Ceni, le président de cette institution étant en déplacement.

Pour ce parti politique, ce calendrier ne respecte pas le délai constitutionnel tel qu’énoncé dans l’article 73 de la constitution qui stipule que ”le scrutin pour l’élection du président de la République est convoqué par la Commission électorale nationale indépendante 90 jours avant l’expiration du mandat du président en exercice “.

Et de poursuivre, l’agencement de ce calendrier ne tient pas compte des préalables requis pour l’organisation des élections locales, urbaines et municipales crédibles et transparentes dans les délais requis. L’Udps cite, par exemple, l’opération de stabilisation des cartographies opérationnelles et de fiabilisation du fichier électoral, l viabilisation des entités décentralisées nouvellement créées ainsi que la répartition de sièges des députés nationaux par entité.

L’Udps constate également que la priorité donnée à l’organisation des élection provinciales, urbaines, municipales et locales, contrairement aux précédentes éditions de 2006 et 2011, traduit un agenda caché et un tentative de déboucher sur un cas de force majeure qui permettrait de retarder l’élection primordiale qui conditionne la paix sociale et la stabilité du pays qu’est l’élection présidentielle.

La formation chère à Etienne Tshisekedi estime, en outre, que l’évaluation budgétaire avancée à 1 145 408 680 Usd, soit environ 1/8 du budget national, passant ainsi au double des prévisions antérieures, notamment aux prévisions budgétaires élaborées par le gouvernement qui a, dans ses prérogatives, le financement du processus électoral, interpelle l’Udps et cache maladroitement un piège ridicule.

Aussi, poursuit-elle, compte tenu des réalités du pays, il est dès lors logique de se demander si un montant aussi important pourra être mobilisé par le même gouvernement pour l’organisation des élections dans le délai constitutionnel.

Ceci trahit des desseins cachés, tel que le glissement tant décrié du calendrier électoral, afin de prolonger illégalement le mandat de Monsieur Kabila “, note l’Udps qui en veut pour preuve les tripatouillages des textes constitutionnels ayant justifié les évènements du 19 au 20 janvier derniers.

Ainsi, pour éviter de réitérer les erreurs « flagrantes » commises lors du cycle électoral de 2011, l’Union pour la démocratie et le progrès social trouve impératif d’organiser l’ensemble du processus électoral de manière consensuelle. Car, ce calendrier, conclut ce parti, ressemble fort à une manœuvre dilatoire qu’à une véritable planification réaliste.

Par LEFILS MATADY

Posté par lumbamba à 12:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,