11 mai 2015

RDC : Mwenze Kongolo favorable au dialogue mais s’oppose au « glissement »

 

mwenze kongolo

 
Mwenze Kongolo. Radio Okapi/ Ph. John Bompengo
Le dialogue national entre l’Opposition et la Majorité présidentielle (MP) doit  aboutir à la tenue d’une table ronde au format réduit pour ne discuter que du  calendrier électoral global. Le président du parti « Patriote kabiliste », Mwenze Kongolo l’a affirmé dimanche 10 mai, au cours d’une conférence de presse organisée à Lubumbashi au Katanga.

 

« Si nous allons parler avec le pouvoir, nous devons parler du calendrier. Tel qu’il est, il n’est pas réaliste. Nous avons fait une contre-proposition et c’est cette contre-proposition que nous voulons discuter. Si elle est mauvaise pour cette population, on verra ce qu’on pourra faire », a affirmé Mwenze Kongolo.

Le chef de l’Etat a récemment envoyé un émissaire notamment dans les états-majors de l’UDPS, MLC et l’UNC, trois grands partis politiques de l’opposition, ainsi qu’au Groupe parlementaire des Libéraux démocrates et socialistes pour discuter sur l’organisation d’un éventuel dialogue national.

Pour l’opposant Mwenze Kongolo, ladite table ronde ne devrait pas être un lieu de partage du pouvoir entre l’opposition et la majorité et devrait surtout éviter tout « glissement » pour le prolongement du mandat de l’actuel chef de l’Etat.

« Un dialogue pour le partage de pouvoir, ça ce n’est pas nous et je le dis au nom de beaucoup de partis politiques de l’opposition. Quand nous sommes en train de circonscrire la table-ronde, c’est pour éviter le glissement », a ajouté Mwenze Kongolo.

Il a proposé que s’il y aura dialogue, il faudrait qu’on limite le nombre de participants.

« C’est pour cela qu’on doit limiter le nombre de participants, on doit limiter le temps, on doit limiter les thèmes et le thème, comme je venais de le dire, c’est le calendrier et le calendrier c’est pour justement arriver aux élections au temps prévu par la constitution. Donc, nous n’allons pas au-delà. Nous sommes allergiques à aller au-delà de ce que la constitution a prévu », a poursuivi Mwenze Kongolo.

radiookapi.net

Posté par lumbamba à 21:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


24 avril 2015

Guerre au sein des partis de la Majorité : ça chauffe fort !

deputeMajor

Alors qu’ils sont censés se mettre en ordre de bataille en vue des prochaines joutes électorales, certains partis de la Majorité sont minés par des querelles intestines. C’est le cas de l’UNAFEC, où l’on déclare avoir limogé le Président Kyungu tandis que ce dernier demande à Matata de chasser du gouvernement la ministre Bijou Mushitu Kat, présumée initiatrice de cette fronde. C’est aussi les cas de l’ECT où le ministre de la santé, Kabange Numbi est sur des charbons ardents.

Le principe de cumul du pouvoir divise désormais les membres du gouvernement et certains partis politiques. Le ministre de la Santé Kabange Numbi l’aura vécu à ses dépens. Désormais le vice-président de l’Eveil de la conscience pour le travail et le développement (ECT) assure la présidence de ce parti de la Majorité présidentielle.

Il remplace ainsi le ministre de la Santé, Félix Kabange, frappé d’incompatibilité au regard de l’article 97 de la Constitution. Les cadres n’ont pas toléré que leur leader qui a eu à se départir des activités du parti pour avoir choisi de savourer les délices du gouvernement, puisse y retourner au regard des enjeux de prochaines élections provinciales.

De ce fait, réunis mercredi 22 avril dernier à Kinshasa, les membres du conseil politique de l’ECT ont levé l’option d’élever le vice-président au rang de président de leur parti.

Ainsi, l’ECT se dit prêt pour le dépôt des candidatures de ses membres pour les élections provinciales. ‘Notre objectif, par le temps qui court, c’est de nous atteler à retirer les dossiers pour que nous puissions déposer les listes de nos candidats”, a poursuivi la même source.
“Nous avons actuellement au niveau du parti un nouveau président en la personne de Baitshura, parce que [...] le président honoraire, Félix Kabange, est ministre de la Santé. Et en vertu de l’article 97 de la Constitution, il est en incompatibilité, il ne peut plus engager le parti’, a-t-il expliqué.

C’était même la demande de tous les cadres du parti, selon laquelle le président Kabange se conforme à la loi pour que nous puissions déposer en bonne et due forme nos dossiers avec toutes les chances qu’ils soient reçus. Nous devons gagner les élections, c’est ça l’essentiel. « avant de rassurer : « Il n’y a pas péril en la demeure, au niveau du parti les structures fonctionnent normalement. Et donc, la présence des policiers et des agents de l’ordre, c’est de l’abus de certains commandants de police”.
Il est clair que les membres du Bureau politique de’ ce parti ne se remettent pas de l’affront subi après l’intrusion deux jours durant des services de la police et de sécurité dans les locaux du siège de ce parti pour empêcher cette rencontre.
Pour la petite histoire, mardi dernier, les éléments de la police nationale ne se sont pas fait prier deux fois pour empêcher les membres d’éveil pour la conscience, le développement et le travail (ECT) de se rassembler à Kinshasa alors que les cadres dudit parti avaient au préalable obtenu toutes les autorisations de leur hiérarchie. Les militants et cadres de ce parti de la Majorité présidentielle s’apprêtaient ainsi à finaliser les listes de leurs candidats aux prochaines élections provinciales.

En tendant de s’enquérir de la présence insolite des forces de l’ordre en ce lieu de la manifestation, le secrétaire général- adjoint de l’ECT, le ministre provincial de l’Agriculture du Katanga, Barthélemy Mumba Gama, a failli tomber à la renverse en apprenant que les policiers avaient été envoyés par le ministère de l’intérieur sur requête du président de leur parti Félix Kabange Numbi. Réagissant à la presse, le patron de l’Agriculture au Katanga s’est étonné que son président ait demandé à la police de disperser cette réunion alors qu’il avait lui-même désigné le vice- président Batshura pour le rem placer à la direction du parti lorsqu’il avait pris ses fonctions au gouvernement.

Par LP

Posté par lumbamba à 22:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,