26 mai 2015

RDC : les élections doivent être une urgence, selon Vital Kamerhe

 

 

kamehre

Vital Kamerhe, président national de l'Unc ce 21/06/2011 à Kinshasa, lors de la signature de la charte des membres de AVK. Radio Okapi/ Ph. John Bompengo
L’organisation des élections doit être une urgence pour changer le système et permettre au peuple d’être bien dirigé, a affirmé mardi 26 mai Vital Kamerhe. Pour lui, il n’est pas question de dialogue à présent. En séjour à Goma au Nord-Kivu, le président de l’Union pour la nation congolaise (UNC), a indiqué qu’il est venu compatir avec les populations victimes d’insécurité. 

Vital Kamerhe a déclaré que la priorité doit être accordée aux besoins fondamentaux de la population; notamment l’accès à la nourriture, au travail, à la santé et à l’encadrement de l’armée et de la police.

Il a également indiqué que la loi électorale doit être une nouvelle fois révisée pour permettre à plus de huit millions de nouveaux majeurs d’élire leurs députés provinciaux.

Vital Kamerhe a déploré la situation d’insécurité dont sont victimes les populations du Nord-Kivu.

Le président de l’UNC a souligné que la mauvaise volonté politique est à la base du chaos généralisé vécu dans cette province.

À son arrivée à Goma en fin de matinée, Vital Kamerha a été chaleureusement accueilli. Une foule immense était venue l’attendre à l’aéroport de Goma.

Vital Kamerhe était accompagné de ses militants et sympathisants. Il a effectué une marche de plus de deux heures, depuis l’aéroport jusqu’au stade Afya, où il a tenu un meeting populaire.

radiookapi.net

Posté par lumbamba à 22:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


25 avril 2015

Kamerhe récupère Constant N’dom Nda Ombel

uncLogo

L’Union pour la Nation Congolaise (UNC), troisième grande parti politique à travers la Rdcongo, tient à renforcer son piédestal politique et idéologique.

C’est dans ce contexte précis que son Président national, Vital Kamerhe vient de renforcer son équipe par une décision N°0020/PN/UNC/2015 du 18 avril 2015 portant nomination de Monsieur Constant N’dom Nda Ombel, ancien compagnon de Pierre Mulele comme son Conseiller politique; poste important au sein du parti pouvant apporter une certaine dose aux multiples réflexions et initiatives politiques de l’UNC. C’est en ces termes que se poursuit le texte de cette importante décision :

Le Président National,
Vu la constitution de la République Démocratique du Congo
Vu la loi n°04/003 du 15 mars portant organisation et fonctionnement des partis politiques ;
Vu les statuts de l’Union pour la

Nation Congolaise, UNC en sigle, tels que modifiés et complétés à ce jour;
Vu le procès-verbal de désignation du Président National de l’Union pour Nation Congolaise, signé par les membres fondateurs le 14 décembre 2010.
Vu la lettre n°25/CAG/VPM/MININTERSEC/160/2011 du 26 février 2011 de Monsieur le Vice-premier ministre et ministre de l’Intérieur et Sécurité prenant acte de la désignation du Président National de l’Union pour la Nation Congolaise;
Revue la décision n°036/PN/UNC/ 2011 portant nomination des membres du Cabinet du Président National de l’Union pour la Nation Congolaise
Vu la nécessité ; Décide
Article 1 Est nommé Conseiller Politique du Président National de I’UNC, Monsieur Constant N’DOM NDA OMBEL
Article 2 Le Secrétaire Général et le Directeur du cabinet du Président National de I’UNC sont chargés, en ce qui le concerne, de l’exécution de la présente décision qui entre à la date de sa signature. Fait à Kinshasa le 18 avril 2015 (Sé) Vital Kamerhe
Constant N’dom Nda Ombel provient bien entendu, d’autres partis de l’opposition dont le MLC et la plateforme de l’Alliance pour le Développement et la République (ADR) d’où il fut d’ailleurs le Premier Vice-président national et membre co-fondateur, avant d’atterrir à l’UNC qu’il estime que ses convictions et orientations se marient parfaitement avec ce parti politique.

Plusieurs fois député et ministre notamment aux ministères de l‘Intérieur et Affaires coutumières, de l’Enseignement primaire, secondaire et professionnel ainsi qu’à l’Agriculture, Ndom est jugé comme l’un des leaders politiques s’opposant aux déviationnismes, aux traitrises s’accrochant à l’argent et aux injustices sociales. Bref, Il adore la transparence.
Considérant les échéances électorales actuelles, N’dom estime que” l’oubli exprès des millions des jeunes ayant accompli depuis 2011 l’âge de 15, 16 ou 17 ans reste une entorse grave et une préoccupation majeure pour aller ainsi aux élections. L’on se retrouverait encore devant une tricherie décriée partout. Le pays ne perdrait en rien si l’on renversait le calendrier actuel de la CENI en reportant des élections locales et urbaines aux années qui suivent en vue d’éviter le glissement qui se pointe à l’horizon, ‘ a-t-il insisté. “ La RDC a beaucoup souffert avec des morts évitons ce qui énerve la population et les observateurs”, a déclaré l’élu d’Idiofa.
Quant à sa nomination à l’UNC, tout en admirant le courage de Kamerhe et de ses proches, sa venue, a-t-il enchaîné, serait davantage le renforcement de toutes les stratégies “a-t-il conclu.

(Se) Placide Tabass

Posté par lumbamba à 10:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

21 avril 2015

RDC : l’opposition conditionne sa participation aux élections provinciales

 

fayuluM

Martin Fayulu, juillet 2014. Radio Okapi/Ph. John Bompengo

Plusieurs partis, regroupements politiques et groupes parlementaires de l’opposition conditionnent leurs participations aux élections provinciales dont le dépôt des candidatures a débuté le 15 avril dernier. Dans une déclaration faite lundi 20 avril à Kinshasa, ils disent attendre « des assurances de la Commission électorale nationale indépendante [Ceni] » avant de s’engager à ce processus.

« Dans le souci de contribuer efficacement à un processus électoral inclusif et apaisé, nous avons saisi la Ceni vendredi 16 avril courant pour une rencontre ultime. Celle-ci nous permettra d’obtenir des assurances sur les pré-requis avant de nous engager dans le processus de dépôt des candidatures », a affirmé le modérateur de l’opposition, Martin Fayulu.

Pour l’opposition politique, la situation politique est délétère en République démocratique du Congo et caractérisée, aux dires de Fayulu, par « un processus électoral hypothétique, l’installation improvisée et dangereuse des nouvelles provinces ».

Avant de se prononcer, Martin Fayulu fait savoir qu’il faut d’abord attendre l’issue de la rencontre sollicitée avec la Ceni pour se déterminer.

Le président de l’ATD, José Makila, parle de ces pré-requis :

« La Ceni avait demandé 45 millions de dollars mais jusqu’à présent on leur a remis 5 millions et elle a refusé. La Ceni n’a pas d’argent pour organiser les élections au jour d’aujourd’hui. De deux, pour les élections locales et municipales, on n’a pas encore délimité les villes. Parce qu’on aura des mairies. Je vous donne l’exemple de Gemena chez moi, c’est une mairie. Mais il n’y a pas une délimitation. Donc la loi n’est pas encore sortie ».

L’Opposition exige également une enquête internationale et indépendante sur ce qu’elle qualifie de fosse commune de Maluku avec exhumation des corps et prise d’ADN.

Parmi les partis qui ont pris part à cette rencontre, on note notamment :

  • L’Union nationale congolaise (UNC) de Vital Kamerhe
  • L’Engagement citoyen pour le développement (Ecidé) de Martin Fayulu,
  • L’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) d’Etienne Tshisekedi
  • L’Alliance des travaillistes congolais (ATD) de José Makila, la Convention des démocrates chrétiens de Kiakwama.

radiookapi.net

Posté par lumbamba à 01:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,