24 mai 2016

UN ÉGORGEUR DE BENI CONFESSE : « JE SUIS RWANDAIS… RECRUTÉ POUR UN SALAIRE DE 400 DOLLARS… ! »

tueur-de-Beni

Un égorgeur de Beni confesse : « Je suis rwandais… recruté pour un salaire de 400 dollars… ! »

La vigilance du souverain primaire à Beni ne se donne point de repos. L’image ci-contre est celle d’un tueur des civils à Beni, que la population a capturé ce jeudi 19 mai 2016. Le témoignage de ce criminel continue à confirmer les renseignements que les autochtones n’ont cessé de livrer sur l’identité réelle des personnes qui ont transformé le territoire de Beni en boucherie humaine.

Ce malfaiteur confesse : « Je suis rwandais. J’ai été recruté à Masaka, en Ouganda. Ceux qui m’ont négocié m’ont fait croire qu’il y a un travail, une mission à accomplir au Congo (R.D.C). Ils m’ont garanti que je serai rémunéré par un salaire mensuel de quatre cents dollars (400 US $)… » Il est donc un refugié rwandais qui était initialement attaché au camp de réfugiés de Nakivale, en District d’Isingiro, voisin à celui de Masaka et celui de Mbarara. Après cet interrogatoire populaire, le criminel a été conduit aux responsables de sécurité. Maintenant on peut comprendre pourquoi la population de Beni a persisté à dénoncer que ses tueurs proviennent du Rwanda et de l’Ouganda, qu’il y a un plan d’extermination des autochtones et projet d’occupation, voire de balkanisation, mis en marche à l’insu des congolais.

Peut-être que le témoignage de la population rapportant ponctuellement que les tueurs ont souvent opéré en utilisant la langue Kinyarwanda ne suffisait pas pour se convaincre de leur identité rwandaise. Mais aujourd’hui quelle résistance pourrait-on opposer à cette vérité, lorsqu’un tueur intercepté a le courage de rendre personnellement compte de son identité rwandaise ? C’est pourquoi, le gouvernement congolais n’a désormais plus le droit de continuer à duper les opinions par un langage de présomption – signe évident d’abdication face à ses responsabilités – ; car on en a trop avec le terme « présumés ADF/NALU » délibérément forgé pour éloigner les consciences de la vérité.

La population congolaise toute entière attend avec impatience les enquêtes internationales que réclame la communauté locale de Beni-Lubero, en vue d’établir la part de responsabilité de chacun dans ces massacres qui ont supprimé innocemment tant de vies humaines.

Kyavaghendi Baudouin
Beni/Benilubero

Posté par lumbamba à 23:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


BENI… KAMERHE : « SEMER LA PEUR, FAIRE FUIR LES GENS, ENSUITE REPEUPLER LES VILLAGES PAR DES OCCUPANTS VENUS D’AUTRES PAYS »

Politico.cd


  

kamehre

La Dynamique de l’opposition a organisé ce samedi 21 mai 2016 un avant-midi de sensibilisation sur les tueries dans le territoire de Beni. C’était à la Maison de France à Kinshasa. Un film et des images sur ces massacres ont été projetés à l’intention du public et en présence de plusieurs autres partis politiques de l’opposition.
Vital Kamerhe, président de l’UNC et cadre de la Dynamique de l’opposition, s’est confié à POLITICO.CD.« La stratégie, c’est de distiller la peur, la terreur pour que les gens quittent leurs villages et laissent des nouveaux occupants venus d’autres pays s’installer. C’est pour cela que le 26 mai nous allons davantage nous mobiliser pour Beni et pour soutenir notre constitution (…)» « Nous déplorons ce qui s’est passé à l’Echangeur. La police qui a en charge la sécurité des gens s’attaque maintenant aux populations civiles (…)» « Nous avons postposé notre descente à Beni parce que la population de Beni avait demandé que nous organisions d’abord des actions ici à Kinshasa avant d’aller à Beni dans la première quinzaine du mois de juin (…)» «Cette fois-ci ceux qui hésitent, ceux qui se préoccupent de leur sécurité n’ont qu’à rester à Kinshasa, mais moi, j’irai à Beni. » « Comment le M23 a été mis en déroute en 48 heures et sont incapables de lutter contre des bandits ? (…)»

Posté par lumbamba à 22:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 mai 2016

L’UNION EUROPÉENNE, DANS SES CONCLUSIONS, POUR L’ORGANISATION DES ÉLECTIONS DANS LES DÉLAIS CONSTITUTIONNELS

 

union-europeenne

L’union Européenne, dans ses conclusions de ce jour, soutient la résolution 2277 du conseil de sécurité des Nations Unies  sur la tenue des élections législatives et présidentielles dans le respect des délais constitutionnels. Il enjoint le gouvernement congolais d’entamer d’urgence la préparation des dites élections et à la CENI de sortir sans tarder un calendrier réaménagé qui respecte les délais constitutionnels.

L’Union Européenne demande aux autorités congolaises et aux forces de sécurité de libérer l’éspace politique afin de permettre au peuple de s’exprimer librement. Elle se dit inquiète et préoccupée par les événements tragiques qui se sont déroulés dernièrement à l’Est de la RDC et à Lubumbashi.

Seul un gouvernement issu des élections libres, transparentes, inclusives et pacifiques sera en mesure de lutter contre les insécurités récurrentes à l’Est de la RDC et de mettre le pays sur l’orbite du développement.

Vous pouvez lire l’intégralité des conclusions en cliquant sur ce lien:  Conclusions de l’UE sur le Congo-Kinshasa

Lumbamba Kanyiki
www.kasaidirect.net

Posté par lumbamba à 20:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 mai 2016

VIDÉO: KABILA RECONNU OFFICIELLEMENT COMME CITOYEN RWANDAIS PAR KYUNGU ET LES KATANGAIS

kyungu

Dans une vidéo publiée sur youtube hier le 17 mai 2016, Kyungu nie l’appartenance de Kabila au Katanga. Kabila y est reconnu comme citoyen rwandais. Honoré Gbanda et les combattants de la diaspora ont  toujours dénoncé la nationalité rwandaise de Kabila. Aujourd’hui, ceux qui avaient fabriqué son identité congolaise, qui lui avaient fabriqué son nom et qui lui avaient attribué un village commencent à délier leurs langues. Demain, les Boshab, Minaku, Mende, Kalev et Gizenga seront confondus. L’insécurité récurrente à l’Est du Congo est l’oeuvre de Kabila, les guerres de Kundabatware, le M23 et les massacres des habitants de Beni sont l’oeuvre de ce cheval de Troie. Nous avons un espion à la tête du pays. Il est grand temps que l’opposition, toutes plates-formes réunies préparent un dossier sur ce sujet en vue de la destitution de Kabila de son poste de président. Suivez la vidéo, s’il vous plaît!

Kasai Direct
www.kasaidirect.net

Posté par lumbamba à 11:25 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

19 janvier 2016

KINSHASA-GOMA-BUKAVU: ARRESTATIONS, ÉGLISES DÉSACRALISÉES, MANIFESTATIONS DISPERSÉES

 

Soulevements-en-Afrique-a-qui-le-tour


Au moins cent militants de l’opposition ont été arrêtés mardi à Kinshasa. Ils étaient mobilisés pour participer à des conférences-débat prévues par l’opposition pour commémorer l’an 1 des martyrs de la démocratie tombés le 19, 20,21 janvier 2015 à Kinshasa. Le malheur de ces congolais, c’est de vouloir débattre du processus électoral, c’est de dire non au glissement et  au troisième mandat de M. Kabila, a indiqué Jean Lucien Busa. Dans tous les 48 sites choisis pour abriter des conférences-débat, les éléments de la police se sont déployés. Pire même, les églises ont été désacralisées, a dénoncé l’opposant Vital Kamerhe.

A Binza Delvaux, les policiers sont entrés dans la salle pour chasser la population venue participer à la conférence-débat de Jean Lucien Busa. Quatre journalistes ont été interpellés puis relâchés. Les mêmes actes de violence se sont produits à Ngiri Ngiri où Vital Kamerhe devait tenir son meeting. Le leader de l’Unc a été prié poliment de quitter le lieu. Au même moment, les pomba ont investi Malweka pour contrer Martin Fayulu. Heureusement que le président de  l’Ecidé n’était pas encore arrivé sur le lieu de la manifestation, indique un de ses proches.

Tout a été mis en œuvre pour avoir sa peau. A Kingabwa,  Eve Bazaiba, la secrétaire générale du Mlc a été empêchée de tenir sa conférence-débat. Même chose pour Gabriel Mokia au Beau marché à Barumbu et Me Jacquemin Shabani à Lemba. Le même déploiement a été constaté devant la cathédrale notre dame du Congo où des jeeps de la police étaient stationnées depuis les premières heures du matin. Interdiction a été faite d’accéder à l’église. Un mouvement similaire a été observé à Mont-Ngafula, à Mombele, à Kimbaseke, à Ngaba et Limeté.

Au regard de toutes ces violations des libertés de manifestation et de réunion, la Dynamique de l’opposition a exprimé un vif ras-le-bol et responsabilisé le régime Kabila de chercher le pourrissement. Les principaux leaders de cette plateforme de l’opposition radicale se sont réunis en urgence au siège des Fonus pour faire le point de la situation. ‘‘On a observé aujourd’hui que l’état de droit est en péril, la démocratie est en péril. La liberté de culte est bafouée. La liberté de manifestation et la liberté de réunion sont foulées aux pieds’’, a décrié Jean Lucien Busa à l’issue de la réunion. Le pouvoir a déployé des gros moyens pour venir à bout de l’opposition.

A y voir de près, les forces de l’ordre étaient mieux renseignées sur tous les lieux d’organisation des manifestations. Pourtant, l’opposition ne cherchait pas à perturber l’ordre public. ‘‘Nous condamnons ces actes barbares et nous dénonçons ces pratiques honteuses et anti-démocratiques, a vociféré Martin Fayulu. La Dynamique de l’opposition a prévu une déclaration choc dans les prochaines heures. Par ailleurs, le leadership de cette plateforme de l’opposition radicale a félicité la population de Goma, Bukavu et Kananga pour avoir bravé la peur en résistant face à la police.

Malgré les intimidations, les menaces et la répression, les congolais tiennent tête et disent non au troisième mandat de M. Kabila, a rappelé Jean Bertrand Ewanga. Dans les prochains jours, l’opposition promet une grande mobilisation pour barrer la route à toute tentative de tripatouillage de la constitution.

Posté par lumbamba à 23:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


10 janvier 2016

KINSHASA ABRITERA UN COLLOQUE INTERNATIONAL SUR LES 10 ANS DE LA CONSTITUTION DE LA RDC DU 18 AU 20 FÉVRIER 2016

André Mbata - Kopie

La constitution de la République Démocratique du Congo totalisera 10 ans d’existence le 18 février 2016. A cet effet, le professeur André Mbata, défenseur acharné de la dite constitution, organise un colloque international dont le thème sera  » La constitution de 18 février 2006: Bilan, défi et perspectives de consolidation démocratique en République Démocratique du Congo ». Les participants à ce colloque international, constitutionalistes, politiques et autres experts nationaux et internationaux, seront appelés à réfléchir sur l’origine, le contenu, l’importance, la protection, la mise en oeuvre de cette constitution et sur les défis et perspectives de la consolidation du processus démocratique en RDC.

Dans un document publié par IDGPA (Institut pour la Démocratie, la Gouvernance et la Paix en Afrique), le professeur Mbata va prendre plusieurs contacts avec les institutions nationales et internationales dans le cadre de la préparation de ce colloque. Déjà de source de C-News, nous apprenons que le professeur André Mbata était à la tête d’une délégation qui s’est rendue au palais de la Nation pour s’entretenir avec le président Kabila, premier garant de la constitution de la RDC sur la préparation et le financement de ce colloque.

Le colloque sur les dix ans de la constitution se tiendra dans une période difficile pour la RDC, car l’actuel président de la République est soupconné de vouloir modifier ou contourner cette constitution pour se maintenir au pouvoir. Va-t-il vraiment financer la tenue de ce colloque? Attendons voir!

Ci-dessus, le document de l’IDGPA:

 

Lumbamba Kanyiki

Posté par lumbamba à 17:45 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

01 janvier 2016

KABILA ET LA PAIX AU BOUT DU CANON

kabila bonne année 2016

Kabila s’est adressé au peuple congolais pour les voeux de l’année 2016. Un discours terne et vide de sens. Déconnecté des réalités du pays, il promet encore et toujours aux Congolais la consolidation de la paix et la concorde, l’amélioration des conditions sociales de la population, la modernisation des infrastructures, etc. Mais il ne pipe mot sur les sujets relatifs à la fin de son mandat et à l’alternance au sommet du pays. Ce monsieur et sa bande ne veulent, donc, pas  comprendre que le temps des dictatures est déjà révolu. Il a confiance à ses forces de l’ordre. Mais aucune armée n’est plus forte que la pression populaire.

De source anonyme à Kinshasa, la CENCO aurait demandé à Kabila de faire une déclaration pour décrisper l’atmosphère politique en annoncant qu’il ne briguerait pas un troisième mandat. Kabila aurait refusé la proposition.

L’opinion se rappellera que les évêques de la CENCO avaient procédé, cette semaine, à une consultation des opposants aux dialogues afin de remettre le dialogue bloqué depuis un certain temps sur les rails. Ils s’étaient ensuite rendus auprès de Kabila pour lui faire part des résultats de la dite consultation.

Une seule et une seule voie reste disponible aux Congolais pour qu’il y ait alternance: actionner l’article 64 de la constitution et chasser l’imposture à la tête du Congo.

Lumbamba Kanyiki
www.kasaidirect.net

Posté par lumbamba à 16:52 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

30 décembre 2015

LA PEUR CHANGE DE CAMPS: L’AGENCE NATIONALE DES RENSEIGNEMENTS (ANR) CHERCHE L’IMPLOSION DU FRONT CITOYEN 2016

 

kalev mutondo

Par une note datée du 12 décembre, l’Agence Nationale des Renseignements (ANR) sous la plume de Kalev Mutondo, Administrateur Général, informe le président du Sénat de l’existence de ce qu’il qualifie d’une coalition soutenue par les « parrains étrangers » pour la destabilisation de la RDC. Il fait allusion au séminaire sur la démocratie, organisé  sur l’île de Gorée, au Sénégal auquel plusieurs ténors de l’opposition et de la société civile congolaises avaient pris part. Selon la copie de la dite note en notre possession, les opposants congolais et la société civile seraient allés apprendre des techniques subversives pour attenter à la sûreté de l’Etat congolais.

Monsieur Kalev Mutondo fait certaines recommandations dans ce document dont le renforcement de la police et son équipement pour disperser les manifestants éventuels, l’injection des éléments au sein du front citoyen 2016 pour son implosion future, la recherche des preuves pour assigner en justice les participants au séminaire qu’il qualifie de « messe noire contre la RDC, etc.

La plupart des recommandations de l’Agence Nationale des Renseignements n’ont pas été suivies. Car, la médiatisation de la version du complot contre la RDC, la diplomatie offensive contre le Sénégal et les « parrains étrangers » et la sensibilisation des partis d’opposition contre les membres ayant pris part au séminaire de l’île de Gorée n’ont pas donné des résultats escomptés.

D’ailleurs, les amis de LUCHA et FILIMBI, qui nous ont refilé le document, parlent de l’amateurisme de l’Agence Nationale des Renseignements  recherchant des informations sur Internet, qui, du reste, sont connus de tout le monde, pour en tirer des conclusions biaisées. Qui pis est, sur la liste reprise par l’Agence Nationale des Renseignements figureraient des personnes qui n’étaient pas sur l’île de Gorée. L’Agence Nationale des Renseignements veut infiltrer le front citoyen 2016 pendant qu’elle regorge de vrais patriotes congolais qui collaborent avec le front citoyen 2016 pour faire échec à toute tentative du glissement ou d’un troisième mandat de Kabila.

En annexe, le communiqué de LUCHA et la note de l’Agence Nationale des Renseignements.

Annexes Note ANR-GOREE 12-12-2015 Communiqué- Rapport scandaleux de l’ANR sur la rencontre dite « de Gorée » Note ANR-GOREE 12-12-2015

Lumbamba Kanyiki
www.kasaidirect.net

Posté par lumbamba à 00:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 décembre 2015

CONFUSION À KANANGA: UNE ASSOCIATION VEUT RESSUSCITER LE SALUT AU DRAPEAU

 

salut au drapeau

De source de l’ACP, une association dénommée « Association congolaise pour l’accès à la justice pour le Kasai Central (ACAJ) invite la population à s’arrêter lors des montées du drapeau national. Maître Iloba Kueyi, coordonnateur de cette association voudrait voir la population revenir à cette vieille pratique abandonnée dans les pays de vieille démocratie. Maître Kueyi demande aux autorités compétentes de revenir à cette pratique et au besoin de sanctionner les « récalcitrants ».

Nous rappelons à ce monsieur que le peuple congolais chosifié a tant souffert de ceux qui devraient faire montre de plus de patriotisme. Son association, selon son appellation, a beaucoup à faire pour apporter la justice à ceux qui en ont besoin et qui souffrent de l’absence d’une vraie justice. Il a du pain sur la planche s’il veut réellement aider la population à avoir accès à une vraie justice. Sa sortie médiatique donnerait seulement une occasion aux policiers et autres agents de l’ordre de rançonner la population au motif de faire respecter les couleurs nationales.

Lumbamba Kanyiki

Posté par lumbamba à 14:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 décembre 2015

FELIX TSHISEKEDI: LES ACCUSATIONS DE KINSHASA SUR LA CONFÉRENCE DE GORÉE COMPROMETTENT LE DIALOGUE

felix

Gorée éloigne davantage la perspective de la participation de l’UDPS au Dialogue
«Les accusations de subvertion formulées  contre les séminaristes de Gorée compromettent la participation de l’UDPS au Dialogue national» selon Félix Antoine TshisekediDans une interview exclusive accordée à 7SUR7.CD, Félix Tshisekedi, Secrétaire national aux affaires extérieures de l’UDPS, s’est étendu sur l’épisode de l’île sénégalaise de Gorée et ses conséquences politiques. Pour ce haut cadre du parti cher au lider maximo, Étienne Tshisekedi, la réaction de Kinshasa par rapport au séminaire electoral de Gorée, c’est de la « paranoïa » qui indique que la peur a changé de camp. Pour lui, les accusations de Kinshasa suggérant des activités subversives compromettent la participation de son parti au Dialogue national. Dans cet entretien, Félix Tshisekedi parle aussi de ses rapports avec Katumbi et les membres de la Dynamique de l’Opposition. Il donne aussi son avis sur la médiation internationale, principal obstacle au démarrage du Dialogue.
Ci-desssous l’interview.

 

1.    Félix Tshisekedi, l’UDPS votre parti, a été à Ibiza et à Venise en pourparlers avec le pouvoir cela n’avait pas choqué le régime de Kinshasa. Comment alors se fait-il que le même régime, soit si remonté contre tous les participants du séminaire  sur les processus électoraux de l’île de Gorée au Sénégal ?

R/A mon avis c’est parce qu’aucun de ses représentants n’y avait été convié…(rires)! Non, plus sérieusement le pouvoir montre des signes de nervosité. C’est la preuve qu’il nous prépare une surprise désagréable. Ainsi, pour arriver à ses fins, il se croit obliger de devoir tout contrôler pour que rien ne lui échappe. Nous resterons vigilants.

2.    Sur l’île de Gorée, vous vous êtes livrés à des activités subversives selon le régime de Kinshasa ? Au point que le président de l’assemblée nationale, Aubin Minaku, a brandi la menace de la levée des immunités pour tous les députés qui y ont pris part afin de les livrer au PGR? L’Udps, aurait-il renoncé à la non-violence ? Que s’est-il réellement passé au Sénégal ? N’y-a-t-il pas eu « complot » ou « activités subversives » comme prétendus par les autorités de Kinshasa ?

R/ Non, aucune activité subversive. A moins que pour ce régime finissant, le fait pour nous de réfléchir sur le sort qui sera le sien dans quelques mois soit assimilé à de la subversion! Je crois que ces signes d’agitation cachent mal un malaise profond et des intentions malveillantes. Mais puisque vous me pouvez la question, je dirais que l’Udps notre parti a fait de la non-violence sa méthode de lutte. Jamais nous ne nous aventurerons sur un terrain aussi incertain que celui de la violence! Au Sénégal, nous avions répondu à l’initiative de nos jeunes compatriotes des Filimbi et de la Lucha, qui nous avaient invité à cogiter sur le processus politique face aux enjeux électoraux de 2016, en comparaison avec les expériences vécues dans certains pays africains (Namibie, Mozambique, Tanzanie, Burkina-Faso et Sénégal). Si pour réfléchir à ces choses, il faut obligatoirement obtenir le quitus de ceux qui nous gouvernent, par défi en plus, où allons-nous?

 3.    Puisqu’il ne s’est rien passé de subversif sur l’île de Gorée, comment expliquez-vous alors l’agitation de Kinshasa au point de jeter le froid entre la RDC et le Sénégal de Macky Sall ?

 R/ De deux choses l’une: Ou le pouvoir fait du bluff en cherchant à crier très fort au scandale, pour tuer dans l’œuf le Front Citoyen 2016 qu’il craint de voir s’ériger, ou alors, il est dans une paranoïa aigüe qui le pousse à voir ses ennemis partout. Dans les deux cas, tout indique que la peur a changé de camp, et que nous sommes à un tournant décisif quant au sort de ce régime.

4.    N’est-ce pas la présence sur l’île de Gorée d’éveil civique, Filimi, Lucha, Y en- marre et Balai citoyen ; qui ont provoqué l’ire du régime de Kinshasa car il les considère comme des organisations « terroristes ».

 R/ Terroristes…!?! Allons, allons! Les terroristes, au cas où vous ne le sauriez pas, usent de méthodes barbares et lâches. En plus, ils s’en prennent gratuitement et de manière sauvage à des innocents. Ce qui n’est pas le cas de ces mouvements citoyens et non violents, qui plus est. Si ce que font les Filimbi et autres est assimilé à du terrorisme, que dirions-nous alors de ce régime qui ordonne la mort de journalistes, de défenseurs des droits de l’homme, d’opposants ou encore de manifestants pacifiques?

5.    
Pensez-vous que les accusations du gouvernement, manifestement de mauvaise foi,  à votre endroit compromettraient  votre participation au Dialogue national? N’est-ce pas là une occasion pour lui de faire pression sur vous et sur tous les « comploteurs » de participer au Dialogue ?

 R/ Non seulement cela compromettrait notre participation à ce forum, mais ça occulterait aussi les objectifs y visés, qui sont ceux de la réconciliation nationale, de l’unité et de la paix, valeurs à observer avant d’aller à des échéances importantes pour la stabilité et le développement du pays.

 6.    Quelles sont les principales leçons à tirer du séminaire de Gorée? Pour les participants, pour le gouvernement et pour la communauté internationale et bien entendu pour la communauté nationale ?

R/ Le premier enseignement est celui de constater qu’une volonté est née, de rassembler toutes les énergies des organisations politiques et sociales pour faire barrage à toute tentative d’enfreindre la loi fondamentale dans ce qu’elle a d’inviolable. Ensuite, en comparant les expériences vécues par nos frères africains qui ont conféré avec nous, nous apprenons que la détermination et l’abnégation sont des « armes » très redoutées par la dictature qui table souvent sur la peur et l’intimidation. Enfin, nous avons été heureux de constater que le peuple congolais n’est pas seul dans son combat. Ailleurs dans le monde et surtout en Afrique, des individus ou groupes d’individus se mobilisent pour nous venir en soutien afin que la démocratie, la liberté et la sécurité deviennent aussi réalité en RD Congo.

7.     La question de la facilitation ou de la médiation internationale  constitue le principal blocage pour le démarrage du Dialogue. Il semble que l’Udps a posé des conditions à Saïd Djinnit, pressenti facilitateur ou médiateur Quelles sont- elles?

R/ Je préfère plutôt dire que nous avons exigé le rappel des grands principes avant la tenue de ces assises:

Non à la modification de la constitution
Non à un 3ème mandat de Joseph Kabila
Pour un processus électoral crédible et fixé dans le respect des délais constitutionnels. Pour l’alternance politique, pacifique et démocratique

 8.    Saïd Djinnit, Envoyé spécial du Secrétaire général de l’Onu dans les grands lacs, ferait-il un bon médiateur ou facilitateur?

R/ Si tous les principes énumérés ici sont respectés, n’importe quelle personnalité sérieuse ferait l’affaire.

9.    Quels sont vos rapports personnels et ceux de l’Udps avec les membres de la Dynamique de l’Opposition? Avec le G7? Et Avec moïse katumbi particulièrement? 

 R/ Personnellement, je n’en avais plus avec les amis de ces regroupements. Disons que l’autre mérite de la réunion de l’île de Gorée est d’avoir permis de renouer ces contacts perdus avec les uns et les autres. Quant à Moïse Katumbi, depuis que nous nous sommes rencontrés pour la première fois (en 2010), nos relations ont toujours été basées sur le respect mutuel.

Propos recueillis par Israël mutala/ 7sur7.cd

Posté par lumbamba à 15:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]