09 août 2014

RDC : les Américains demandent des comptes à Kinshasa sur le passage à tabac d'un manifestant

Au lendemain du passage à tabac à Washington d'un opposant anti-Kabila par des gardes du corps du président de la RDC, le département d'État américain a demandé jeudi des explications à la délégation congolaise. Pour cette dernière, il s'agissait d'un cas de "légitime défense"…

C'est un incident dont il aurait certainement préféré se passer. Lors de son séjour à Washington où il a pris part au sommet États-Unis - Afrique, Joseph Kabila a été à plusieurs reprises interpellé par des manifestants, appartenant notamment au groupe des "combattants", ces opposants anti-Kabila vivant à Bruxelles, Paris ou New York.

Lors d'une de ces altercations, le 6 août, ses gardes du corps s'en sont pris physiquement à l'un des manifestants, le tabassant violemment et le laissant titubant sur la chaussée.

Vidéo par un Américain "choqué", témoin de la scène qui se déroule près de l'hôtel Capella où était logée la délégation congolaise. : https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=eyZ1sAFDByA

 

Posté par lumbamba à 22:43 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


Programme des funérailles du Professeur Docteur Ngandu Kabeya Dibandala décédé le samedi 02.08.2014

Croix

Chers tous,

Voici le programme des funérailles du Professeur Docteur Ngandu Kabeya Dibandala décédé le samedi 02.08.2014 à Kinshasa. Le programme a été publié dans le forum Bena Kasayi par le Prof. Louis Muamba Ngalula. Nous en faisons large diffusion pour ceux qui ont connu le Prof. Dr. Ngandu Kabeya Dibandala.

Mardi, 12.08.2014 à 13 heures:     La levée du corps aux cliniques Ngaliema
                                                    Exposition et hommage à son domicile de Righini

Mercredi, 13.08.2014 à 9 heures: Messe d'action de grâce et cérémonie académique à l'université de Kinshasa     
                                                    Enterrement au Nécropole                                                      

Lumbamba Kanyiki

 

Posté par lumbamba à 12:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 août 2014

UDPS: L'envoyé spécial du SNRE dresse un bilan positif

Communiqué-USA-AFrique-Bilan

Posté par lumbamba à 17:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Kabila, la présidence à vie, la prison à vie ou le retour au Rwanda

kabila

Les assassinats et trahisons

Il a tué. Trop tué. La population lui reproche les meurtres des Bundu dia Kongo, des activistes des droits de l'homme Chebeya et son chauffeur Mazana, d'Armand Tungulu, etc. Il a trahi la République Démocratique du Congo par son soutien au M23. La preuve en est la réhabilitation du général Amisi Tango four, l'ancien chef des forces terrestres des FARDC. Cet officier supérieur a été suspendu le 22 novembre 2012 pour avoir vendu, selon les experts des Nations Unies, les armes aux groupes rebelles. Il était aussi régulièrement cité dans les détournements des soldes des soldats engagés au front contre le M23. Dernièrement, la MONUSCO a pris acte de sa réhabilitation par Kabila , mais regretté qu'une enquête n'ait pas été initiée pour connaître la vérité. Du temps où il dirigeait les opérations à l'Est, il était fait état des ordres contradictoires qu'il recevait de la "hiérarchie" dans la direction des opérations contre les groupes rebelles. Ce qui a causé la perte de plusieurs de nos frères, des viols de nos soeurs, les déplacements de la population à l'intérieur comme à l'extérieur. Inutilement. Kabila aurait eu peur de mettre Amisi en accusation pour ne pas se tirer une balle dans le pied? Ce qui se dit sur Amisi l'est aussi pour John Numbi. La justice de Kabila s'est refusée de mettre en accusation cet officier qui était à un certain moment le bras droit de Kabila en matière de sécurité. C'est lui qui aurait ordonné les massacres des Bundu dia Kongo sur ordre de la "hiérarchie". C'est lui qui aurait aussi ordonné les meurtres de Chebeya et de Mazana.

Plusieurs dossiers de meurtres dorment dans les placards et attendent de sortir le moment venu, comme celui des massacres de N'djili à deux jours des élections du 28 novembre 2011, la disparition de plusieurs membres de l'UDPS pendant la même période et la mise en résidence surveillée du président Tshisekedi Wa Mulumba. Kabila a tué. Trop tué. Il s'est aussi enrichi, lui et sa famille pendant que le peuple clochardisé croupit dans la misère qui ne dit pas son nom.

Les détournements et les pillages

La fortune de Kabila est estimée à 17 milliards de dollars. Son épouse a des concessions à Goma estimées à plusieurs millions de dollars. Son frère Zoé est un grand homme d'affaires au Katanga où il s'est accaparé des affaires juteuses dans les mines, dans l'immobilier jusqu'aux timbres-poste! Le limogeage du directeur général de la Gecamines serait lié à ses démêlées avec le frère de Kabila, entendez Zoé Kabila.

La peur du jugement populaire a atteint même ses thuriféraires qui se sont enrichis de façon illicite en un temps record. Certains ont peur d'être poursuivis pour détournements des fonds.  C'est le cas de Boshab qui aurait détourné les fonds du temps où il était président de l'Assemblée Nationale. Un autre dossier connu, c'est celui de l'accident de son fils le 02 janvier 2012 sur le boulevard du 30 juin. Cinq personnes en étaient décédées.

Les arrestations arbitraires et le musellement des opposants

Les portes de la prison de Makala sont largement ouvertes pour les opposants. Les plus connus sont Kutino, Diomi Ndongala et Kabatshi. Le dernier en date, c'est le secrétaire général de l'UNC, Jean-Bertrand Ewanga, accusé pour outrage au chef de l'Etat. Outrage parce qu'il aurait dit: "Kabila rentre au Rwanda" ou "Kabila est Rwandais". Le président américain Barack Obama était aussi traité de Kenyan par les Républicains. Depuis qu'il leur a présenté son attestation de naissance, les choses sont rentrées dans l'ordre et plus personne n'en parle. Kabila n'a jamais abordé ce sujet et n'a jamais prouvé qu'il était le fils biologique de Laurent-Désiré Kabila. Il continue à entretenir le suspens. Alors, dire qu'il est Rwandais et qu'il rentre au Rwanda ne constitue ni un outrage au chef de l'Etat, ni un acte qualifié de tribalisme ou racisme. Etre Rwandais n'est pas une injure! Mais les Congolais n'acceptent et n'accepteront pas d'être dirigés par un Rwandais!

Bref, Kabila et ses griots ont des mains pleines de sang des Congolais. Ils ont pillé le Congo plus que ne l'ont fait les Mobutistes en trois décennies. C'est pourquoi ils se battent becs et ongles pour leur survie. Tout comme Kompaoré au Burkina Faso poursuivi par le sang de Thomas Sankara qu'il avait fait assassiner pour prendre le pouvoir il y a près de trente ans. Tous les arguments qu'ils avancent pour justifier le bien fondé d'une révision constitutionnelle ne tiennent pas débout. Et pourtant les exemples ne manquent pas. Aucune dictature n'est éternelle. Ils devaient tirer des leçons sur les Mobutistes ou sur Ceaoucescu de la Roumanie. Désormais Kabila a le choix entre la présidence à vie, la prison à vie ou le retour au Rwanda. Qui vivra, verra.

Lumbamba Kanyiki

Posté par lumbamba à 16:39 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


Protestation des forces politiques et sociales


Les Forces Politiques et Sociales qui ont organisé le meeting populaire du 04 août 2014 à la place Ste Thérèse dans la Commune de Ndjili à Kinshasa pour désapprouver toute initiative tendant à réviser ou à changer la Constitution

afin d’instaurer la « monarchisation présidentielle» dans notre pays, se sont réunies ce jour pour évaluer ladite manifestation. Celle-ci, doit-on le rappeler, a connu un grand succès du fait de la présence de près de 70.000 Congolais qui ont répondu présents à l’appel des Forces Politiques de l’opposition réelle en République Démocratique du Congo.
 
A la suite de la réunion de ce jour, les Forces Politiques et Sociales rendent publique la déclaration ci-après en rapport avec le maintien en détention arbitraire dé l’Honorable Jean-Bertrand Ewanga:
1. les Forces politiques et Sociales relèvent que, pour avoir abordé tous le même thème, mais dans des langues et styles différents, tous les intervenants du jour à la manifestation de N’Djili, au nombre de 16, devraient tous être poursuivis si leurs propos constituaient une infraction quelconque.
2. les Forces Politiques et Sociales notent avec dégoût que le musèlement du Député National Jean-Bertrand Ewanga a été programmé depuis les derniers évènements du camp Tshatshi et que toute personne qui exprimerait une opinion contraire à Monsieur Kabila s’exposerait au même traitement inhumain. Ainsi, je musèlement de l’Honorable Ewanga est un premier pas vers celui de museler toute l’opposition;
3. Dans son «arrêt» du 05 août 2014, la Cour Suprême de Justice, tout en se déclarant incompétente, a néanmoins décidé d’assigner l’Honorable Ewanga à résidence en attendant la constitution d’une chambre qui ferait office de Cour Constitutionnelle;
4. Depuis, et à là grande stupéfaction de tous, le Député National Jean-Bertrand Ewanga est arbitrairement détenu au CPRK tandis que, suivant certaines confidences, le pouvoir s’apprêterait à le reléguer dans son village ou à l’assigner à résidence dans un hôtel de la place.
5. L’Honorable Ewanga ayant été arrêté à sa résidence de Kinshasa, bien identifiée aussi bien par l’ANR que par le Parquet Général, il est hors de question qu’il soit relégué dans son village sous prétexte que c’est son fief électoral alors que l’Honorable Ewanga, est un Député National.
 
DE CE QUI PRECEDE: Nous dénonçons fermement le maintien arbitraire en détention de l’Honorable Jean-Bertrand Ewanga ainsi que tout plan ou toute tentative visant sa relégation dans son village ou son transfert dans un hôtel;
- Nous exigeons sa libération .immédiate et sans condition en même temps que nous continuons d’exiger également la libération des détenus politiques et d’opinions, Eugène DIOMI-NDONGALA, BRUNO KABATSHI et du Pasteur KUTHINO FERNANDO ;
 
- Nous lançons un appel à tout le peuple de rester mobilisé pour faire échec au plan « démocracide » dans notre pays concocté par la classe politique au pouvoir.
Fait à Kinshasa, le 07 août 2014.
 
LES SIGNATAIRES DE LA DECLARATION DES FORCES POLITIQUES ET SOCIALES DU 07 AOUT
2014
1) Mavungu Puati/UDPS
2) Kudura Kasongo/FlS-AVK
3) Honorable Alain Mbaya Kakasu/UNC
4) Honorable Kiloso Sumaili Matembelo/RCD!KML
5) Mme Tatcher Lusamba/ RADECO/FA C
6) Jean Senga Y./CDIFAC
7) Kudura Pascaline/MPP
8) Yvon Mubengayi/UREC/FAC
9) Jean Marie Kahenga/RDR/FAC
10) Likwo BoIangala/UNC-CVD
11) Mivilu Kalonji CharIotte/RNS/MPP
12)Beya Mubiayi/CNRP/MPP
13) Kitoko Mulendal/ SG Ecide
14. Me Thaddée Bongol/CDER
15. Ferdinand Lokunda Dasilva/Société civile RDC
16. Verdict Mituntua/D-C MPP
17. Roger Mayemba/MPCR
18. Prince Epenge/ADD-COBNGO
19. Emery Okundji (FONUS/Député national

Posté par lumbamba à 13:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Kananga/Académie Militaire : Remise des diplômes aux officiers et sous-officiers de la 26ème promotion


La Région militaire de Kananga a vibré dernièrement au rythme des cérémonies de remise des Brevets 1, 2 et 3 de l’Ecole d’Administration et de clôture de la 26ème promotion ordinaire de l’Académie Militaire.

Ces promotions sont les premières qui sortent de ces deux instituts militaires après leur rénovation en 2011 et2012.
Au total, 125 stagiaires sur les 177 entrés à l’Ecole d’Administration et 71 sur les 126 stagiaires inscrits pour le cycle de 3 ans de l’Académie Militaire, ont pour la première fois depuis 1997, suivi la totalité de leur cursus de formation en RDC.

Les deux cérémonies de remise de diplômes organisées avec le concours de la Mission de Conseil et d’assistance en matière de réforme du secteur de sécurité dans le domaine de la défense (EUSEC RD Congo), ont été présidées par le Vice-Premier Ministre et Ministre de la Défense et des Anciens Combattants (MDNAC), Alexandre Luba Ntambo, représentant du Chef de’ l’Etat, En présence du Général de Brigade Ekuba, Chef d’Etat-major général adjoint, chargé des opérations, représentant du Chef d’Etat-major général, du Commandant de l’Ecole d’Administration, le Général de Brigade Sasa, du Commandant de l’Académie Militaire, le Général-. Major Kibonge ainsi que de nombreuses autorités militaires et civiles du pays et des représentants de la communauté internationale.

A la fin de leur formation, les officiers et sous-officiers de l’Ecole d’Administration appuieront désormais le Ministère de la Défense et les Forces armées de la République démocratique du Congo, dans la gestion du personnel, des matériels et des finances au sein des unités et services centraux.
Ces promotions ont également été formées au Système Informatique pour la Gestion et l’Administration des Militaires, SINGAMIL, afin de faciliter la mise à jour ce la base de données des militaires.

A l’Académie Militaire, les élèves officiers de la 26ème promotion ordinaire ont obtenu le diplôme de gradué en sciences sociales et militaires. Durant trois ans d’études, ils ont été formés aux plans académiques militaires, éthique, mental et physique par un encadrement sélectionné, avec l’appui du partenariat militaire belge.
A noter que sur demande du Ministère de la Défense nationale et des Anciens Combattants d’une part, et en vue de relancer la formation de base des officiers, d’autre part, la mission de Conseil et d’assistance en matière de réforme du secteur de sécurité dans le domaine de la défense (EUSEC RD Congo), a financé depuis janvier 2010, les travaux de rénovation des bâtiments et la fourniture de mobilier adéquat, pour ces deux instituts militaires. La mission EUSEC continue d’aider ces deux écoles avec des supports de cours, des kits scolaires, du matériel informatique et en rémunérant les indemnités des professeurs civils. L’Amphithéâtre de l’Académie militaire d’une capacité d’accueil de 471 places assises est en cours de rénovation par EUSEC et sera prochainement remis au Commandant de l’Académie.
La relance du système de la formation militaire s’inscrit dans la cadre du Programme d’action élaboré et signé conjointement par le Ministère de la Défense Nationale et des Anciens Combattants (MDNAC) de la République Démocratique du Congo, et la mission de Conseil et d’assistance en matière de réforme du secteur de sécurité dans le domaine de la défense en janvier 2010. Ce programme d’action, renouvelé annuellement, soutient la mise en oeuvre du Plan de Réforme de l’Armée (PRA), tel que défini par les autorités congolaises.

 

Posté par lumbamba à 13:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Ewanga quitte l’ex-prison de Makala pour l’hôtel Invest

Ewanga3


(KINSHASA)- L’opposant Jean Bertrand Ewanga, écroué depuis deux jours à l’ex-prison de Makala après un procès à la va-vite pour outrage au chef de l’état et incitation à la haine tribale et ethnique- en attendant l’avis de la cour constitutionnelle sur l’exception d’inconstitutionnalité soulevée par ses avocats, a été transféré jeudi à l’Hôtel Invest à côte de la télévision publique congolaise-RTNC. Le procureur général de la république a été soumis à de très fortes pressions avant qu’il ne change d’avis. Lui qui prétendait d’ailleurs mercredi devant les journalistes que la résidence surveillée supposait la détention à l’ex-prison de Makala parce que l’état congolais, selon lui, n’avait pas de résidence pour placer les prévenus à surveiller. Tout s’est décanté jeudi après la rencontre entre le président de l’assemblée nationale et les ambassadeurs des pays membres de l’Union européenne en poste à Kinshasa. Aubin Minaku leur a annoncé avoir saisi le procureur général de la république pour qu’il applique selon l’esprit de la loi, l’arrêt rendu par la cour suprême de justice assignant en résidence surveillée l’élu Unc, Jean Bertrand Ewanga. Selon le conseiller juridique de Minaku, il a procédé à un contact épistolaire avec le procureur général de la république.

Posté par lumbamba à 13:27 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

KAMERHE A MALMENÉ LES KABILISTES A WASHINGTON.

Par Willy Delors ONGENDA

Malgré les "grandes qualités" que je reconnais à Vital, il faut dire qu'il a rendu tout petit Lambert et Evariste dans la capitale fédérale.

Les congolais en particulier , les Africains et le monde entier en général se sont rendus compte que les deux gorilles précités de Kabila n'ont pas bien préparé leur voyage et surtout, leurs dossiers sur lesquels, s'est assis le président de l'UNC au nom de l'opposition RDCongolaise.

Étonnant est le fait de voir Lambert bafouiller, Evariste aussi incohérent se perdant dans ses papiers comme un écolier de primaire au moment ou le très sérieux, Robert MINITER, enfonce les clous en accusant, cette fois, Monsieur Kabila de multiples meurtres.( Nous y reviendrons dans "Questions d'Afrique et d'Ailleurs")

L'opinion mondiale a constaté que ceux qui poussent Kabila à instaurer une monarchie constitutionnelle au Congo ne se gargarisent qu'à Kinshasa où ils ne réussissent à s'exprimer que devant les caméras de leurs presse coupagistes.

QUELLE HONTE!!

En tous cas, aussi bien Lambert qu'Évariste, personne n'a pu bien dormir la nuit dernière après un échec aussi cuisant lors de leurs prestations respectives confuses, incohérentes, approximatives et lourdement honteuses.

Je n'aimerais pas être à leur place.
Pire, ces deux hommes de Monsieur Kabila, par leur non-maîtrise de leurs dossiers, ont enfoncé davantage et humilié leur chef, Kabila.

Tout ceci étant dit, ce qui m'a inquiété chez Kamerhe, c'est sa physiologie.

En effet, d'après un ami qui l'a vu de prêt, un médecin Sénégalais qui était, lui, dans la délégation de l'opposition de son pays, l'homme, (Kamerhe) accuse de signes forts de détérioration de sa santé.

Espérons qu'il n'en est rien et que ce ne sont que des signes de fatigue.
Autrement, ses congolais et congolaises de service pourraient avoir de soucis à se faire.

Posté par lumbamba à 00:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

RDC: l’arrestation d’Ewanga ne contribue pas à l’apaisement du climat politique (Union européenne)


http://7sur7.cd/images/ro.png
Photo
Hon. EWANGA, Secrétaire général de l'Union pour la nation congolaise (UNC).
 Radio Okapi/Ph. John Bompengo.
 
La délégation de l’Union européenne en RDC se dit préoccupée par l’arrestation du député national Jean-Bertand Ewanga. Elle a exprimé sa position, jeudi 7 août, au sortir d’un entretien avec le président de l’Assemblée nationale, Aubin Minaku Ndjala Ndjoko, au Palais du peuple, à Kinshasa.
 
Bertrand Ewanga a été interpellé, mardi 5 août, à son domicile, 24 heures après le meeting de l’opposition contre une éventuelle révision de la constitution de la République, à la Place Sainte-Thérèse dans la commune de N’Djili.
 
«Cette arrestation ne contribue pas à l’apaisement du climat politique. Nous réaffirmons l’importance que nous attachons au respect des droits de l’homme et de liberté publique. La construction d’un Etat des droits et la défense des droits de l’homme sont des éléments essentiels du partenariat entre l’Union européenne et la RDC», a indiqué le chargé d’affaire intérimaire de la délégation de l’Union européenne en RDC, Bruno Hanses. Il a, par ailleurs, félicité les autorités de la ville de Kinshasa pour avoir autorisé et encadré, comme il se doit, ce meeting populaire de l’opposition.
 
«Nous avons appelé les autorités du pays à prendre des dispositions nécessaires pour permettre l’exercice de la liberté d’expression et assurer un espace ouvert au débat politique», a poursuivi Bruno Hanses.
 
Avis de Minaku
 
Parlant de l’affaire Ewanga, le président de l’Assemblée nationale, Aubin Minaku, demande au Procureur Général de la République d’exécuter fidèlement la décision de la Cour Suprême de Justice (CSJ), en demeurant dans l’esprit et termes de l’arrêt quant à l’assignation du député assigné en résidence surveillée.
 
«Le président de l’Assemblée nationale a informé aux ambassadeurs que dès ce jour il va écrire au Procureur Général de la République pour qu’il y ait une exécution fidèle des termes prononcés par la CSJ. Des termes qui sont dégagés d’une disposition légale qui dit qu’en matière de détention préventive des députés nationaux, la présente mesure est remplacée par l’assignation à résidence surveillée », a indiqué le conseiller juridique du président de la chambre basse du Parlement, Tupa Kamango.
 
Mercredi 6 août, le Procureur Général de la République, Flory Kabange Numbi, avait affirmé avoir gardé Ewanga à la Prison centrale de Makala qui, selon lui, constitue une seule résidence surveillée mise à sa disposition: «La seule résidence mise à ma disposition par l’autorité jusqu’à preuve du contraire c’est celle où Monsieur Ewanga se trouve présentement».
 
Le secrétaire général de l’UNC a été jugé, mardi 5 août, en flagrance pour outrage au chef de l’Etat au cours du meeting de l’opposition et il a passé, le même jour, sa première nuit à la prison de Makala.
 

Posté par lumbamba à 00:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]