01 novembre 2013

Kagame sommé par les Américains et les Britanniques de ne plus intervenir à l'Est de la RDC sous peine des sanctions graves

Congolese soldiers and rebel forces suffered heavy casualties as they fought for a fifth day near the city of Goma in the country's volatile east, a doctor near the front line said. Les rebelles tutsis du M23

Selon le journal en ligne "The Telegraph" de ce jour, le président rwandais avait reçu deux coups de fil importants le vendredi, 25 octobre de la part de John Kerry, le secrétaire d'Etat américain et de William Hague, Ministre britannique des Affaires Etrangères. Dans leurs messages respectifs, les deux hommes d'Etat lui ont enjoint de couper tout lien avec le M23 et de ne plus intervenir dans les nouveaux affrontements en RDC sous peine des sanctions.

Déjà le mois passé, le gouvernement d'Obama avait coupé une nouvelle aide militaire accordée au Rwanda pour son soutien au M23 qualifié de force négative par les Nations Unies. Un mouvement accusé aussi par plusieurs rapports pour le recrutement d'enfants soldats et pour plusieurs cas de viols sur les femmes et les filles à l'Est de la RDC. Déjà l'année passée, plusieurs donateurs occidentaux avaient coupé leur aide bilatérale pour les mêmes raisons.

Les FARDC en train de se réarmer à Bunagana

Sur le terrain, on sait ressentir les effets de ces menaces. En effet, privé de tout soutien de la part de Kagame et poursuivi par une force de frappe foudroyante des FARDC soutenues par la brigade d'intervention de la Monusco, le M23 a perdu toutes ses positions, les unes après les autres. Pour le moment, les éléments de ce mouvement estimés à quelques centaines, se sont retirés dans les collines situées entre la RDC, le Rwanda et l'Ouganda d'où ils n'ont aucune chance de sortir vivants.

Ainsi cette fois a été la bonne. Un message clair et simple a été envoyé à Kagame et à Museveni par leurs alliés américains et britanniques. Nous pourrons ainsi interpréter: "Vous devez arrêter maintenant votre aventure en RDC et couper tout lien avec le M23. Si jamais vous continuez à déstabiliser l'Est de la RDC, nous prendrons des sanctions graves contre vous personnellement et vous serez poursuivis pour crimes de guerre, crimes contre l'humanité et crimes de génocide".

La disparition prochaine du M23 marquera la fin de l'aventure commencée par Paul Kagame en RDC et dont le but était la balkanisation de la RDC et la mainmise sur ses ressources minières.

Lumbamba Kanyiki

Posté par lumbamba à 11:40 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


RDC : à Makala, les oubliés de la grâce de Kabila

Joseph Kabila peut soumettre une nouvelle liste de noms pour amnistie au Parlement. Joseph Kabila peut soumettre une nouvelle liste de noms pour amnistie au Parlement. © AFP

Une quarantaine de condamnés de la prison centrale de Makala, à Kinshasa, ne sont pas concernés par la mesure de grâce prise par Joseph Kabila. Ils sont suspectés de complicité dans l'assassinat de l'ancien président, Laurent-Désiré Kabila.

Ce sont les laissés-pour-compte de la grâce présidentielle signée le 23 octobre au matin par Joseph Kabila. Incarcérés depuis plus de douze ans à la prison centrale de Makala, à Kinshasa, pour leur participation présumée (et, de l'avis général, non prouvée) à l'assassinat de l'ancien président Laurent-Désiré Kabila, une quarantaine de condamnés (dont douze à la peine capitale) ont vu s'évanouir leur rêve de libération. La plupart d'entre eux, parmi lesquels une femme, Nelly Tyite, l'ancienne secrétaire particulière de Kabila père, sont malades. "Et tous sont effondrés", confie à J.A. le fils de Nono Lutula, ex-conseiller spécial à la sécurité et figure de proue, aux côtés du général Yav Nawej et du colonel Eddy Kapend, des "damnés de Makala". Reste un ultime espoir : que leurs noms soient inclus dans la liste complémentaire de détenus concernés par la loi d'amnistie qui doit être discutée au Parlement.


Lire l'article sur Jeuneafrique.com : RDC | RDC : à Makala, les oubliés de la grâce de Kabila | Jeuneafrique.com - le premier site d'information et d'actualité sur l'Afrique

Posté par lumbamba à 10:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

RDC: l'armée pilonne les positions du M23 pour encourager les défections

Les combattants dits du bataillon chinois -car formés par la Chine- pendant leur progression vers Bunagana mercredi prennent des forces en mangeant de la canne à sucre.
Les combattants dits du bataillon chinois -car formés par la Chine- pendant leur progression vers Bunagana mercredi prennent des forces en mangeant de la canne à sucre.
Léa-Lisa Westerhoff /RFI
Par RFI

Au septième jour d'une offensive contre la rebellion du M23, l’armée congolaise se bat contre le dernier bastion militaire du M23, dans plusieurs localités du Nord-Kivu. Les derniers éléments du M23 ont fui dans les collines, ce qui rend la progression de l’armée plus compliquée.

Avec notre envoyée spéciale,

Le terrain accidenté, fait de collines, de champs de bananiers et de forêts très denses, est particulièrement difficile à appréhender. D’autant plus que le M23, et ceux qui poursuivent le combat du côté des rebelles, le connaissent extrêmement bien. C’est de là qu’est partie la rébellion il y a vingt mois.

Hier encore, jeudi 31 octobre, les militaires congolais ont pilonné sans relâche pendant plusieurs heures plusieurs collines du Nord-Kivu, sans succès. A la nuit tombée, les combats étaient toujours en cours.

L’objectif est de venir à bout des dernières positions militaires du M23. Car si la rébellion a été décimée par des centaines de défections, selon l’armée congolaise et les Nations unies, d’énormes stocks d’armes sont toujours disposés dans différents villages, notamment Chanzu et Runyonyi, deux localités proches de la frontière rwandaise. Les forces congolaises voudraient éliminer ces armes, mais une partie du stock aurait été placée à proximité de l’hôpital de Tshantzu, ce qui rend leur destruction immédiate risquée.

L'artillerie lourde en renfort

Jeudi, l’artillerie lourde a donc cherché à ouvrir la voie aux éléments d’infanterie pour qu’ils grimpent sur ces collines, à 2 000 mètres d’altitude, à la recherche de rebelles. Un gigantesque canon est déchargé d’un camion. Il arrive tout juste de Goma et doit venir en renfort sur les combats. Juste à côté, des soldats sont encore en train de cirer leurs chaussures, mais dans quelques minutes ils seront eux aussi sur le front. « Je suis voltigeur, raconte l'un d'eux. Je protège les armes lourdes de notre pays. En cas, d’attaque, les rebelles - qui sont intelligents - peuvent procéder à des débordements pour récupérer les armes lourdes.»

C’est toute la complexité des combats de ces dernières 24 heures. Les derniers rebelles, positionnés en hauteur, dans les collines peuvent attaquer de n’importe où.

Défections et fuites en Ouganda

Un peu plus bas, dans le camp militaire de Rutshuru, assises dans l’herbe sous des palmiers, 26 jeunes recrues du M23 qui ont fait défection la veille. L'un d'eux, Innocent, âgé de 19 ans, raconte : « Je faisais partie du comité d’auto-défense de mon village. J’ai été pris de force et depuis un mois je m’occupais de la sécurité... Mais lorsque l’on a vu l’armée gouvernementale arriver, on a voulu en profiter pour nous rendre

C’est l’autre objectif du pilonnage intensif des derniers jours. Il s'agit de faire fuir l’adversaire ou de provoquer des défections. D’après le commandant de ce petit groupe, sur les 31 personnes qu’il dirigeait, cinq personnes - les plus gradées - ont fui en Ouganda et les 26 autres, souvent des civils à l’origine, ont préféré se rendre et espèrent être intégrés aux forces armées congolaises.

Le ratissage de l’armée congolaise à la recherche des derniers rebelles pourrait prendre encore plusieurs jours.

Posté par lumbamba à 10:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

L'ouganda proteste contre les bombes larguées sur son territoire

http://www.thelondoneveningpost.com/wp-content/uploads/2011/10/sam-kuteesa.png

Par une note adressée par voie diplomatique à l'ambassade de la RDC en Ouganda, le ministre des Affaires Etrangères de ce pays, monsieur Sam Kutesa, protestait hier jeudi contre les bombes larguées sur son territoire le 30 octobre à 16 heures 30 par un hélicoptère du type Puma des FARDC.

Selon le journal en ligne New Vision du 31 octobre, les bombes larguées contre les éléments du M23 en fuite vers l'Ouganda auraient grièvement blessé quatre Ougandais du village de Maziba dans le Kisoro. L'un d'eux serait le chauffeur du bureau du premier ministre ougandais.

Le gouvernement ougandais a condamné avec la dernière énergie, cet acte qu'il qualifie d'agression contre son intégrité territoriale et sa souveraineté. Il attend, donc, des explications de la part du gouvernement congolais ainsi que de la mission des Nations Unies au Congo, la Monusco, sur les circonstances de cette violation de son territoire.

Mardi, 30 octobre 2013, les FARDC avaient lancé un assaut foudroyant contre le dernier bastion du M23, la ville de Bunagana, qui était en fait, leur quartier général. Les dirigeants politico-militaires de ce mouvement rwandais l'avaient déjà désertée pour se réfugier en Ouganda. Seule, une poignée d'hommes aurait pris la route des collines de Chanzu et Runyonyi. Entourés depuis lors  par les FARDC, leurs jours sont désormais comptés.

Lumbamba Kanyiki

Posté par lumbamba à 00:44 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

31 octobre 2013

RDC: l'armée, décidée à en finir, attaque le dernier réduit rebelle

RDC: l'armée, décidée à en finir, attaque le dernier réduit rebelle RDC: l'armée, décidée à en finir, attaque le dernier réduit rebelle © AFP

L'armée congolaise semblait déterminée à en finir avec les rebelles du M23 et a attaqué sans relâche jeudi leurs dernières positions sur les hauteurs du Nord-Kivu, dans l'Est de la République démocratique du Congo (RDC).

Les irréductibles du M23, soit quelques centaines de combattants, étaient retranchés à près de 2. 000 mètres d'altitude sur les collines agricoles de Chanzu, Runyonyi et Mbuzi, proches de Bunagana et Jomba, deux localités situées à environ 80 km au nord de Goma, la capitale de la province du Nord-Kivu.

"Ca n'a pas cessé depuis ce matin, les combats continuent malgré la nuit", a indiqué à l'AFP un habitant de Jomba, joint par téléphone vers 18h30 (16h30 GMT), et selon qui une fillette a été blessée par balle dans la matinée.

"L'intensité des affrontements a diminué un peu", a-t-il ajouté, "il semble que les FARDC [Forces armées de la RDC] ont repoussé un peu les rebelles".

Selon ce témoin souhaitant rester anonyme, les soldats avaient "passé la nuit" à Jomba avant de monter au front pour une "opération de ratissage". On entendait très nettement derrière lui des crépitements nourris d'armes légères.

De Bunagana, fief politique et dernière place forte de la rébellion tombée mercredi une journaliste de l'AFP pouvait entendre des détonations d'armes lourdes vers 17h00 (15h00 GMT).

Selon une source à la Mission des Nations unies pour la stabilisation de la RDC (Monusco), les combats sont entrés "dans une phase finale", les FARDC ayant "encerclé les positions du M23 résiduelles pour les déloger".

Depuis la reprise, vendredi, des affrontements entre le Mouvement du 23 Mars (M23) et l'armée, la Monusco ne participe pas directement aux combats, mais elle fournit aux troupes gouvernementales un soutien déterminant en matière de renseignement, d'observation et de planification.

En fin d'après-midi, plusieurs dizaines de soldats, bien approvisionnés en munitions, montaient en direction de la ligne de front. Ils étaient armés de kalachnikov et de lance-roquettes.

Des militaires aidés de civils chargent un lance-roquettes multiple

Des militaires aidés de civils chargent un lance-roquettes multiple

Un peu plus tôt, sur la route menant à Bunagana, poste-frontière avec l'Ouganda, des militaires aidés de civils chargeaient un lance-roquettes multiple monté sur un camion flambant neuf des FARDC, devant assurer la relève d'un autre engin pilonnant les positions du M23 sur les collines.

Le président congolais, Joseph Kabila, a appelé mercredi soir une nouvelle fois les rebelles à "se démobiliser volontairement" sous peine d'être désarmés "par la force", mais a laissé ouvert le processus de Kampala, où Kinshasa et le M23 discutent, depuis décembre par à-coups et sans résultat pour l'instant.

Sur place, les dirigeants politiques du M23 espèrent parvenir à un accord. "Nous avons terminé [les pourparlers], il ne reste plus qu'à" la médiation ougandaise "à organiser la signature", a affirmé Roger Lumbala, vice-président de la délégation du M23, sans que cette information puisse être confirmée immédiatement du côté gouvernemental.

Le M23 est né d'une mutinerie, en avril 2012, d'anciens rebelles, essentiellement tutsi, intégrés dans l'armée en 2009 après un accord de paix. L'ONU et Kinshasa accusent régulièrement l'Ouganda et le Rwanda de soutenir le M23, ce que réfutent Kigali et Kampala.

Le Nord-Kivu est l'une des régions les plus densément peuplées de la RDC, et son sous-sol regorge de ressources minières convoitées.

A Bunagana, du côté ougandais de la frontière, où s'étaient réfugiés environ 5. 000 personnes entre lundi et mercredi selon l'ONU, le mouvement de retour vers la RDC qui s'était enclenché au matin s'est inversé à la mi-journée.

"Ce matin nous avons retraversé pour aller dans nos champs mais les militaires nous ont dit de nous replier", a indiqué à l'AFP Imelda Nyirankusi, entourée de ses neuf enfants, dont un nourrisson sur le dos, "on a l'impression que les coups de feu se rapprochent" des populations.

En début de soirée, des dizaines d'habitants traversaient la frontière, pour certains matelas sur la tête, pour passer la nuit en Ouganda.


Lire l'article sur Jeuneafrique.com : | RDC: l'armée, décidée à en finir, attaque le dernier réduit rebelle | Jeuneafrique.com - le premier site d'information et d'actualité sur l'Afrique

Posté par lumbamba à 21:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


RDC : comment les FARDC ont pris le dessus sur le M23

Un tank de l'armée congolaise près de Goma, en juillet. Un tank de l'armée congolaise près de Goma, en juillet. © AFP/Phil Moore

L'armée congolaise menait, jeudi, une nouvelle opération militaire pour déloger les quelques centaines de combattants du M23 retranchés dans les collines proches de Bunagana. Selon une source à la Mission des Nations unies pour la stabilisation de la RDC (Monusco), les combats sont entrés "dans une phase finale". Retour sur le franc succès de l'offensive fulgurante menée depuis vendredi dernier par les FARDC et la brigade d'intervention de l'ONU.

Vendredi 28 octobre. Au petit matin, les hostilités reprennent au sud de la ligne de front sur la colline de Kanyamahoro, à moins d'un kilomètre de Kibumba (ancien poste avancé de l'armée avant la prise de Goma, en novembre 2012, à 25 km au nord de la capitale du Nord-Kivu). Durant les mois précédent, le M23 y avait considérablement renforcé ses positions. C'est donc là que les affrontements sont les plus intenses.

Dans le même temps, les FARDC, parfois assistés de la brigade d'intervention de la Mission des Nations unies en RDC, lance des offensives plus au Nord, avec pour but d'encercler les éléments du Mouvement du 23-Mars (M23). L'armée congolaise se déploie sur deux axes : autour de Rumangabo (seule) et de Rutshuru (avec l'appui de la brigade d'intervention). En tout, trois fronts sont ouverts. En quatre jours, le M23 est délogé de ses positions clés. Samedi, Kibumba tombe après d'intenses combats. Dimanche, c'est autour de Kiwanja et de Rutshuru d'être abandonnées par les rebelles. Lundi, Rumangabo, base militaire importante, est reprise, puis Bunagana, mercredi.

Les deux hommes clés du redressement des FARDC

On avait quitté une armée congolaise démoralisée par la prise de Goma en novembre 2012. Force est de constater qu'un an après, les FARDC se sont considérablement réorganisées. Pour beaucoup d'experts, le mérite revient notamment à deux hommes : le nouveau commandant de 8e région militaire du Nord-Kivu, le major-général Lucien Bahuma Ambama (nommé en juin 2012) et le lieutenant-général François Olenga, chef d'état-major de l'armée de terre depuis décembre 2012. "Ces deux hommes ont fait plus attention à ce que la logistique soit acheminée au bon endroit, que les salaires soient payés sans retard", explique sur son blog Jason Stearns, chercheur au Rift Valley Institute.

Nommé en remplacement du controversé général Amisi, Olenga est un proche du président Joseph Kabila. "Il a le sens de la communication en temps de guerre. C'est aussi quelqu'un qui a du caractère. Cela peut faire douter l'adversaire et regonfler le moral des troupes", soulignait un analyste congolais après sa nomination. De son côté, le général Bahuma restructure le commandement militaire du Nord-Kivu et y place des hommes de confiance. Ainsi, la discipline au sein des unités s'est améliorée, pendant ou entre les opérations militaires.

Nouvelles unités

Des formations aux droits de l'homme ont également été organisées. Surtout, plusieurs nouvelles unités sont mises sur pieds. Les 321e et 322e Bataillons URR - Unités de réaction rapide - ont ainsi été formés par des instructeurs belges. Ces unités commandos de la nouvelle force de réaction rapide de l´armée régulière sont sous le commandement du colonel Mamadou Moustafa Ndala. Déterminé et efficace sur le terrain, cet officier trentenaire, natif de Watsa (Province orientale), incarne le renouveau opérationnel des FARDC.

Reste la question du renseignement. Il y a quelque mois, les officiers congolais se plaignaient d'être mal orientés, piégés par des rumeurs. Désormais, ils savent où frapper un ennemi sur lesquels ils ont plus d'informations. Le ras-le-bol d'une partie de la population contre la présence rebelle peut en partie expliquer cette amélioration. Mais, si aucune preuve tangible ne permet d'étayer cette supposition, il y a fort à parier que l'armée congolaise a pu bénéficier des moyens de surveillance onusien.

La brigade d'intervention

Loin du temps où le président ougandais Yoweri Museveni accusait l'ONU de faire du "tourisme militaire" en RDC, l'apport de la Monusco et des 3 069 hommes de sa brigade d'intervention est un élément clé pour expliquer le succès de l'offensive.

Pour la première fois, la brigade était au complet – le dernier bataillon d'infanterie du Malawi étant arrivé en octobre. Avec eux, des Casques bleus de Tanzanie et d'Afrique du Sud. "Ils ont davantage le souci de nous aider que les Uruguayens et les Indiens, qui ne viennent pas du même continent que nous", explique un lieutenant-colonel des FARDC cité, jeudi, par le quotidien français Libération.

Dès vendredi, la brigade se positionne en soutien des FARDC sur les fronts Sud (Kibati) et Nord (Rutshuru et Kiwanja). L'apport des hélicoptères onusiens MI-8s et MI-26s y ont été primordiaux pour prendre les collines tenues par les rebelles.

La présence de la brigade a aussi eu un effet psychologique indéniable, auprès des FARDC comme du M23. De plus, les soldats congolais ont pu bénéficier des rations de l'ONU.

________

Par Vincent Duhem, avec Laurent Touchard


Lire l'article sur Jeuneafrique.com : Nord-Kivu | RDC : comment les FARDC ont pris le dessus sur le M23 | Jeuneafrique.com - le premier site d'information et d'actualité sur l'Afrique

Posté par lumbamba à 18:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

RDC: des milliers de réfugiés fuient les combats en Ouganda

Des déplacés congolais qui fuient l’avancée des combats, le 27 octobre 2013.
Des déplacés congolais qui fuient l’avancée des combats, le 27 octobre 2013.
REUTERS/Kenny Katombe
Par RFI

L’offensive de l’armée contre les rebelles du M23 se poursuit en RDC. Un conflit qui a des répercussions dans les pays voisins et surtout en Ouganda. À Kisoro, ville frontalière de Bunagana, dernier bastion congolais du M23 repris mercredi par l’armée congolaise, les humanitaires doivent gérer un afflux de réfugiés massif depuis le début de la semaine.

La journée de mercredi a été rude pour les humanitaires ougandais. Fuyant l’avancée de l’armée congolaise, des milliers de familles se sont réfugiées chez leur voisin par le poste frontalier de Bunagana.

«C’était un afflux massif, confirme Jimmy Ogwang, un employé de terrain du HCR. A midi on avait comptabilisé entre 5 000 et 8 000 réfugiés. La plupart était des femmes et des enfants. A 17h, on en avait transféré plus de 1 400 au centre de transit».

Risque de crise sanitaire

Et dans le centre de transit il faut s’assurer que la situation sanitaire demeure stable. «Parfois ils viennent des villages et ne sont pas habitués à utiliser les latrines. Notre travail est de veiller à ce qu’ils les utilisent. Car s’ils ne les utilisent pas bien, c’est là qu’il y a un risque d’épidémie. Mais pour l’instant je ne vois pas de gros risque sanitaire dans le centre», ajoute Jimmy Ogwang.

Si une petite partie des réfugiés est repartie en RDC, une fois la cité de Bunagana sous contrôle de l’armée, le HRC reste sur ses gardes : «Nous nous attendons à recevoir plus de réfugiés car la situation au Congo est toujours incertaine. Les forces gouvernementales ont repris la majorité de la zone, mais on voit que le M23 ne fait que se retirer, donc on ne sait pas trop ce qu’il pense en ce moment. Et, après le M23 il y a d’autres milices dans la zone ».

Des rebelles cachés parmi les réfugiés

Dans l’immédiat, les humanitaires tentent d’avoir accès aux milliers de réfugiés qui se sont dispersés le long de la frontière, chez des proches ou dans des bâtiments publics. Selon des agents du HCR et de la Croix-Rouge sur le terrain, pour sûr deux militaires M23 qui ont traversé en même temps que les réfugiés ont été remis aux autorités ougandaises.

 
Chauffeur de taxi ougandais

"Tout a commencé ce matin, lorsque les militaires FARDC, ont été signalés aux environs de Tchengerero. Les populations ont commencé à affluer vers la frontière. Mais lorsque les combats ont commencé, certains militaires M23 ont ôté leurs tenues et ont traversé parmi les civils. J’en ai compté une trentaine. J’en ai pris sept dans mon taxi. Je les connaissais. Ils m’ont dit qu’ils étaient chômeurs au Rwanda et qu’ils étaient partis d’eux-mêmes, chercher du travail de l’autre côté de la frontière dans les rangs du M23. Arrivés à quelques mètres du poste frontalier de Cyanika, à la frontière avec le Rwanda, ils sont descendus du véhicule."

Posté par lumbamba à 18:38 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

Nord-Kivu : l’armé attaque les collines où se sont retranchés les rebelles

 
Des soldats congolais au Nord-Kivu le long de la frontière avec le Rwanda. © MONUSCO/Sylvain LiechtiDes soldats congolais au Nord-Kivu le long de la frontière avec le Rwanda. © MONUSCO/Sylvain Liechti

Les Forces armées de la RDC (FARDC) ont attaqué ce jeudi 31 octobre dans l’après-midi les collines de Mbuzi, Chanzu et Runyonyi où se sont retranchés les rebelles du M23. Cette information annoncée par les responsables de l’armée dans cette province est confirmée par des sources locales qui font état des détonations d’armes lourdes.

Les FARDC ont d’abord ouvert un front sur la colline de Mbuzi. A en croire un responsable militaire se trouvant au front, cette position est très stratégique. Une fois reprise aux mains des rebelles, assure-t-il, les soldats congolais auront une vue sur les collines de Chanzu et Runyonyi.

Jusqu’en ce début de soirée, des détonations d’armes lourdes étaient entendues dans cette région.

Le porte-parole de l’armée congolaise au Nord-Kivu, le colonel Olivier Hamuli, a indiqué que depuis le début de l’assaut ce matin, l’armée a gagné du terrain.

Dans quelques heures, a-t-il ajouté, l’ennemi sera délogé de cette colline.

Pendant ce temps, une délégation constituée du gouverneur du Nord-Kivu, Julien Paluku, de l’adjoint du représentant spécial du secrétaire général de l’ONU chargé de l’Est de la RDC, le général Abdallah Wafi et du chef de bureau de la Monusco au Nord-Kivu a fait une brève visite à Tchengerero, localité située à 24 kilomètres de Rutshuru sur la route de Bunagana.

Le but de cette visite était de réconforter les populations civiles de cette zone récemment libérée du joug de la rébellion du M23. Julien Paluku a promis aux habitants de cette localité le retour total de l’autorité de l’Etat dans toute cette partie du pays.

radiookapi.net

Posté par lumbamba à 18:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Nord-Kivu: les FARDC préparent une attaque contre les dernières positions du M23

 
Un campement des FARDC à Kibati Goma, au Nord-Kivu.Un campement des FARDC à Kibati Goma, au Nord-Kivu.

Des responsables de l’armée congolaise indiquent que les FARDC vont lancer bientôt lancer un assaut contre sur le dernier verrou du M23. Après avoir été délogé de Bunagana, mercredi 30 octobre, ces rebelles se sont retranchés sur les collines de Mbuzi, Chanzu et Runyonyi dans les groupements Jomba et Kisigari.

Les mêmes sources affirment que les militaires congolais se sont déjà positionnés dans la vallée du secteur de Mbuzi, Chanzu et Runyonyi.

« Le temps de mettre au point le dernier plan d’attaque qui devrait leur permettre de déloger les rebelles du M23 encore retranchés dans ces collines », confie un responsable militaire.

Des témoins rapportent qu’un important arsenal militaire est déployé dans cette zone.

Le colonel Olivier Hamuli, porte-parole des FARDC au Nord-Kivu, annonce que des combattants du M23 ont commencé à se rendre à l’armée régulière ; après avoir pris connaissance de l’imminence de l’attaque de l’armée congolaise.

Par ailleurs, le camp des réfugiés de Nyakabande et la ville de Kisoro en Ouganda se vident petit à petit. Les Congolais, qui y avaient trouvé refuge à la suite des combats entre les rebelles et l’armée, ont commencé à rentrer dans leur pays en passant par le poste frontalier de Bunagana.

radiookapi.net

Posté par lumbamba à 14:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

RDC : jour de la libération de Bunagana, ex-capitale et poumon économique du M23

Aussitôt après la victoire de l'armée congolaise, les habitants ont fêté la libération de Bunagana, le 30 octobre 2013.
Aussitôt après la victoire de l'armée congolaise, les habitants ont fêté la libération de Bunagana, le 30 octobre 2013.
REUTERS/Kenny Katombe
Par RFI

Ce matin, deux localités Tshanzu et Runyoni, enfouies dans les collines près du Rwanda sont encore aux mains du M23. Un territoire minuscule par rapport à celui que le mouvement contrôlait encore il y a une semaine. Mais, la journée du mercredi 30 octobre restera marquée par la reprise de Bunagana, ville frontalière avec l’Ouganda, véritable capitale politique et dernier bastion du M23.

Bunagana était le poumon économique du M23 et l’une de ses prises les plus prestigieuses. La ville frontalière avec l’Ouganda représente un vrai carrefour de marchandises et notamment pour l’exportation des minerais. Une source de revenus conséquente pour les rebelles qui selon les habitants de la ville, taxaient absolument tout ce qui passait la frontière, des bouteilles d’eau à la cacérite. Des dizaines de millions de dollars ont été collectés.

Mais la ville est aussi un symbole de l’humiliation infligée à l’armée congolaise il y a 20 mois lorsque le M23 s’était emparé très vite du contrôle de cette ville. Aujourd’hui, pour les Congolais, la revanche est consacrée.

Une victoire saluée par les habitants mais un combat non terminé

L’armée congolaise est entrée à 16h à Bunagana ville frontalière de l’Ouganda. L’Etat a récupéré son autorité sur son territoire. Même si le M23 n’a offert que très peu de résistance, des tirs d’armes légères matés aussitôt par des tirs. Qu’importe soldats et habitants de la ville n’ont pas boudé leur plaisir mercredi 30 octobre. Des chants, des pagnes aux pieds des libérateurs, des haies d’honneur, la fête s’est prolongée jusqu’aux premières pluies à la tombée de la nuit.

La lutte contre les rebelles loin d’être terminée. Désormais, il faut sécuriser et ratisser toutes les collines alentour, pour éviter que les rebelles ne reviennent notamment à Tshanzu et Runyoni, 25 km plus au sud. Ces deux localités enfouies au pied de collines entourée de forêt étaient les premières prises il y a un et demi par le M23. Elles seront très probablement les dernières à être contrôlées par l’armée congolaise. Hier, des combats s’y déroulaient toujours.

Posté par lumbamba à 09:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]