01 janvier 2019

JACQUEMAIN SHABANI: SELON LES PREMIÈRES TENDANCES, NOUS SOMMES EN TRÈS BONNE POSITION; RESTONS VIGILANTS ET SOUDÉS!

FATSHIVITBASE2

Malgré la coupure de l’Internet par le pouvoir aux abois, le bureau de campagne de Fatshi, le candidat de l’UDPS à la présidence de la République, communique. Selon les premières  tendances, le candidat Félix Tshisekedi Tshilombo est en très bonne position et devance largement ses concurrents; Shadary vient loin derrière, en troisième position.  Jaquemain Shabani, chargé de faire la compilation pour le compte de l’UDPS, déclare que les résultats de tous les centres de compilation lui arrivent par téléphone étant donné que l’Internet est coupé et tous sont en faveur du candidat Félix Tshisekedi Tshilombo. Il demande au peuple congolais de rester vigilant, éveillé, sensibilisé et soudé pour que, cette fois-ci, on ne vienne pas lui voler sa victoire des urnes. A ceux de la diaspora, il a demandé de continuer de les soutenir moralement comme ils sont en train de le faire. Au cas où les imposteurs tenteraient de voler sa victoire comme en 2011, le peuple devra sortir dans la rue pour la récupérer.

Lumbamba Kanyiki

Posté par lumbamba à 01:25 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


25 décembre 2018

Mon message de Noel: vivre l'amour de Dieu

noel 2019

Tout le monde sait que le français n'est pas notre langue; mais comme beaucoup de peuples africains, nous nous sommes approprié cette langue que nous aimons bien. Au moment où je compose ce texte, consciemment ou inconsciemment, j'obéis à des règles d'usage pour que mon texte soit lu et compris par tous. En écrivant, je n'annonce pas à mes lecteurs ces règles; mais je les applique. Il en est de même de la parole de Dieu contenue dans la bible. Nous devons vivre cette parole et non l'énoncer tout au long des journées comme des perroquets.

Aujourd'hui, nous célébrons Noel, la fête de nativité. Noel, Dieu fait homme. Dieu qui s'est fait homme pour vivre avec les hommes, souffrir avec les hommes, leur apprendre à s'aimer,  à aimer leur créateur et mourir pour les hommes. La vie de Jésus, elle-même, est un exemple de cet amour, ce don de soi, donner sa propre vie pour que l'autre l'ait en plénitude. C'est cela l'exemple que tout celui et toute celle qui se dit Chrétien ou Chrétienne devait suivre. Car, il l'a dit, lui-même: "Ce ne sont pas tous ceux qui crient Seigneur, Seigneur qui entreront dans le royaume des cieux, mais ceux qui font la volonté de mon père."

Dieu n'a pas besoin de la prière des Pharisiens, comme il n'a pas besoin que l'on multiplie des paroles reprises dans la bible et accompagnées avec beaucoup de "amen" tonitruants pour accepter vos prières; mais il aime nous voir vivre sa parole. Pour fêter, des millions ont été dépensés en cadeaux et nourritures. Le Jésus dont nous commérons la nativité nous recommande de partager ce que nous avons avec l'autre, de pardonner et surtout de voir l'autre comme étant supérieur à  nous : mona muntu yonso bu mukutambe! Malheureusement, beaucoup d'entre-nous sont comme les riches dont il a dit lui-même: il est plus facile à un chameau d'entrer dans le chas d'une aiguille qu'à un riche d'entrer dans le royaume de Dieu. Ce qui détruira notre génération, c'est l'égoisme. L'égoisme qui engendre le narcissisme,  l'envie, l'orgueil, la cupidité, le vol, le crime.. "Bammone,bangambe!".

Lorsque nous étions au petit séminaire, je me rappelle d'un petit exercice que les prêtres nous ont appris et qui est, selon moi, d'une grande efficacité dans la vie d'un Chrétien ou d'une Chrétienne: l'examen de conscience à la fin de la journée. Lors de cet examen que nous faisions pendant la prière du soir avant d'aller dormir, nous devions répondre, chacun intérieurement, à plusieurs séries de questions : est-ce que j'ai accompli tout ce que je devais faire aujourd'hui? ai-je été bon envers moi-même, envers mes amis, envers mes professeurs, envers Dieu? Ai-je posé un acte qui aurait peut-être blessé mon prochain? Quelles bonnes actions ai-je fait aujourd'hui? Quelles résolutions puis-je prendre pour mieux faire? C'étaient des questions posées avec des intervalles de silence pour nous permettre de réfléchir et de répondre en toute honnêteté et elles nous aidaient à nous améliorer dans notre vie de chaque jour.

C'est ce petit exercice-là que je recommande à tous ceux et toutes celles qui se disent chrétiens aujourd'hui, donc enfants de Dieu. En effet, le jour où les chrétiens commenceront à vivre la parole de Dieu et non à répéter comme des perroquets ses enseignements et ses prières, il y aura d'abord moins d'églises qui foisonnent dans toutes les villes et dont les effectifs de membres n'augmentent jamais; nous verrons moins de photos sur Facebook chaque dimanche avec les sapeurs qui nous salueront au nom de Jésus, nous nous occuperons mieux des problèmes de nos populations sans attendre que la communauté internationale le fasse pour nous, bref nous serons de vrais responsables de notre devenir. Voilà ce que je souhaite à tous ceux et toutes celles qui fêtent la Noël aujourd'hui: vivre l'amour de Dieu.

Pendant cette fête de nativité, ayons aussi une pensée pieuse pour nos frères et soeurs que le Seigneur a rappelés auprès de lui. Que leurs âmes reposent en paix. Joyeux Noël à toutes et à tous!

 

Lumbamba Kanyiki

Posté par lumbamba à 04:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 décembre 2018

PAS D’ÉLECTIONS EN RDC CE DIMANCHE 23 DÉCEMBRE 2018

ceniRDC-650x276

Selon france24, la CENI envisage le report des élections d’une semaine en attendant que toutes les machines à voter soient déployées dans la ville de Kinshasa. Mais en réalité, il semble qu’il n’y a pas de machines à voter et que le gouvernement n’a pas la volonté d’organiser les élections.  Il avait simulé l’incendie des fameux entrepôts de la CENi pour justifier le report des élections.

Au cas où il n’y a pas d’élections ce dimanche, la population envisage de se prendre en charge et d’appliquer l’article 64 de la Constitution qui stipule que tout Congolais a le droit de s’élever contre un individu ou groupe d’individus qui voudraient prendre le pouvoir par la force.

Lumbamba Kanyiki

Posté par lumbamba à 21:47 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

05 décembre 2018

NÉCROLOGIE: LE PROGRAMME DES OBSÈQUES DE COLETTE NTUMBA MUKUNA

colette ntumba mukuna

Chers tous,

Vous trouverez ci-bas le programme des obsèques de Colette Ntumba Mukuna décédée le 27 novembre 2018 au Canada:

Vendredi 7 décembre 2018

19h00 – 21h00 : Exposition

Adresse : Butler Funeral Home
424 Niagara St.
St. Catharines, ON L2M 4W3

Samedi 8 décembre 2018

9h00 – 11h00 : Exposition

Adresse : Butler Funeral Home
424 Niagara St.
St. Catharines, ON L2M 4W3

11h00 – 12h00 : Messe de requiem (au même endroit)

12h00 : Déplacement vers le cimetière
Pleasant View Funeral Home and Cemetary
2250 Highway #20
Fonthil ON LOS 1E6

12h30 – 13h00 : Inhumation

13h30 – 17h00 : Bain de consolation
Granthan Optimist Youth Centre
188 Linwell Rd
St. Catharines ON L2N 6N3

Kasai Direct

Posté par lumbamba à 11:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 novembre 2018

KASAI CENTRAL: LE N°174 NGOLELA MUNYINGELA IRÉNÉE, NOTRE UNIQUE CANDIDATE À L’ASSEMBLÉE PROVINCIALE

Plakat maman Irénée

 

Campagne Ngolela Munyingela Irénée

Lumbamba Kanyiki

Posté par lumbamba à 19:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


27 novembre 2018

NÉCROLOGIE: NOUS PLEURONS COLETTE NTUMBA MUKUNA, L’ÉPOUSE DE JOSEPH BULULU BADIBANGA

colette ntumba mukuna

Nous apprenons ce jour avec  stupéfaction le décès  de Colette Ntumba Mukuna, l’épouse de notre frère et ami Joseph Bululu Badibanga, décès survenu brusquement aujourd’hui,  27 novembre 2018 à Sainte Catherines, au Canada. Colette est aussi petite soeur de monsieur l’abbé Jean-Pierre Kabongo et Jean-Marie Muamba Mukuna. A 54 ans, Colette laisse derrière elle un mari et ses deux enfants éplorés.

Tous ceux ou toutes celles qui veulent consoler Joseph peuvent l’atteindre sur 0014167356977 ou bien par email: matamba57@gmail.com

Nous implorons le Tout Puissant d’accueillir Colette dans sa sainte demeure.

 

Lumbamba Kanyiki

Posté par lumbamba à 23:17 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

16 novembre 2018

INFO DE MIKALAYI: LES ORPHELINS MANIFESTENT

46317266_278594556120531_7557395888214114304_n

 

Le 09 novembre dernier, les orphelins ont manifesté à Mikalayi contre les incursions récurrentes qui s’opèrent la nuit dans leur établissement. La dernière a eu lieu dernièrement et les voleurs ont emporté des ustensiles de cuisine et le peu de nourriture qu’ils avaient trouvé. Les enfants en colère, conduits par des religieuses, demandent aux autorités de faire le nécessaire pour assurer leur protection et soutenir l’orphelinat dans leur éducation. Mais il semble que jusqu’à ce jour, aucune disposition n’a été prise par l’autorité administrative dans ce sens.

Dans ce même orphelinat, un bébé d’un mois et demi est décédé le mercredi passé de suite des complications pulmonaires. Il est mort un mois après son frère, mort il y a environ un mois. Ils étaient jumeaux. Après la mort de leur mère à l’accouchement, la famille de la défunte les avait abandonnés dans une moustiquaire derrière la maison. Alertés par les cris, les voisins les ont récupérés après deux jours et ramenés chez les religieuses qui les ont, à leur tour, livrés à l’orphelinat. Ils sont morts de suite de complications pulmonaires dues au froid subi la nuit derrière la maison.

Voici quelques images de la manifestation:

 

Lumbamba Kanyiki

Posté par lumbamba à 19:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 novembre 2018

Je suis triste, je suis très triste!

bébé orphelin sous sa moustiquaire

Chers compatriotes,

C'est la troisième fois que je reprends ce message. J'essaie par tous les moyens de me contrôler, mais l'émotion est grande, vous me comprendrez. En rapport avec le projet qui me tient à coeur, à savoir les deux Euros pour les orphelins de Mikalayi, je vous ai informé du transfert de 300 Dollars effectué le 25 octobre . Je vous ai aussi montré les photos reçues de la révérende soeur responsable de cet orphelinat qui s'occupe de plus de vingt enfants dont plusieurs sont des bébés, donc des êtres fragiles. Mais quelle n'a pas été ma déception lorsque la trésorerie de notre organisation m'apprend que personne n'a cotisé, à part les quatre compatriotes qui ont donné leur domiciliation pour des virements automatiques.

Chers frères et soeurs, chers compatriotes, Je manque des mots. Je m'adresse plus particulièrement à vous de la diaspora: ne voyez-vous pas comment se comportent les autres peuples avec qui nous vivons? Je m'en vais vous dire ce que je vous ai toujours dit: "Lufu, ntupu tua ku nshingu" comme disent nos ancêtres. La mort, c'est comme les furoncles. Elle peut frapper n'importe qui et n'importe où. Nous qui avons la grâce de vivre, nous n'avons rien fait de spécial pour continuer à respirer. Demain, pourra être notre tour. Comment alors voudrions-nous que nos enfants soient traités en notre absence? A moins que nous nous disions comme des insensés: je suis déjà parti; ce qui reste derrière moi ne me concerne pas!

Veuillez souffrir que je vous raconte cette petite histoire vécue à Kinshasa: un soir, j'étais à Lemba rendre visite à un beau-frère, père d'une famille nombreuse. Pendant que nous causions le soir sous la paillote, en train de nous la couler douce, son épouse est venue se plaindre de son neveu, fils de son feu frère aîné qui n'aurait pas fait la vaisselle après le repas.Il devait avoir douze ou treize ans. Et pourtant, dans cette famille, il y avait aussi ses cousins et cousines, les enfants de ce couple, de même âge qui pouvaient aussi faire la vaisselle. Le beau-frère en question a fait venir son neveu et a commencé à le menacer: "Toi, j'en ai marre de toi, tu me fais toujours parler, sorcier ! Un jour, je te foutrai à la porte ! " Il est inutile que je vous dise que j'étais écoeuré d'entendre cela. Mais l'ironie du sort, des années après mon arrivée ici en Europe, j'ai appris la mort de ce beau-frère et son épouse à plus ou moins deux ans d'intervalle. Ils ne savaient pas qu'ils allaient aussi laisser des orphelins sur la terre !

Apprenons le sens de responsabilité. Dans le cadre de ce projet, j'ai causé avec plusieurs compatriotes et surtout les ressortissants du Kasai, la plupart sont chrétiens et pasteurs. Chaque dimanche, ils vont au culte; chaque dimanche, ils nous souhaitent bon dimanche "au nom de Jésus." sur facebook. Personne ne pourra me dire qu'ils manquent deux Euros pour se cotiser. Comme d'autres peuples, nous devons savoir cultiver le sens de responsabilité et mettre en pratique l'évangile de Jésus-Christ qui nous enseigne de nous occuper de nos orphelins et de nos veuves. Il ne sert à rien de faire de longs prêches avec éloquence et manquer à ce devoir élémentaire: mettre en pratique l'évangile de Jésus-Christ, aimer son prochain. Et  il est malheureux et honteux de voir les Blancs se cotiser pour nos enfants, nos cas sociaux tandis que nous, nous sommes incapable du moindre geste de compassion. Comment comptons-nous développer le Congo si nous sommes incapables du moindre sacrifice? 

Pour ce mois de novembre, nous enverrons peut-être le tiers de ce que nous espérions, une centaine d'Euros. Je vous invite à vous regarder dans vos miroirs et de vous juger à partir du reflet que celui-ci vous renvoie. Tuakashala ba bundu!

Vous m'excuserez du ton de ce message; je n'ai pas trouvé mieux.

Cordialement


Lumbamba Kanyiki  

 

Posté par lumbamba à 21:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 novembre 2018

LES VALEURS FONDATRICES KASAYENNES ANALYSÉES ET EXPLIQUÉES DANS DES ATELIERS ORGANISÉS PAR LA LIGUE DES FEMMES KASAYENNES

lifeka 1

Par Musuamba antoinette

La Ligue des Femmes Kasayennes (LIFEKA) a organisé à Bruxelles, le samedi 03 /11/2018, une journée d’étude, sous le thème «  Valeurs fondatrices kasayennes aux croisées des cultures et connaissances actuelles » .

Il s’agissait en réalité des ateliers interactifs et participatifs qui avaient pour fil conducteur les grandes étapes de la vie à savoir : la naissance, le mariage, le deuil et les rites de purifications et de réconciliation. Il n’était pas question de porter un jugement sur les coutumes kasayennes, mais d’essayer ensemble de comprendre et d’expliquer le pourquoi du comment. Les participants s’étaient divisés en deux groupes .

Le premier atelier a échangé sur les rites , us et coutumes entourant la naissance, la grossesse, l enfance, la filiation et l’éducation des enfants dans le monde traditionnel kasayen. Ensuite il a passé en revue tout ce qui entoure le mariage dans la même société, c’est à dire, les fiançailles, la dot, la polygamie et le divorce.

Le deuxième groupe, quant à lui, a croisé ses regards sur tout ce qui tourne autour du deuil et de la succession. Une distinction a été faite sur la différence entre le décès d’un enfant, d’une épouse, d’un mari et celui d’un chef de village. Ce groupe a également analysé les rites de réconciliation et de purification, en cas de transgression, de conflits, de mort ou de maladie.

Au départ, ces ateliers étaient destinés à la jeunesse de la diaspora d’origine kasayenne : une façon de transmettre nos valeurs traditionnelles. Malheureusement, très peu de jeunes ont répondu à l’invitation. C’ est ainsi qu’à la demande générale, il a été décidé de poursuivre ces journées d’étude en abordant une seule thématique à la fois. La prochaine rencontre se fera au cours du premier trimestre de l’ an 2019.

En images:

Posté par lumbamba à 02:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 novembre 2018

Arbre sec, arbre tourmenté

arbre sec (768x1024)

Cet arbre que je vois de mon balcon m’a inspiré plus d’une fois dans mes écrits. Le regard triste du poète s’est porté sur cet arbre tourmenté par les vicissitudes de l’hiver. Il me rappelle cet autre hiver d’un Congo dépouillé, avili, torturé, mais qui reste toujours debout. Bonne lecture !

Arbre sec, arbre tourmenté
Dépouillé de tes valeurs
Les voilà étalées à terre
Comme le trophée du chasseur
Bientôt ils s’évanouiront 
Avec la plainte de cet oiseau là-haut
Qui s’en va, en tourbillons
Ses ailes tirées vers d'autres  horizons

Arbre sec, arbre tourmenté
Tu portes ton deuil, majestueux
Demain, tu affronteras vents impétueux
Et fortes tempêtes
Car tes racines dans les profondeurs de la terre
Personne ne viendra te les enlever.

Lumbamba Kanyiki

Posté par lumbamba à 14:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]