28 janvier 2016

MONSIEUR L’ABBÉ ALPHONSE KANUBANTU A ÉTÉ CONDUIT À SA DERNIÈRE DEMEURE CE LUNDI

 

kanubantu10

Monsieur l’abbé Alphonse Kanubantu, décédé mercredi, le 20 janvier 2016 en Belgique a été conduit ce lundi, 25 janvier  à sa dernière demeure. Veuillez voir ci-après les quelques images des funérailles et de l’enterrement!

kanubantu6kanubantu10kanubantu 1kanubantu4

 

Kasai Direct

Posté par lumbamba à 00:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


26 janvier 2016

DIVERSES RÉACTIONS À L’APPEL DES FONDS POUR LA RÉHABILITATION DES BÂTIMENTS DU PETIT SÉMINAIRE DE KABUE

 

la chapelle

bâtiment éfondréUn jour après la diffusion de l’article sur l’interpellation des anciens de Kabue pour la réhabilitation des bâtiments en ruines du petit séminaire, les réactions pleuvent de partout. Ils sont plusieurs qui sont disposés à se cotiser pour contribuer à la réfection des bâtiments en ruines, mais nous retiendrons celle du président de l’association des anciens du petit séminaire de Kabue (APSKA) et de l’Ingénieur Victor Diela de l’UKE (Union des Kasaiens de l’Etranger).

 

La réaction du président de l’association des anciens du petit séminaire de Kabue

Selon le président de l’association des anciens du petit séminaire de Kabue (APSKA) Emile Muadimanga Ilunga, l’appel de monsieur l’abbé Jean-Pierre Kanku serait ultérieur au cri de détresse et de colère lancé par son association face à la déterioration et à l’abandon du petit séminaire. Il lui aurait demandé, à l’époque, de lui présenter un projet chiffré afin de lui permettre de chercher des fonds pour la réhabilitation des bâtiments. Jusqu’à ce jour, monsieur l’abbé Kanku n’a jamais réagi à cette demande. Le président Muadimanga Ilunga regrette que les bâtiments du petit séminaire soient envahis par les herbes sauvages. Car, dans le temps, c’étaient des élèves qui mettaient la propreté dans et autour du petit séminaire dans le cadre des travaux manuels. Et le président de l’APSKA de se demander si pour couper les herbes folles, il faudrait aussi un financement.

Plutôt que d’opérer des transferts sur un compte de la mission de Scheut à Bruxelles, il propose aux contributeurs de verser leurs fonds sur le compte de l’association.  En voici les coordonnées: compte n° « 1201-5003754-01-10USD » del’association des anciens du petit séminaire de Kabue à la banque TMB (Trust Merchant Bank) Kinshasa, code swift  « TRMSCD3K » en RDC.

Nous soutenons, pour notre part, cette dernière proposition, dans la mesure où le versement des fonds sur le compte de la mission de Scheut avec comme mention « diocèse de Kananga (PSK) » n’est pas clair et explicite. On ne saura jamais combien d’argent a été récolté pour la réhabilitation des bâtiments du petit séminaire. D’où il sera difficile de rendre compte aux contributeurs.

Par ailleurs, certaines sources nous ont appris que les ruines du petit séminaire sont à l’image de tout le diocèse dont la gestion laisse à désirer. Pour illustrer cette assertion, leurs auteurs nous ont parlé du manque de politique claire dans la gestion des prêtres retraités. Le diocèse de Kananga abandonne carrément ses prêtres à la retraite qui, pourtant, se sont donnés, corps et âmes, leur vie durant pour l’Eglise du Christ.

La réaction du président de l’UKE Victor Diela

victor diela au petit séminaire de kabue (640x480)La deuxième réaction est venue du président  de l’UKE, l’Ingénieur Victor Diela. Il était sur place à Kabue, il y a de cela deux ans, et il est témoin oculaire des ruines du petit séminaire (voir Photo). Selon le prsident de l’UKE Diela, non seulement le petit séminaire mais aussi toutes les grandes écoles de l’ancien Kasai Occidental sont dans cet état de délabrement avancé. Il interpelle les dirigeants et la société civile du Kasai Central qui, selon lui, peuvent faire beaucoup pour la réhabilitation des écoles et voire des autres infrastrures. Pour plus de détails, prière consulter la rubrique « Diela pense » sur le compte facebook de l’UKE.

Kasai Direct remercie tous ceux qui ont réagi à l’appel de la réhabilitation des bâtiments du petit séminaire  de kabue. Mais de grâce, ne restez pas sur vos bonnes intentions; agissez plutôt! Sauvons Kabue qui nous a formés et a fait de nous ce que nous sommes devenus. Et vous Kasaiens, partout où vous êtes de par le monde, agissez, sauvez Kabue qui est notre patrimoine commun et notre fierté. Dites-vous que si vous ne le faites pas, personne ne viendra le faire pour vous.

Lumbamba Kanyiki
www.kasaidirect.net

Posté par lumbamba à 00:41 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

20 janvier 2016

COMMUNIQUÉ NÉCROLOGIQUE: MONSIEUR L’ABBÉ ALPHONSE KANUBANTU N’EST PLUS

 

Alphonse Kanubantu (2)

Il a plu au Seigneur de rappeler ce jour son humble serviteur Alphonse Kanubàntu, ancien de Kabue, prêtre de Kananga exerçant à Bruxelles. C est ce jour à 4 heures qu il nous a quittés de suite d une courte maladie.
Les prêtres du diocèse de Kananga organisent le deuil de l’abbé Alphonse Kanubantu à partir de demain jeudi (21 janvier) soir à l’église St Charles  à partir de 19 heures (Avenue de Karreveld,  15  à 1080 Bruxelles. Métro Osseghem, Tram  82 (direction Berchem Ste Agathe)).
Les   funérailles seront célébrées le lundi (25 janvier) à 11heures  à l’Eglise de la Trinité (Uccle). Nous confions l’abbé  Alphonse à vos prières. 
A sa grande famille du Petit Séminaire de Kabue et à sa famille biologique, Kasai Direct présente ses condoléances les plus attristées.
Que son âme repose en paix!
Kasai Direct

Posté par lumbamba à 12:34 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

19 janvier 2016

KINSHASA-GOMA-BUKAVU: ARRESTATIONS, ÉGLISES DÉSACRALISÉES, MANIFESTATIONS DISPERSÉES

 

Soulevements-en-Afrique-a-qui-le-tour


Au moins cent militants de l’opposition ont été arrêtés mardi à Kinshasa. Ils étaient mobilisés pour participer à des conférences-débat prévues par l’opposition pour commémorer l’an 1 des martyrs de la démocratie tombés le 19, 20,21 janvier 2015 à Kinshasa. Le malheur de ces congolais, c’est de vouloir débattre du processus électoral, c’est de dire non au glissement et  au troisième mandat de M. Kabila, a indiqué Jean Lucien Busa. Dans tous les 48 sites choisis pour abriter des conférences-débat, les éléments de la police se sont déployés. Pire même, les églises ont été désacralisées, a dénoncé l’opposant Vital Kamerhe.

A Binza Delvaux, les policiers sont entrés dans la salle pour chasser la population venue participer à la conférence-débat de Jean Lucien Busa. Quatre journalistes ont été interpellés puis relâchés. Les mêmes actes de violence se sont produits à Ngiri Ngiri où Vital Kamerhe devait tenir son meeting. Le leader de l’Unc a été prié poliment de quitter le lieu. Au même moment, les pomba ont investi Malweka pour contrer Martin Fayulu. Heureusement que le président de  l’Ecidé n’était pas encore arrivé sur le lieu de la manifestation, indique un de ses proches.

Tout a été mis en œuvre pour avoir sa peau. A Kingabwa,  Eve Bazaiba, la secrétaire générale du Mlc a été empêchée de tenir sa conférence-débat. Même chose pour Gabriel Mokia au Beau marché à Barumbu et Me Jacquemin Shabani à Lemba. Le même déploiement a été constaté devant la cathédrale notre dame du Congo où des jeeps de la police étaient stationnées depuis les premières heures du matin. Interdiction a été faite d’accéder à l’église. Un mouvement similaire a été observé à Mont-Ngafula, à Mombele, à Kimbaseke, à Ngaba et Limeté.

Au regard de toutes ces violations des libertés de manifestation et de réunion, la Dynamique de l’opposition a exprimé un vif ras-le-bol et responsabilisé le régime Kabila de chercher le pourrissement. Les principaux leaders de cette plateforme de l’opposition radicale se sont réunis en urgence au siège des Fonus pour faire le point de la situation. ‘‘On a observé aujourd’hui que l’état de droit est en péril, la démocratie est en péril. La liberté de culte est bafouée. La liberté de manifestation et la liberté de réunion sont foulées aux pieds’’, a décrié Jean Lucien Busa à l’issue de la réunion. Le pouvoir a déployé des gros moyens pour venir à bout de l’opposition.

A y voir de près, les forces de l’ordre étaient mieux renseignées sur tous les lieux d’organisation des manifestations. Pourtant, l’opposition ne cherchait pas à perturber l’ordre public. ‘‘Nous condamnons ces actes barbares et nous dénonçons ces pratiques honteuses et anti-démocratiques, a vociféré Martin Fayulu. La Dynamique de l’opposition a prévu une déclaration choc dans les prochaines heures. Par ailleurs, le leadership de cette plateforme de l’opposition radicale a félicité la population de Goma, Bukavu et Kananga pour avoir bravé la peur en résistant face à la police.

Malgré les intimidations, les menaces et la répression, les congolais tiennent tête et disent non au troisième mandat de M. Kabila, a rappelé Jean Bertrand Ewanga. Dans les prochains jours, l’opposition promet une grande mobilisation pour barrer la route à toute tentative de tripatouillage de la constitution.

Posté par lumbamba à 23:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 janvier 2016

LA LIFEKA ORGANISE UNE SOIRÉE SOLIDAIRE EN FAVEUR DES FEMMES ET FILLES DU GRAND KASAYI

Invitation lifeka

 

Pour ce samedi, 23 janvier 2016, il n’y a qu’une seule adresse à retenir pour votre soirée: La maison de la création, site de la gare sur rue de l’Eglise N°2 à 1020 Bruxelles où La LIFEKA (La ligue des Femmes Kasayennes) organise une soirée solidaire en faveur des femmes et des filles du Grand Kasayi.

Selon le prospectus en pièce jointe, le programme proposé est riche en couleurs: Voyage chorégraphique dans le Grand Kasayi, le buffet dénommé « tout le Kasayi dans votre assiette » et enfin…une soirée dansante aux rythmes de la musique du Kasayi et d’ailleurs.

 Les billets comprenant le repas et la première boisson au choix peuvent être obtenus en prévente ou sur place. Il en va de soi que les prix en mode prévente sont relativement moins chers par rapport aux prix sur place. Nous vous prions de consulter le prospectus en annexe pour en savoir plus.

lifeka invitation 23 janvier 2016

Compte bancaire pour paiement en mode prévente: IBAN: BE17 0017 2172 3021

Pour info: 0486 15 40 06 / 0497 16 08 71   ou Email: lifeka1@yahoo.fr

Nous espérons vous voir nombreux à cette soirée!

Lumbamba Kanyiki

Posté par lumbamba à 23:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


11 janvier 2016

VIDÉO A VOIR ABSOLUMENT: HONORÉ NGBANDA EXPLIQUE LE POURQUOI DU DIALOGUE DE KABILA

 

honore-ngbanda

Etienne Tshisekedi veut aller au dialogue; la majorité, par la bouche de She Okitundu, le félicite et l’applaudit même. C’est qu’il y a anguille sous roche! Veuillez écouter Honoré Gbanda dans la vidéo suivante. Alors, vous comprendrez les uns et les autres. Elle est longue, cette vidéo, mais elle vaut la peine d’être vue en entièreté.

Kasai Direct

Posté par lumbamba à 20:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 janvier 2016

KINSHASA ABRITERA UN COLLOQUE INTERNATIONAL SUR LES 10 ANS DE LA CONSTITUTION DE LA RDC DU 18 AU 20 FÉVRIER 2016

André Mbata - Kopie

La constitution de la République Démocratique du Congo totalisera 10 ans d’existence le 18 février 2016. A cet effet, le professeur André Mbata, défenseur acharné de la dite constitution, organise un colloque international dont le thème sera  » La constitution de 18 février 2006: Bilan, défi et perspectives de consolidation démocratique en République Démocratique du Congo ». Les participants à ce colloque international, constitutionalistes, politiques et autres experts nationaux et internationaux, seront appelés à réfléchir sur l’origine, le contenu, l’importance, la protection, la mise en oeuvre de cette constitution et sur les défis et perspectives de la consolidation du processus démocratique en RDC.

Dans un document publié par IDGPA (Institut pour la Démocratie, la Gouvernance et la Paix en Afrique), le professeur Mbata va prendre plusieurs contacts avec les institutions nationales et internationales dans le cadre de la préparation de ce colloque. Déjà de source de C-News, nous apprenons que le professeur André Mbata était à la tête d’une délégation qui s’est rendue au palais de la Nation pour s’entretenir avec le président Kabila, premier garant de la constitution de la RDC sur la préparation et le financement de ce colloque.

Le colloque sur les dix ans de la constitution se tiendra dans une période difficile pour la RDC, car l’actuel président de la République est soupconné de vouloir modifier ou contourner cette constitution pour se maintenir au pouvoir. Va-t-il vraiment financer la tenue de ce colloque? Attendons voir!

Ci-dessus, le document de l’IDGPA:

 

Lumbamba Kanyiki

Posté par lumbamba à 17:45 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

09 janvier 2016

Nouvel album: Les anciens de Katubue

katubue 6

Nous avons toujours voulu constituer cet album; aujourd'hui, c'est chose faite. Nos lecteurs qui ont fréquenté l'école secondaire de Katubue ont désormais l'occasion de revoir sur notre blog les images de leur école qui les a formés. Ce sont des images qui vont susciter des émotions, car elles leur rappelleront le beau vieux temps, une partie importante de leur vie. Mais certaines images, très récentes vont les interpeller. Elles démontrent la vétusté des installations et des équipements qui, s'ils n'interviennent pas, sont voués à la disparition.

Déjà, nous décelons de la bonne volonté de la part des plusieurs intervenants sur facebook où les anciens de l'école secondaire unie de Katubue ont ouvert un groupe de contacts. Nous invitons ceux qui sont intéressés, anciens de Katubue ou pas, d'y aller pour un coup d'oeil. En effet, nous devons apprendre à nous supporter les uns les autres. Au final, ce sont les nôtres qui en profiteront.

Nous vous invitons à parcourir votre album. Il se trouve dans la colonne de gauche avec comme titre "Les anciens de Katubue". Ceux qui ont d'autres images peuvent nous les fournir pour enrichir cet album.

Pour terminer, nous remercions le pasteur Abraham Kabankanga qui nous a aidés à trouver la page de l'école secondaire unie de Katubue. Grâce à lui, nous sommes tombés sur ces photos qui vont sûrement vous faire plaisir.

Lumbamba Kanyiki 

Posté par lumbamba à 00:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 janvier 2016

VIE APRÈS LA MORT

 

stéphane Allix

Lu pour vous sur le site de Paris Match

UNE ENQUÊTE QUI BOULEVERSE LES CERTITUDES


Stéphane Allix, journaliste, vient de publier « Le test. Une enquête inouïe : la preuve de l’après-vie ? ».© DR
Le 05 janvier 2016 | Mise à jour le 04 janvier 2016
ISABELLE LÉOUFFRE

sont si nombreux qu’un journaliste a cherché à en savoir plus. Son livre* bouscule de nombreuses certitudes. 

Paris Match. Avec votre “Test”, vous nous entraînez aux frontières du réel. Quelle est la genèse de cette aventure ?
Stéphane Allix. La mort de mon frère, en 2001, dans un accident de voiture enAfghanistan, a bouleversé ma famille et imposé le sujet de la mort au cœur de notre existence. Depuis, je n’ai cessé de me poser des questions et j’ai complètement réorienté mon travail de journaliste : du reportage sur la guerre, le trafic de drogue, le terrorisme, j’ai basculé vers les phénomènes inexpliqués.

Pour entrer en contact avec votre frère ?
Pour comprendre. Pour moi, avant sa mort, les sujets qualifiés de « surnaturels » n’étaient pas sérieux. Puis j’ai découvert des témoignages troublants, des livres, et surtout des travaux de chercheurs sur les expériences de mort imminente (EMI), notamment. En enquêtant, j’ai commencé à mesurer ce que nous prenons pour une certitude scientifique “il n’y a rien après la mort”, ne repose sur aucune preuve.

« L’ENSEMBLE DES PHÉNOMÈNES EXTRAORDINAIRES SONT SCIENTIFIQUEMENT ÉTUDIÉS »

Qu’est-ce qu’une EMI ?
Des milliers de gens racontent avoir vécu un état de conscience éveillé alors qu’ils étaient en état de mort cérébrale. J’ai alors interrogé des médecins : est-ce un rêve, une hallucination ? Les EMI demeurent encore inexpliquées, mais j’ai découvert que l’ensemble des phénomènes extraordinaires, qui vont de la médiumnité au sixième sens en passant par les expériences aux frontières de la mort sont scientifiquement étudiés.

Avez-vous eu des réponses ?
Oui. Il est admis que la conscience est produite par le cerveau, comme la bile l’est par le foie. Si le cerveau est en état de mort clinique, la conscience devrait s’arrêter. Or, c’est l’inverse qui se produit lors des EMI. Est-ce une activité résiduelle dans le cerveau ? La persistance d’un esprit, d’une âme indépendante capable de lui survivre ? Aujourd’hui, cette hypothèse est prise très au sérieux par une partie du monde médical.

Cela peut-il avoir un lien avec la physique quantique ?
Pourquoi pas ! Que nous dit-elle ? Que la réalité, ce que l’on perçoit comme un monde de matière, n’est pas constituée de matière mais de vibrations qui échappent au temps et à l’espace. Existerait-il dans notre cerveau des zones capables de percevoir ce monde quantique et, par là même, les esprits immatériels des défunts ? Des chercheurs, comme l’Américain Stuart Hameroff, le supposent après la découverte de possibles échanges s’opérant au niveau des synapses, ces zones par lesquelles les communications s’établissent entre les neurones. Si notre cerveau peut détecter des vibrations quantiques, c’est sans doute à ce niveau que les médiums captent les défunts. Hameroff n’en est encore qu’aux hypothèses.

C’est à la mort de votre père que vous décidez d’écrire “Le test” ?
Oui. Je savais qu’il aurait aimé participer à une telle expérience. J’ai caché des objets dans son cercueil. Je n’en ai parlé à personne, pas même à ma femme. Mon hypothèse était la suivante : mon père est vivant quelque part, aussi je lui demande de dire à des médiums que je vais aller interroger quels sont ces objets.

Quelle est votre conclusion ?
Mon père y est parvenu. C’est stupéfiant, incroyable, extraordinaire ! Les résultats de mon test accréditent l’hypothèse que la vie se poursuit après la mort.

Ne serait-ce pas notre ADN qui communique avec l’ADN du médium, ou une forme de télépathie ?
Mais c’est aussi bizarre que quand un médium vous dit qu’il communique avec les morts ! Dans mon livre, je détaille les expériences des chercheurs et les hypothèses conventionnelles – fraude, mentalisme, autosuggestions – en isolant le médium. Et ça marche ! Seul dans une pièce, coupé de tout, il obtient la même communication claire et précise avec des défunts. C’est vérifiable. Mon “Test” en apporte la confirmation en donnant la parole aux médiums qui décrivent en détail leur démarche.

Peuvent-ils nous conditionner si nous sommes fragiles ou crédules ?
Les gens qui les consultent sont la plupart du temps en deuil, donc fragilisés et plus facilement influençables. Il faut être vigilant. Je donne d’ailleurs des conseils pratiques. Mais je vous parle ici d’expériences conduites en laboratoire et dans des conditions rigoureuses, comme ce que j’ai fait moi-même durant ce test.

Pour entrer dans cet état de conscience modifié, pensez-vous que les médiums soient différents de nous ?
Ils ont une hyper-intuition stupéfiante ! La qualité d’un médium se juge à sa façon d’être à la fois présent avec nous tout en parvenant à faire le vide pour se connecter à ce monde invisible. La plupart des gens ne sont pas capables de discerner ce qui provient de leur intuition de ce qui constitue leur imagination.

« SIX MÉDIUMS ONT DÉCRIT PLUSIEURS DÉFUNTS DE MA FAMILLE, PARFOIS EN DONNANT LEURS NOMS »

Quels ont été les points communs entre les six médiums que vous avez consultés ?
Ils ont tous capté plusieurs défunts de ma famille en plus de mon père. Voilà un autre point stupéfiant : les médiums ont décrit les mêmes personnes, parfois en donnant leurs noms. Croire que ces résultats sont dus à un heureux hasard est irrationnel.

Votre livre est-il une façon de faire le deuil à la fois de votre frère et de votre père ?
Non. C’est une enquête journalistique, objective et rigoureuse. Certes, savoir que le défunt continue son existence ailleurs et qu’il va bien peut aider à accepter cette séparation totale.

Après une séance chez le médium où vous avez senti la présence de votre père, qu’avez-vous pensé ?
Je sais qu’il va bien. Des éléments rationnels m’ont convaincu que la vie n’est pas réductible à notre existence physique. Ensuite, ce que les médiums m’ont expliqué de la mort a fait naître en moi l’intuition que la façon dont mon père a vécu son existence colore sa vie après la mort. Ce n’est pas une vision religieuse ni morale de l’existence, c’est un fait observé par des médiums : ce que l’on réalise de notre vivant a un impact sur notre vie d’après.

Les médiums lâchent-ils leur ego pour se connecter ?
Oui, car l’ego nous protège en filtrant le monde extérieur. L’inconvénient de ce filtre est qu’il nous empêche aussi de recevoir des messages utiles que seuls les médiums entendent.

Les médiums auraient-ils une faille ?
Don, fragilité ? Une des médiums que j’ai testés a frôlé le monde de la folie et est parvenue à trouver son équilibre tout en apprenant à maîtriser ses perceptions. Mais qu’est-ce que la folie ? Cette femme est équilibrée, alors que son frère souffre de schizophrénie. Il semble victime des mêmes perceptions que sa sœur. Elle parvient à les intégrer alors que lui est submergé. La folie est-elle une trop grande ouverture à un monde invisible ? Cette piste de réflexion passionne de nombreux psychiatres. En tout cas, la médiumnité n’est pas un super-pouvoir mais un sacerdoce. Le sens de l’abnégation des médiums m’a beaucoup impressionné.

Est-ce que certains morts ne veulent pas partir ?
Oui, et ils sont nombreux. Dans notre société où la spiritualité a disparu, une majorité de gens meurent sans savoir ce qu’il y a après ; il semble qu’ils soient un peu perdus une fois de l’autre côté…

Vous dites que nous continuons à évoluer après la mort…
Et nos caractéristiques psychologiques sont amplifiées. Il n’y a plus le corps qui nous structure, nous bloque dans le temps et l’espace. Là-bas, nous sommes dans une liberté totale. Et si nous maîtrisons mal certaines de nos émotions de notre vivant, après la mort nous aurons encore plus de difficulté à les contrôler. Un lama tibétain m’avait dit : “Si vous voulez savoir à quoi ressemblera votre mort, regardez vos rêves.” En effet, d’un point de vue psychologique, la mort ressemble à un rêve : parfois magnifique, tantôt déroutant, incontrôlable, inquiétant ou sublime, il est le fruit de nos émotions libérées de toute contrainte. Il semble donc qu’il en soit ainsi dans l’au-delà.

Mais où part le défunt ?
Au moment où la personne meurt, des proches décédés l’attendent pour l’emmener dans ce que j’appelle “le monde invisible”. Même les médecins et les infirmiers qui travaillent en soins palliatifs le décrivent. C’est, par exemple, une vieille dame en parfaite santé mentale qui dit : “Vous voyez mon mari assis dans le fauteuil ? Il m’attend.” Elle seule le voit. C’est comme si, à l’approche de la mort, les deux mondes se rapprochaient. Au moment du passage, il se dégage une énorme énergie ; je l’ai vécue avec mon père. Comme si l’on me prenait par les épaules et que l’on me secouait. Ce n’est pas juste l’émotion. Christophe Fauré, psychiatre spécialisé dans le deuil, avec qui je m’entretiens à la fin du livre, évoque les mêmes témoignages rapportés par ses patients. Et les proches défunts qui viennent chercher le mourant sont toujours bienveillants.

La terre est peuplée de beaucoup de gens malveillants, alors pourquoi, dans l’au-delà, deviendraient-ils bienveillants ?
Ceux-là restent malveillants ! S’il n’a pas changé de comportement avant de mourir, un mari qui bat sa femme va continuer à avoir les mêmes pulsions. La mort ne nous délivre pas, comme par magie, de nos défauts, de nos blessures non soignées. Mais, à chaque seconde, les êtres vivants comme les morts peuvent s’apaiser et guérir.

Donc si nous rencontrons des bourreaux dans l’invisible, on peut se retrouver en danger ? C’est angoissant !
Les médiums expliquent que nous ne sommes pas tous placés au même niveau. Sur terre, on se trouve tous sur le même plan. Mais, de l’autre côté, les gens qui sont en proie à une grande confusion intérieure sont plus ou moins ensemble. D’où l’intérêt de travailler sur soi quand on est sur terre. Le libre arbitre existe.

« MÉDIUMS ET DÉFUNTS SE RENCONTRENT AU MILIEU D’UN PASSAGE, LÀ OÙ S’OPÈRE LA COMMUNICATION »

Comment les défunts communiquent-ils avec les médiums ?
Ils se rapprochent de notre monde. Cela demande de l’énergie aux médiums et aux défunts. Plusieurs médiums m’ont dit : “Ton père est très loin, il est obligé de se rapprocher.” A l’instar d’un tunnel ou d’un passage conduisant du monde des morts vers celui des vivants et vice versa. Médiums et défunts se rencontrent au milieu, là où s’opère la communication.

Peut-on retenir un défunt ?
Si vous êtes mort et que vous voyez vos proches inconsolables, vous aurez probablement envie de rester près d’eux pour essayer de leur dire que tout va bien. Mais, rassurez-vous, sous la douche, ils sont discrets ! [Il sourit.] En cas de décès brutal ou accidentel, certains défunts ne savent pas qu’ils sont morts. C’est une constante quand la mort est subite : ils ont plus de difficulté à la réaliser.

Christelle, une des médiums que vous avez testée, côtoie des gens en fin de vie à l’hôpital car elle est aide-soignante. Elle voit l’esprit de personnes dans le coma se promener dans les couloirs. Comment savoir si elle n’a pas des visions ? Qu’en pense la psychiatrie ?
La psychiatrie explique que les hallucinations sont liées à un tableau psychologique caractéristique de déséquilibre. Or, quand Christelle et les autres médiums parlent de leurs visions, ils décrivent certes des scènes “anormales”, mais leur propre vie, leurs comportements, sont ceux de personnes équilibrées qui ne sont pas en souffrance. Ces visions ne peuvent pas s’expliquer par un problème pathologique.

Vous affirmez que l’on a tous des guides. Comment se connecter à eux ?
En faisant le silence en nous quinze minutes par jour, par exemple, afin de créer un espace d’accueil. Ils sont là pour nous aider, encore faut-il parvenir à les entendre dans le brouhaha mental qui agite notre cerveau. Faites ce simple exercice et vous verrez que, au bout d’une semaine, vous commencerez à discerner des intuitions. Les guides vous parlent à travers elles.

Quels changements se sont opérés en vous depuis cette expérience ?
J’essaie d’être quelqu’un de bien parce que cela me suivra dans l’au-delà. Je travaille afin qu’une partie de mon activité de journaliste soit au service des autres.

SC_LE_TEST_ALLIX

L’idée qu’une transcendance existe m’a été donnée par le contact avec l’être qui a été mon père. Je sais que ma mort sera le couronnement de mon existence. Nous sommes tous immortels, mais nous devons passer par cette étape qu’est la mort. La vie nous impose des épreuves, j’essaie d’apprendre d’elles. Une blessure va-t-elle me détruire ou me construire ? La mort de mon frère a été un drame absolu, mais elle m’a obligé à me poser d’autres questions et, aujourd’hui, je suis apaisé. Dans notre société, nous considérons le plaisir comme la source du bonheur, mais la vie n’est pas que du plaisir, et le bonheur naît de nos confrontations à des choses positives comme à des événements plus difficiles. C’est notre capacité à faire face qui, paradoxalement, donne du sens à notre existence. Ce qui rend la vie des êtres humains si dure, c’est l’absence de sens.
*Stéphane Allix est journaliste. Fondateur de l’Inrees et du magazine « Inexploré », il est l’auteur et l’animateur des « Enquêtes extraordinaires » sur M6. Il vient de publier « Le test. Une enquête inouïe : la preuve de l’après-vie ? » éd. Albin Michel.

« LA PHYSIQUE QUANTIQUE NOUS DIT QUE LA RÉALITÉ N’EST PAS CONSTITUÉE DE MATIÈRE MAIS DE VIBRATIONS QUI ÉCHAPPENT AU TEMPS ET À L’ESPACE » »LES GUIDES VOUS PARLENT À TRAVERS VOS INTUITIONS » »LA FOLIE EST-ELLE UNE TROP GRANDE OUVERTURE À UN MONDE INVISIBLE? » »LES RÉSULTATS DE MON TEST ACCRÉDITENT L’HYPOTHÈSE QUE LA VIE SE POURSUIT APRÈS LA MORT »

Posté par lumbamba à 01:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 janvier 2016

KABILA ET LA PAIX AU BOUT DU CANON

kabila bonne année 2016

Kabila s’est adressé au peuple congolais pour les voeux de l’année 2016. Un discours terne et vide de sens. Déconnecté des réalités du pays, il promet encore et toujours aux Congolais la consolidation de la paix et la concorde, l’amélioration des conditions sociales de la population, la modernisation des infrastructures, etc. Mais il ne pipe mot sur les sujets relatifs à la fin de son mandat et à l’alternance au sommet du pays. Ce monsieur et sa bande ne veulent, donc, pas  comprendre que le temps des dictatures est déjà révolu. Il a confiance à ses forces de l’ordre. Mais aucune armée n’est plus forte que la pression populaire.

De source anonyme à Kinshasa, la CENCO aurait demandé à Kabila de faire une déclaration pour décrisper l’atmosphère politique en annoncant qu’il ne briguerait pas un troisième mandat. Kabila aurait refusé la proposition.

L’opinion se rappellera que les évêques de la CENCO avaient procédé, cette semaine, à une consultation des opposants aux dialogues afin de remettre le dialogue bloqué depuis un certain temps sur les rails. Ils s’étaient ensuite rendus auprès de Kabila pour lui faire part des résultats de la dite consultation.

Une seule et une seule voie reste disponible aux Congolais pour qu’il y ait alternance: actionner l’article 64 de la constitution et chasser l’imposture à la tête du Congo.

Lumbamba Kanyiki
www.kasaidirect.net

Posté par lumbamba à 16:52 - - Commentaires [3] - Permalien [#]