01 avril 2011

Activités commerciales paralysées à Ngandajika

Les activités économiques ont été perturbées, ce vendredi 1er avril 2011, dans la cité de Ngandajika, environ 100 Kilomètres à l’est de Mbuji-Mayi. Tous les magasins et boutiques, pharmacies et restaurants, même les marchés publics de la cité sont restés fermés. Ceux qui tentaient leurs commerces d’ouvrir, ce matin, ont été obligés de les refermer immédiatement. 

Les opérateurs économiques locaux n’ont pas ouverts leurs magasins, en guise de protestation contre les taxes «forfaitaires» leurs sont imposées par les agents de la Direction générale des impôts (DGI)/ Ngandajika. 

Ils se disent victimes d’une facturation forfaitaire de l’administration fiscale. Selon eux, la catégorisation utilisée actuellement par la DGI ne convient pas avec leurs chiffres d’affaires respectifs. 

Ceux d’entre eux qui, en 2010, étaient sous le régime de patente (applicable au petits commerçants) ont été surpris, depuis février 2011, de payer plus de 200 USD, au même titre que les détenteurs des registres de commerce (ayant de gros chiffres d’affaires).

Ces opérateurs refusent aussi de payer l’Impôt sur le revenu professionnel sur étalage réclamé par la DGI. Mais, celle-ci déclare s’en tenir au respect strict de la loi, appelant les operateurs à se soumettre à la catégorisation après évaluation du chiffre d’affaires. 

La veille, l’administrateur de territoire a demande au responsable local de la DGI de réexaminer chaque cas, apprécier et remettre chacun dans ses droits. 

Pour leur part, les operateurs économiques menacent de poursuivre avec l’arrêt des activités jusque Lundi prochain, jour où un mémorandum devrait être remis aux autorités de ce territore du Kasai oriental à l’issue d’une marche pacifique.

 

Posté par lumbamba à 19:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


21 mars 2011

Menace d’un licenciement massif à la SMK

Plusieurs travailleurs (60% ) de la Société Swanepoel Miba Kasaï, une société de génie civil où la Miba est actionnaire minoritaire, sont menacés de licenciement massif.

La  direction générale de cette entreprise justifie cette décision par le manque d’activités du terrain à exécuter par Swanepoel, faute des marchés.

Ce qui rend  difficile de supporter les charges sociales actuelles de SMK.

Ainsi les syndicalistes demandent ils aux décideurs de revenir au bon sens en ce qui concerne les critères d’octroi des marchés afin que Swanepoel Miba Kasai se retrouve.

 

Posté par lumbamba à 20:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]