25 octobre 2012

Programme du deuil de maman Ntumba Masanka Marguerite

Maman Ntumba Masanka

 

 

 

Chers tous,

Le 23 octobre, nous vous faisions part du décès à Kinshasa de la regrettée Ntumba Masanka Marguerite, la belle-mère de notre Vice-Président Ilunga Mufukadibwa et mère de mamu Ilunga Ntumba Charlotte. Maman Ntumba était née le 11 novembre 1950 à Lubumbashi. Elle est décédée le 21 octobre 2012 de suite d'une longue et pénible maladie. La levée du corps aura lieu ce samedi, 27 octobre et elle sera enterrée un jour après, soit dimanche, le 28 octobre 2012. Pour ceux qui sont à Kinshasa, le deuil se tient sur l'avenue Menuisier n° 1374 au Quartier Funa/Limete. Le numéro de contact de Kinshasa: 00243/813498562.

Pour rappel, les amis résidant en Allemagne peuvent consoler la famille Ilunga sur Rathausstrasse 4, 52072 Aachen. Ce communiqué tient lieu de faire part.

 

Lumbamba Kanyiki
Secrétaire Général du Grand Kasai

Posté par lumbamba à 23:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


ALERTE GENERALE: DES COMBATTANTS DE KABEYA KAMWANGA EN DANGER DE MORT

Nous venons d'apprendre qu'après deux mois de recherches vaines dans toute la région du Kasai oriental pour arrêter  le Général John Tshibangu,  Ngoyi Kasanji vient d'arrêter quatre combattants qu'il accuse d'être des militaires fidèles à John Tshibangu et à travers lesquels il voudrait faire faire subir le châtiment ultime pour les donner en exemple.

 
Arrêtés le 23/1O, ces innocents ont été vêtus  de tenue militaire et trimbalés à travers tout le voisinage de Kabeya Kamwanga à bord d'une jeep avec porte-voix pour annoncer le sort qui les attend  à la population.
 

Voici les noms des personnes arrêtées qui se trouvent à l'heure actuelle enfermées dans un cachot de Kabeya Kamwanga dans l'attente de leur sort.    

 
Il s'agit de :
  • Lumbala Mujanayii Norbert
  • Kadima Noë
  • Ntumba François
  • Mbuyi Biyou
Nous tenons à dénoncer l'arbitraire de l'usurpateur Ngoyi Kasanji qui s'attaque à la population civile désarmée pour la terroriser. 
Nous exigeons que Ngoyi Kasanji libère immédiatement les personnes innocentes, injustement arrêtées,  pour les assassiner en guise d'exemple.
Rappelons que Ngoyi Kasanji n'a reçu aucun mandat du peuple ;il représente un pouvoir usurpateur qui s'impose par la force des armes.

Raphaël KASHALA

Tél:+3216477431
Gsm: +32485157424  
rkashala@gmail.com
http://www.udps.org
http://www.etiennetshisekedi2011.net

Posté par lumbamba à 12:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 octobre 2012

Communiqué nécrologique

Le Grand Kasai e.V. a la profonde douleur de vous annoncer le décès  de maman Marguerite Ntumba, la belle-mère de notre Vice-Président Ilunga Mufukadibwa et la mère de son épouse Ilunga Ntumba Charlotte. Elle est morte ce dimanche, 22 octobre à une heure du matin à Kinshasa suite à une longue et pénible maladie.

Le deuil se tient au domicile du Vice-Président situé sur Rathausstr. 4, 52072 Aachen. Ceux qui ne peuvent se rendre pendant la semaine au lieu du deuil, ont, néanmoins, la possibilité de prendre contact avec la famille sous le numéro suivant: 0241/91459146.

Au nom du Grand Kasai e.V., nous présentons nos condoléances les plus émues au Vice-Président Ilunga Mufukadibwa, à son épouse ainsi qu'à tous leurs enfants. 

Pour le Grand Kasai e.V.

Lumbamba Kanyiki
Secrétaire Général

Posté par lumbamba à 00:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 octobre 2012

«L’ASADHO condamne l’enlèvement de trois prêtres par des hommes armés au Nord Kivu »

COMMUNIQUE DE PRESSE N°45/ASADHO/2012 

L’Association Africaine de défense des Droits de l’Homme est très préoccupée par la dégradation de la situation sécuritaire  et l’enlèvement de  trois  prêtres de la paroisse de MBAU dans le territoire de Beni, au Nord-Kivu.

En date du 19 octobre 2012, entre 21H00 et 21H30, un groupe de cinq hommes armés non autrement identifiés a enlevé trois prêtres de la paroisse de MBAU et les a amenés vers une destination inconnue. Il s’agit d’ASELME WASUKUNDI, Jean Pierre NDULANI et Edmond KISUGHU.

L’ASADHO craint pour la vie de ces hommes de Dieu à cause du risque élevé d’atteinte à leur vie et des actes de torture dont ils peuvent être victimes de la part des auteurs de cet enlèvement.

Elle condamne cet enlèvement  et rappelle qu’il constitue une atteinte grave aux droits fondamentaux reconnus aux particuliers par les instruments juridiques nationaux et internationaux relatifs aux droits de l’Homme.

Face à ce qui précède, elle recommande :

§  Au  Gouvernement  Congolais :

-           De prendre toutes les dispositions pour renforcer la sécurité dans la province du Nord Kivu ;

-            D’instruire la police et les FARDC pour qu’elles mènent des enquêtes afin de trouver les auteurs de cet enlèvement et les victimes. 

§  A l’auditeur Général :

-          De diligenter des poursuites contre les auteurs de cet enlèvement.

§  A la Monusco :

-           D’assister la police et les FADC pour qu’elles mettent la main sur les victimes et les auteurs de cet enlèvement.

 

                                                                          Fait à Kinshasa, le 20 octobre 2012.

 

Pour toute information, prière de contacter :

Maître Jean Claude KATENDE : Président National.

Téléphone : 00243 81 17 29 908

Maître Dora Zaki : Vice Présidente Nationale

Téléphone : 00243 99409631

Posté par lumbamba à 22:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 octobre 2012

ASADHO « Association africain de défense des droits de l’homme


Communiqué de presse N°43/ASADHO/2012
« L’ASADHO demande des poursuites judiciaires contre le Colonel KAWEL de la PNC de Lubumbashi/Katanga ».

L’Association africaine de défense des droits de l’homme (ASADHO) est vivement préoccupée par l’arrestation et détention arbitraires de plusieurs militants de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS) au cachot de la Police situé derrière la Mairie de la ville de Lubumbashi.
En effet, en date du 06 octobre 2012, la Fédération de Lubumbashi de l’Udps avait adressé la lettre n° 061/UDPS/FED.L’SHI/JLM/BTK/012 du 06 octobre 2012 pour informer la Mairie de la ville de Lubumbashi qu’elle organiserait une manifestation pour soutenir la rencontre qui devait avoir lieu samedi 13 octobre 2012 entre M. Etienne Tshisekedi, Président national de l’Udps et M. François Hollande, Président de la République Française à Kinshasa.
Le samedi 13octobre2012 vers 09 heures, les militants de l’Udps avaient commencé à se regrouper à la place de la Poste à Lubumbashi où la manifestation devait avoir lieu.
Contre toute attente, le Colonel Kawel de la Police nationale congolaise de Lubumbashi a envoyé les policiers pour réprimer ladite manifestation et plusieurs militants ont été, de ce fait, arrêtés et acheminés au cachot de la Police nationale congolaise situé derrière la Mairie de la ville de Lubumbashi.
Il s’agit de militants suivants : Pascaline MIDIKA, Célestin LUANSELE, NKASHAMA, KADIMA, Gaspard BEMESHA, Bulof NKONGOLO, Pasteur KITENGE, Théo FELE, MPEMBA MUYAYA, Théo LUMBALA et KITWA TWITE.
Lors de cette répression, les victimes ont été dépouillées de leurs biens - montres, téléphones et argent par les policiers.
Il sied de signaler que ces victimes ont été libérées quelques heures plus tard après plusieurs interventions.
L’ASADHO relève que malgré l’article 26 de la Constitution et Note circulaire n° 002/2006 du 26 juin 2006 relative aux réunions et manifestations publiques qui garantissent et définissent les modalités à suivre pour organiser une manifestation publique, il est de plus en plus difficile pour les partis politiques de l’Opposition d’organiser des manifestations publiques en RD Congo.
Face à ce qui précède, l’ASADHO recommande :

* Au Président de la République :
- d’instruire les autorités politiques et de la Police nationale de laisser les opposants organiser leurs activités politiques librement;
* Au Maire de la ville de Lubumbashi :
- d’instruire le Colonel KAWEL de restituer tous les biens que les policiers ont extorqués aux victimes ;
* A l’Auditeur Général des FARDC :
- d’ouvrir des poursuites judiciaires contre le Colonel KAWEL pour arrestation et détention arbitraires des militants de l’UDPS,
* Aux victimes :
- de porter plainte contre le Colonel KAWEL pour arrestation et détention arbitraires.
Fait à Kinshasa, le 16 octobre 2012
ASADHO
Me Jean Claude KATENDE
Président National
Me Dora ZAKI
Vice-présidente Nationale

Posté par lumbamba à 14:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


11 octobre 2012

COMMUNIQUE DE LA DEMOCRATIE CHRETIENNE SUR LA LIBERATION DE SON PRESIDENT , L’HON. EUGENE DIOMI NDONGALA

COMMUNIQUE DE LA DEMOCRATIE CHRETIENNE SUR LA LIBERATION DE SON PRESIDENT , L’HON. EUGENE DIOMI NDONGALA, APRES 100 JOURS DE DETENTION AU SECRET

La Démocratie Chrétienne, DC, informe l’opinion tant nationale qu’internationale que son Président, l’Honorable Eugène Diomi Ndongala, enlevé le 27/06/2012 par les services de sécurité et détenu au secret pendant 100 jours, a été libéré cette nuit à environ 01h00 du matin sur la route de Matadi. Il est souffrant et déjà pris en charge par son médecin pour des soins urgents.

Que tous ceux qui ont participé à sa libération par leurs prières ou bien  par leur engagement  et la revendication quotidienne et incessante de sa libération, reçoivent, par la présente, l’expression de nos remerciements  le plus émus car la vie du député du peuple, Eugène Diomi Ndongala est sauve grâce à eux.

Nos remerciements vont aussi aux Organisations de Défense des Droits de l’Homme, à Amnesty International, à la Commission des droits de l’Homme de l’Union Interparlementaire ainsi que la Présidence de la France pour leur engagement actif visant la libération du Président Diomi Ndongala.

Vérité et Justice pour le Congo.

Le peuple d’abord.

Fait à Kinshasa le 11/10/2012

Marc Mawete

Porte-parole de la Démocratie Chrétienne,

DC

Posté par lumbamba à 14:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Communiqué nécrologique: Tshibuabua Ashila Pashi n'est plus

Tshibuabua Ashila Pashi

 

 

 

 

Bana betu,

Nous venons d'apprendre, une fois de plus la mort d'un géant du Grand Kasaï en la personne de TSHIBUABUA ASHILA PASHI, mort survenu ce lundi 08/10/2012 très tôt matin.
Personne n'ignore que Maître Tshibuabua était l'un des piliers parmi les politiciens qui ont fait la fierté de la province du Kasaï-Occidental.
Juriste de formation, il a été commissaire politique, secrétaire général de la Mopap, Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire au Benelux, ministre de la justice et député.
Le deuil se tient en sa résidence sise, Boulevard de l'Europe, 52 1420 Braine l'Alleud.
Nous présentons nos condoléances à la veuve maman Mua Mbuyi ainsi qu'à tous ses enfants et petits enfants. Que l'âme de Maître repose en paix.

Pour l'ARKOC

Joe MUTANGA M.
Président

Posté par lumbamba à 00:49 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

03 octobre 2012

Le discours du Dr. Mukwege aux Nations Unies le 25.09.2012

Chers tous,

Veuillez trouver, en pièce jointe, le discours du Dr. mukwege devant les ambassadeurs aux Nations Unies le 25 septembre 2012. Nous vous prions de le lire et le faire lire. Car, il vaut mille fois plus que celui de Kabila Kanambe.

Discours_du_dr_mukwege_aux_Nations_Unies_25_9_2012

Kasai Direct

Posté par lumbamba à 02:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 août 2012

DECLARATION POLITIQUE DE L’UNION POUR LA DEMOCRATIE ET LE PROGRES SOCIAL « UDPS »

Déclaration politique de l'Union pour la Démocratie et le Progrès Social relative à l'enlèvement du SGA Jean-Marie-Vianney Kabukanyi ainsi qu'aux intimidations et harcèlements dont font l'objet tous les cadres de la part du régime de M. Kabila

drapeau udpsL’Union pour la Démocratie et le Progrès  Social »UDPS », informe l’opinion  nationale  et internationale de l’enlèvement de son Secrétaire  Général Adjoint Jean Marie Vianney  KABUKANYI et son jeune frère dans la nuit du samedi 28 juillet 2012 au dimanche 29  juillet 2012, par des éléments de la police politique  de Joseph  KABILA.

 
Acheminés nuitamment et soumis à un interrogatoire sévère à l’ANR( agence nationale de renseignements) sur l’avenue des 3Z dans la commune de la Gombe  à Kinshasa, puis conduis à la légion  nationale de la PIR (Police Intervention  rapide), au  sujet  d’une fantaisiste préparation d’une prétendue  insurrection militaire dans la ville  de Kinshasa, âpres une fouille infructueuse opérée à son domicile, monsieur Jean Marie Vianney KABUKANYI principalement, et son jeune frère secondairement, seront relâchés le lundi   30  Juillet 2012  dans les âpres –midi.
 
Le porte parole du régime de Monsieur Kabila, Monsieur Lambert MENDE a eu assez  d’honnêteté  pour reconnaitre  que le Secrétaire Général Adjoint de l’UDPS était innocent et ne méritait  pas  le sort qu’on lui faisait  subir.
 
Cependant, malgré ce fait-là, voici  qu’une fois de plus  le  mardi 31 juillet 2012  à 18h30’, un autre groupe de l’ANR viendra de  nouveau  perquisitionner le domicile de monsieur Jean Marie Vianney  KABUKANYI , menottant  au  passage, les autres cadres de l’UDPS venus le consoler  à son domicile  et  profitant de l’occasion pour extorquer et emporter trois ordinateurs et quelques matériels  informatiques. N’eussent  été  les protestations de la mère  de Jean marie  Vianney KABUKANYI, celle-ci  aurait vu aussi  son chapeau  de vieille  dame  emportée   par cette même police.
 
Dans le courant  de la journée de  jeudi 02 Août 2012, plusieurs autres  cadres de l’UDPS ont été  alertés de la présence incongrue  de certains affreux  dans les abords  de leurs résidences,  questionnant alentours et s’informant  sur leur mode de vie.
 
Démasqués par la vigilance toute agissante, ces affreux n’ont pas encore osé  montrer leurs pattes.
 
L’UDPS saisit cette occasion pour mettre Monsieur KABILA et ses éléments en garde contre leurs agissements de mauvais goût.
 
Le combat de l’UDPS est politique, l’UDPS n’a jamais fait usage des armes à feu.
 
En aucun cas  l’IUDPS ne peut être comparée avec le M23, que ces messieurs  ne se trompent pas d’adresse, est surtout qu’ils évitent de s’essayer à mesurer la profondeur du fleuve Congo à la longueur de leur petit  doigt.
 
Par la même occasion l’UDPS ne cesse d’exiger la libération  immédiate sans  condition de Monsieur DIOMI NDONGALA Président National de DC, Démocratie Chrétienne, parti politique, lequel a été  enlevé depuis le  27 juin 2012 au motif aujourd’hui douteux de viol des mineures. C’est à  croire que  les leçons des différentes mascarades montées par ce régime n’ont jamais porté et convaincu ces messieurs à  éviter le  ridicule.
 
S’agissant de la situation de l’Est de la république démocratique du Congo, l’UDPS reste d’avis que le  problème  qui se pose c’est  M. Kabila et son régime.
 
Le peuple congolais l’a compris a temps et a mis fin a son mandat  à  tête de la RDC le 28 novembre 2011 en élisant Monsieur TSHISEKEDI  Wa MULUMBA  Président de la République démocratique du Congo.
 
La paix revient à l’Est et sur l’ensemble  de la République  avec le départ de Monsieur KABILA de la tête des institutions où il se cramponne illégitimement et désespérément.
 
L’UDPS félicite  l’Eglise Catholique ainsi que tous les hommes de bonne volonté qui ont pris conscience du danger qui guette notre pays et qui se sont engagé à le défendre de toutes leurs forces. La victoire est congolaise par la  volonté de Dieu Créateur.
 
S’agissant de suite de la visite de  Madame BENGUIGUI la Ministre Française en charge de la francophonie,  l’UDPS rappelle  sa position : la venue  des Chefs d’Etat et de Gouvernement à Kinshasa pour le 14ième Sommet  de la Francophonie constitue  un acte   d’hostilité  vis –à-vis du peuple  congolais.
 
En effet  notre peuple  se bat  pour que la vérité  soit rétablie. Tous les observateurs aux élections de novembre 2011, la Société Civile  congolaise, les Organisations congolaises de défense des droits de l’homme, l’Eglise Catholique, les observateurs de l’Union Européenne, la fondation Carter ainsi que Mission d’observation des Nations Unies au Congo (MONUSCO) on conclu à la non  crédibilité des résultats publier par la CENI (Commission Electorale Nationale Indépendante) dont se targue M.KABILA  pour se cramponner à la tête des institutions du pays.
 
Le Président élu de la République Démocratique du Congo c’est Dr Etienne  TSHISEKEDI Wa MULUMBA. Tout le peuple  congolais est rangé derrière lui pour recouvrer l’imperium.
 
La venue à Kinshasa des Chefs d’Etat et de Gouvernement des pays amis sera considérée comme un acte de trahison de la démocratie et de toutes les autres  valeurs prônées par la francophonie. Et le peuple  congolais  en tirera, le moment venu, toutes les conséquences  à l’égard de ces représentants.
 
Le peuple  d’abord !  TSHISEKEDI Président !
Fait à Kinshasa, le 03 Août 2012
Secrétaire Général a.i
Me  Bruno MAVUNGU  PUATI
 

Posté par lumbamba à 12:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 août 2012

RDC : B.Mampaka : « La Belgique doit assumer ses responsabilités en Afrique centrale »

A l’heure où les rebelles du M-23 avance vers Goma avec l'objectif avoué d'encercler la ville tenue par l'armée régulière pour la faire tomber, les sanctions tombent en cascade contre le Rwanda. Après les Etats-Unis, et les Pays-Bas, c’est au tour de l’Allemagne et de la Grande-Bretagne de suspendre le versement de leur aide budgétaire au Rwanda.

Je regrette la timide réaction de notre Ministre des Affaires étrangères face à la gravité de la situation qui mérite mieux qu’une simple déclaration d’intention. La seule intervention de la Belgique dans ce conflit doit-elle se résumer à interdire les manifestations à Bruxelles, à brimer et à diaboliser les citoyens belges d’origine congolaise qui réclament à tue-tête l’intervention de notre gouvernement ? N’oublions pas que la Belgique partage plus de 80 ans de vie commune avec le Congo. Que le conflit congolais est le plus meurtrier que notre planète ait connu depuis la seconde guerre mondiale avec plus de 6 millions de morts.
 
Ce chiffre inconcevable aurait dû à lui tout seul alarmer la communauté internationale toute entière depuis longtemps et la Belgique en premier. Cinquante ans après avoir été le théatre d’épurations ethniques, de déplacements de population, de massacres attisés entre Lubas et Luluas, Hutus et Tutsis, le Congo, le Rwanda et le Burundi se trouvent aujourd’hui parmi les zones les plus enflammées d’Afrique centrale.
 
Face à l’évolution des relations entre la Belgique et ses anciennes colonies, ne devrions-nous pas objectivement nous poser certaines questions existentielles ?
 
Pendant que des petits nationalistes « s’entretuaient » pour le pois-chiche qui se trouve dans leur assiette, le monde a évolué à toute allure avec l’arrivée de la technologie de l’information. La géopolitique est aujourd’hui conditionnée, influencée ou dirigée par le cours du pétrole, du gaz et d’autres matières premières. Dans un monde globalisé, la Belgique ne manque-t-elle pas d’une vision sur la scène internationale ? Faut-il rappeler à nos diplomates des affaires étrangères que la crédibilité de notre petit royaume sur la scène internationale avant et après la seconde guerre mondiale était sérieusement renforcée par son expertise, son influence et la manière de gérer ses relations avec ses ex-colonies. L’élite belge qui ne trouve dans le drame qui dure depuis le départ de Mobutu qu’un conflit tribal entre noirs n’aurait-elle pas perdu la capacité de clairvoyance nécessaire à la défense des intérêts des victimes innocentes et du peuple belge ?
 
Ce qui me trouble et m’attriste, c’est de voir que les mêmes schémas traditionnels coloniaux  se transmettent de père en fils. Il est temps que la diplomatie belge se fixe des critères d’exigences dans la composition des hauts fonctionnaires des affaires étrangères afin de se doter d’une capacité d’analyse exemplaire à l’instar des USA, de la France et de l’Angleterre. Ne serait-il pas judicieux d’associer et d’impliquer dans les réflexions de géopolitique internationale l’élite de la diaspora congolaise, burundaise et rwandaise sur des sujets ou naturellement ils garantiraient intérêt de la Belgique tout en allégeant les souffrances de leur pays d’origine ?
 
Pour ne pas abuser de l’attention des lecteurs de cette note, je me dois de conclure brutalement en disant qu’il est urgent que le Ministre des affaires étrangères dépose sur la table du gouvernement une sanction immédiate à la hauteur de la responsabilité de la Belgique par rapport aux Etats-Unis, Allemands, Anglais et autres états démocratiques alertés par le drame humain en cours.
 
Bertin MAMPAKA
Vice-président du Parlement bruxellois
Echevin de la Solidarité internationale de la Ville de Bruxelles
 

Posté par lumbamba à 21:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]