Gare de Kananga

 Ce texte est un article scientifique écrit par le professeur Philippe Kanku Tubenzele et paru dans le semeur du Kasai du premier semestre 2009, à Kananga, Kasai Occidental aujourd’hui Kasai Central. Il y analyse la mentalité des habitants de Kananga et de ses environs afin de voir si elle est favorable à l’amélioration de leur bien-être et si elle peut les conduire à leur épnouissement.

L’auteur commence d’abord par faire un constat amer d’échec des efforts consentis par les Occidentaux, après la deuxième guerre mondiale, de sortir les Africains de leur mode de vie traditionnelle et de les emmener dans la modernité, le développement. Leurs idéologies respectives, ‚libérales pour les uns et marxistes pour les autres et les capitaux investis ne leur ont pas permis d‘obtenir des résultats escomptés. Le développement, selon l’auteur, est d’abord une question de mentalité. Le peuple doit prendre conscience de ses conditions de vie et il n’y a que lui qui devra engager des actions de son développement.

Parlant justement de la mentalité au Kasai Occidental, le professeur Kanku Tubenzele recourt d’abord aux „cinq choix culturels fondamentaux de l’Afrique“ du professeur Godefroid Kä Mana, sur lesquels se fonde la mentalité des peuples africains:

1) Le respect du monde invisible et de l’ouverture permanente à la transcendance; Le respect de Dieu ou des dieux et des esprits des ancêtres; se laisser guider par eux;

2) La communauté: elle définit l’identité de l’individu; C’est la valeur cardinale même de l’existence sociale;

3) La tradition: le respect des us et coutumes et l’application des règles coutumières. C’est le fondement même de la conduite de l’Africain;

4) La confiance dans le destin: vivre selon son destin, malgré la souffrance. Rester serein en toute circonstance, accepter tranquillement tout ce que la vie nous impose;

5) La vie envers et contre tout: malgré les humiliations, la honte et les multiples défaites, accepter la vie telle qu’elle apparaît.

Nous allons démontrer, dans les lignes ci-bas, comment le professeur Kanku analyse la mentalité des Kasaiens à partir des points ci-haut cités:

1. Le respect du monde invisible et de l’ouverture permanente à la transcendance: Les WestKasaiens vivent dans l’attentisme. Ils espèrent tout de Dieu et des esprits des ancêtres. Ils n’ont donc pas de responsabilité personnelle sur leur propre vie.

2. La communauté: ce point favorise le clanisme, le tribalisme, l’ethnicisme. Mettre sa communauté au-dessus de tout encourage les clivages et des conflits permanents entre les peuples et ne favorise pa la justice attibutive et distributive. Il n’existe donc pas une distribution proportionnelle des avantages sociaux;

3. La tradition: la tradition n’évolue pas; c’est le statu quo. Bien sûr, chaque peuple a sa tradition, mais le peuple qui ne vit que selon sa tradition a peur de la nouveauté;

4. La confiance dans le destin: les Kasaiens ont la mentalité apathique, défaitiste; "kulala kwa panshi, nkuetu kua kale"

5. La vie envers et contre tout: Ils n’ont pas le sens du risque. Ils acceptent tout ce qui leur arrive, même la médiocrité de la vie.

Toujours, selon l’auteur, tous ces points cités ne peuvent nullement favoriser le développement du Kasai Occidental., aujourd’hui Kasai Central. C’est pourquoi il propose des solutions axées sur les trois points suivants: le travail, la solidartié et la liberté créatrice.

1. Le travail: ici, il ne s’agit pas nécessairement d’un travail rémunérateur, mais plutôt de la praxis entendue comme une activité permanente et régulière qui permette au peuple de maîtriser le monde qui les entoure.

2. La solidarité: Les Kasaiens doivent développer la solidarité non seulement entre individus, mais aussi entre communautés au-delà de leurs différences, pour vivre en harmonie.

3. La liberté créatrice: c’est libérer l’homme, le rendre responsable de son devenir, de son destin, capable d’utiliser les pouvoirs qui sont en lui pour son épanouissement, son développement.

Dans sa conclusion, le professeur Kanku Tubenzele soutient que le développement commence par la mentalité d’un peuple. La mentalité actuelle au Kasai Occidental ne peut en rien favoriser son développement. Il propose l’éducation du changement de mentalité dans les écoles et les universités par le cours d’éducation à la citoyenneté. Il propose, en outre, de divulguer ce cours dans les églises et les associations.

N.B: les parutions du semeur du Kasai sont disponibles sur www.kuetu.com

Lumbamba Kanyiki