papa kabano

 

Tu étais l’aigle qui avait dompté les airs
et dominé les montagnes
Tu savais planer sur des larges vallées
Tu savais glisser sur les nuages vers les horizons lointains
Affrontant tous les dangers,
Ne craignant ni tempêtes de haute mer
Ni foudres des airs

Vaillant soldat, pilote de guerre,
oiseau de haut plumage,
Dragon crachant du feu
Terreur de l'ennemi.

Tu étais aussi un paon, beau et fier,
marchant d'un pas assuré,
toi qui portais le soleil sur ta tête
Je ne saurai assez te pleurer
Tellement le vide est immense!

Va, mon colonel pilote,
Va, fils de mon père
Les grandes âmes ne meurent jamais,
A bientôt, sûrement!


Lumbamba Kanyiki