20 janvier 2018

LE CHEF SPIRITUEL ET REPRÉSENTANT LÉGAL DE L’EGLISE KIMBANGUISTE SIMON KIMBANGU KIANGANI POUR LA MARCHE DU 21 JANVIER 2018

église kimbanguiste

Par une note de service envoyée à tous les pasteurs et les secrétaires exécutifs nationaux, Simon Kimbangu Kiangani, le chef spirituel et représentant légal de l’Eglise kimbanguiste demande à tous leurs adeptes de se réunir demain, le 21 janvier devant leurs églises respectives à partir de 9 heures 30 et de commencer une marche avec des rameaux en mains.

Il les exhorte à mieux interpréter la prophétie de Dieu car nulle part il est écrit que le quatrième président de la République Démocratique du Congo serait le dernier. Ils doivent donc marcher pour chasser les politiciens sans scrupule qui ont détruit le pays et détruit tout le système social pour leur enrichissement personnel.

Ainsi l’Eglise Kimbanguiste rejoint les laics de l’Eglise catholique et  ceux de l’Eglise du Christ au Congo dans une méga-marche réclamant la stricte application des accords du 31 décembre 2016. Voir le message ici:

Lumbamba Kanyiki

Posté par lumbamba à 22:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


17 janvier 2018

LES DEUX GRANDES EGLISES DU CONGO UNIES DANS LEUR APPROCHE POUR LA CAUSE DU CONGO

classe politique congolaise

« Ngando akimi mbula akoti na ebale! » comme disent les Bangala. Le crocodile de Kabila a fui les gouttes de pluie du cardinal Monsengwo Pasinya, archévêque de Kinshasa pour se réfugier dans le fleuve de l’Eglise protestante. Les familles biologique et politique de Kabila avaient choisi l’Eglise du Christ au Congo pour commémorer le dix-septième anniversaire de l’assassinat de Laurent Désiré Kabila. C’était très mal tombé pour elles puisque cette Eglise était la cible de beaucoup de Congolais qui condamnaient son silence alors qu’ils attendaient qu’elle envoie ses adeptes se joindre aux laics de l’Eglise catholiques pour se battre pour la libération du Congo. Elle a dû donc faire amende honorable.

Le sermon du Révérand pasteur Francois-David Ekofo a tourné autour de trois parties essentielles: l’adresse à la classe politique congolaise, l’avertissement aux voisins qui envient le Congo et veulent sa répartition et un appel au soutien de la communauté internationale.

Adresse à l’intention de la classe politique congolaise

D’entrée de jeu, l’orateur du Jour, le pasteur Francois-David Ekofo, a rappelé aux dirigeants présents dans la cathédrale du centenaire, pleine comme un oeuf, le serment leur laissé par Laurent-Désiré Kabila: « Ne jamais trahir le Congo ».  Poursuivant son sermon, il leur a encore rappelé que les Congolais ont recu un Congo uni et riche. Ils ont donc la mission de le transmettre  tel qui l’est aux générations futures. Illustrant ses propos par une image, il s’est dit préférer toujours dans l’athlétisme la course de relais dans laquelle les athlètes se remettent un passage de témoin jusqu’à l’arrivée. « On choisit toujours le meilleur au départ; car de l’action de celui-ci dépend la victoire finale ». Le tableau qu’il a dépeint ensuite du Congo était de plus sombre: le pays est  compté parmi les plus pauvres de la planète alors qu’il renferme des richesses incommensurables qu’il a même énumérées: le pétrole, le coltan, l’or , le diamant, etc; un Congo qui importe des produits alimentaires alors qu’il a des millions d’hectares des terres arables, « C’est inadmissible » s’est écrié le pasteur Ekofo devant les Kabilistes; un Congo aux dimensions d’un continent mais dont les routes sont impratiquables, un Congo où tout le monde n’est pas égal devant la loi et où les gens ne circulent pas librement. Il ne croit même pas vraiment en l’existence d’un Etat de droit au Congo, car  les lois ne sont ni respectées ni appliquées. « A celui à qui on donne plus, on exigera aussi plus » a dit le pasteur Ekofo, Dieu nous demandera ce que nous aurons fait de toutes les richesses dont il nous a comblés »

Tous les visages qui étaient animés au début du sermon dans la salle sont devenus de marbre. Certains comme Henri Mova, Boshab, Olenga Nkoyi, Ruberwa, Tambwe Mwamba, les têtes retirées dans leurs épaules comme des tortues se sont enfoncés dans leurs sièges, souhaitant même disparaître. Olive Lembe, gênée par des propos inattendus faisait semblant de jouer avec son portable. Ses enfants tournaient leurs têtes dans tous les sens. Les applaudissements nourris au départ lorsque le pasteur a déclaré que le Congo appartient aux Congolais, étaient devenus timides. A la fin, il n’y en avait plus. Toutes les têtes étaient tournées vers le sol comme les tournesols le soir après le coucher du soleil. La Kabilie, honteuse et confuse, a recu une douche froide dont elle se souviendra toujours.

Avertissement aux voisins du Congo

« Nous ne céderons aucun millimètre de notre territoire national » tel était le message adressé par le pasteur Ekofo aux voisins du Congo qui le destabilisent depuis des décennies. Illustrant ses propos par l’exemple d’un petit pays, la Suisse, entouré par les grands mais qui a aussi, à sa manière, prospéré, il a encouragé les petits pays, voisins du Congo à demander à Dieu de les inspirer pour leur prospérité et de ne pas continuer de lorgner le grand Congo. « Nous sommes peut-être faibles aujourd’hui. Une partie de son territoire que le Congo perdrait aujourd’hui sera, à coup sûr, récupérée par nos enfants demain » a-t-il martelé. Ici, il a fallu voir le visage de ruberwa! Très ennuyé, l’homme qui ne jure que par la balkanisation du Congo, toujours affecté au ministère de la décentralisation avec mission de trouver des terres pour les « Banyamilenge », tribus inventée par des esprits cyniques et malvaillants pour balkaniser notre pays, cherchait où poser son regard tant les caméras étaient braquées sur lui!  Zoé s’est incliné et sa soeur Janet a fait semblant de s’occuper de l’enfant qu’elle portait. Mawa trop!

Appel au soutien de la communauté internationale

Le pasteur Ekofo leur a rappelé le cours immuable de l’histoire des civilisations qui ont dominé ce monde. Il y a eu d’abors les Egyptiens, puis les Grecs, les Romains. Aujourd’hui, on parle des Américains, la première puissance du monde. Qui ne dit pas que demain, ce sera aussi l’Afrique? leur a-t-il demandé? Le Congo constitue, avec sa superfucie et sa population, un grand marché pour le futur. Si les riches d’aujourd’hui consentent à aider le Congo « malade » à se relever, ils en tireront des dividendes sûres dans le futur. Il a encore illustré ses propos avec des exemples très pratiques.

Réactions

Les réseaux sociaux ont failli exploser avec des réactions venant de toute part. Plusieurs louent le courage du pasteur Ekofo qui est désormais entré dans l’histoire du Congo comme l’homme qui a savonné la médiocre classe politique congolaise après le cardinal Monsengwo.

Ils sont aussi plusieurs qui préfèrent voir les deux grandes Eglises travailler, la main dans la main, pour chasser les imposteurs qui  sont désormais isolés. La claque recue par la kabilie résonnera pendant plusieurs jours et rétentira comme une victoire du peuple qui se débarrasse petit à petit de la peur.

Lumbamba Kanyiki

Posté par lumbamba à 13:14 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

VIDÉO: LE PASTEUR FRANCOIS-DAVID EKOFO DE L’EGLISE DU CHRIST AU CONGO DÉNONCE LA MÉDIOCRITE DU RÉGIME KABILA

classe politique congolaise

Devant tous les Kabilistes réunis pour commémorer la mort de Laurent Désiré Kabila assassiné le 16 janvier 2001, le pasteur Francois-David Ekofo brosse un tableau sombre du Congo d’aujourd’hui et dénonce la médiocrité de la classe dirigeante.

« Nous devons léguer à nos enfants un pays uni, un pays riche, un Etat responsable … où tout le monde circule librement et… où tout le monde est égal devant la loi. » Plus loin, il lance un avertissement aux voisins du Congo qui veulent arracher des pans entiers du territoire national. « Nous ne céderons aucun millimètre de notre territoire » a déclaré l’orateur du jour. Pour terminer, il a demandé à la communauté internationale d’aider le Congo malade, car qui aide le Congo d’aujourd’hui à se relever, en tirera des dividendes demain. Veuillez suivre la vidéo!

Kasai Direct

Posté par lumbamba à 01:07 - Commentaires [1] - Permalien [#]

10 janvier 2018

URGENT: L’HONORABLE ANDRÉ CLAUDEL LUBAYA EST ARRIVÉ AUJOURD’HUI À KANANGA

lubaya à kananga 1

L’honorable André Claudel Lubaya est arrivé aujourd’hui à Kananga, chef-lieu du Kasai Central. A sa descente d’avion, il a été accueilli par une marée humaine qui l’a accompagné jusqu’en ville.

« Je suis arrivé aujourd’hui, pour vous rencontrer. Merci pour l’accueil. Merci pour l’amour. Merci pour la chaleur. Merci pour la fraternité. Merci, merci Kasai. Kasai, je vous aime. Je suis là, je serai toujours là, pour vous servir, parce que je vous aime, KasaÏ. » a déclaré le président de l’Union  Démocratique Africaine Originelle dans son allocution.  Place aux images:

 

Lumbamba Kanyiki

Posté par lumbamba à 23:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 janvier 2018

Communiqué: Programme des obsèques de Papa N'zaion décédé le 22 décembre 2017

papa n'zaion 1

Les obsèques de PAPA OMER NZADI N'ZAION N'SANTU se feront comme suit:

-Vendredi 05/01 a 13h; levée du corps de la morgue Biamba Marie Mutombo vers la FIkin au pavillon 10,

-Samedi 06/01 différentes cérémonies et enterrement a BENSEKE nouvelle côté.

"HEUREUX CEUX QUI OBSERVENT LES AVIS DE DIEU ET QUI LES RECHERCHENT DE TOUT COEUR. 
PS 119:2 "

La famille

Posté par lumbamba à 00:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

DECLARATION DU COMITE LAÏC DE COORDINATION: NUL NE PEUT SE CROIRE PLUS FORT QUE NOUS TOUS RÉUNIS!

massacre du 311218

Nous publions dans les lignes qui suivent la déclaration du Comité Laics de Coordination après la répression barbare de la marche du 31 décembre par le pouvoir en place.

Le Comité Laic de Coordination condamne d’abord la répression barbare de la marche ayant causé une dizaine de morts, plusieurs centaines de blessés, et des arrestations arbitraires.  Il dénonce et condamne l’utilisation  des balles réelles et des gaz lacrymogènes dans les églises considérées comme des lieux sacrés. Ensuite, il remercie les Congolaises et les Congolais pour avoir défié le pouvoir et avoir répondu massivement à son appel pour la marche pacifique du 31 décembre 2017. Il s’incline devant la mémoire des compatriotes qui sont tombés et lance un message de solidarité pour l’organisation des obsèques dignes de leurs rangs. Il  remercie toutes les Congolaises et tous les Congolais de la diaspora qui se sont associés à eux pour exiger le respect des accords de la Saint Sylvestre. « Nul ne peut se croire plus fort que nous tous réunis », déclare le Comité Laic de Coordination. Il demande enfin aux Congolaises et Congolais de se tenir prêts pour d’autres actions jusqu’à l’application intégrale des accords du 31 décembre 2016.

Veuillez lire ci-bas la déclaration du Comité Laic de Coordination.

Lumbamba Kanyiki

Chers frères et sœurs,

Chers compatriotes,

Ce Dimanche 31 Décembre 2017, Nous avons été des millions à travers notre pays à nous être mobilisés, au-delà des étiquètes politiques, au-delà de considérations individuelles, pour dire STOP à la souffrance du peuple
Nous avons marché pour dire à la face du monde que nous reprenons notre destin en main.
Le pouvoir en place n’a pas hésité à tirer à balles réelles sur la population, à exercer sur elle des sommations; il n’a pas hésité à lancer des gaz lacrymogènes dans les églises pendant des cultes, à séquestrer des fidèles dans des paroisses, constituant en cela une violation grave des lieux sacrés.
Malgré cette violente répression, malgré de nombreuses barricades placées pour encercler des quartiers et des paroisses de la capitale, la population a montré à la face du monde sa détermination ; elle n’a pas cédé à la peur, elle a marché avec courage et discipline.
Nul ne peut se croire plus fort que nous tous réunis!
Le bilan provisoire est lourd : il y a eu parmi nous une dizaine de morts, des dizaines des blessés et des centaines d’arrestations.
Nous pensons à nos Compatriotes qui ont perdu leur vie ainsi qu’à leurs familles; nous leur disons que leurs sacrifices ne resteront pas vains.
Nous savons que nous pouvons compter sur la solidarité des Congolaises et congolais pour organiser les obsèques de nos compatriotes, mais aussi pour contribuer à la prise en charge des soins de nos blessés.
Nous félicitons ceux de nos militaires et policiers congolais qui ont compris le sens et le message de ces frères et sœurs qu’ils ont laissé, par endroits, manifester pacifiquement.
Nous félicitons également nos compatriotes qui ont marché à Dakar, à Paris, à Bruxelles, à Londres, à Genève, et ailleurs dans le monde ;
Par notre marche de ce dimanche 31 décembre 2017, nous venons de prendre rendez-vous avec l’histoire;
C’est une marche d’espoir pour un renouveau certain dans notre pays;
Une marche d’espoir pour près de 4 millions de nos compatriotes déplacés, certains après avoir subi des barbaries sans que ceux qui nous gouvernent n’esquissent le moindre regret;
Une marche d’espoir pour des familles brisées par des violences, des viols, des massacres, des tueries et des pillages de leurs biens;
Une marche d’espoir pour nos compatriotes qui croupissent dans des geôles sans motif et sans procédure respectueuse de la justice;
Une marche d’espoir pour qu’enfin règnent la paix et la prospérité dans notre pays.
Oui chers compatriotes, il faut que ceux qui s’accrochent au pouvoir dans notre pays sachent que le pouvoir nous appartient, que le pays nous appartient à tous.
Nous avons décidé de reprendre notre destin en mains, pour construire un avenir meilleur pour nos enfants; pour dire HALTE à la dictature.
Nous sommes un peuple béni, à qui Dieu a donné une terre riche.
Notre patrimoine nous appartient à tous. Et il nous revient à tous d’assumer nos responsabilités, comme l’ont fait certains de nos compatriotes avant nous.
Ils sont nombreux à avoir payé de leurs vies pour contribuer à notre liberté.
Nous pouvons être fiers de les avoir honorés par la marche de ce 31 décembre 2017.
Nous ne pouvons plus faire marche arrière. Nos enfants nous regardent, le monde entier nous regarde, notre conscience nous interpelle.
Nous nous donnons quelques jours pour enterrer dignement nos compatriotes, morts pour la patrie ; et pour soigner nos blessés.
Les Congolaises et les Congolais ne laisseront plus de répit au pouvoir en place.
Ils exigent le respect et l’application stricte de l’accord de la saint-Sylvestre à savoir:

  1. Une déclaration publique du Président de la République qu’il ne sera pas candidat à sa propre succession conformément à la constitution ;
  2. La mise en application effective, intégrale et de bonne foi de l’accord de la saint- sylvestre, notamment des mesures ci-après :
  3. La libération de tous les prisonniers politiques ;
  4. La fin de l’exil des opposants menacés d’arrestation à leur retour au pays;
  5. La fin du dédoublement des partis politiques ;
  6. La libéralisation des espaces médiatiques et particulièrement de la RTNC;
  7. La réouverture des médias injustement fermés;
  8. La restructuration de la CENI afin de recréer la confiance entre l’électorat et l’institution organisatrice des élections;
  9. L’utilisation du calendrier récemment proposé par la CENI comme outil de travail pour l’élaboration d’un calendrier consensuel;
  10. Le libre exercice des activités politiques par tous.

Ce message adressé au Président de la République, au pouvoir en place et à tous ceux qui bloquent la mise en application de l’accord de la saint-sylvestre n’est plus un message du seul Comité Laïc de Coordination, mais celui des millions et des millions des congolais, d’ici et d’ailleurs, qui se sont exprimés ce 31 décembre 2017, avec une détermination d’aller jusqu’au bout.

En attendant, nous vous demandons de rester mobilisés et prêts à répondre massivement au prochain appel du Comité Laïc de Coordination.

Que Dieu bénisse les Congolaises et les Congolais.
Que Dieu bénisse la République Démocratique du Congo.

Fait à Kinshasa, le 31 Décembre 2017.
Pour Comité Laïc de Coordination,
Professeur Thierry NLANDU Professeur Isidore NDAYWEL

Posté par lumbamba à 00:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 janvier 2018

LE GROUPE EPIPHANIE VOUS INVITE À UN MOMENT DE PRIÈRE POUR LE CONGO CE DIMANCHE 7 JANVIER 2018 À BRUXELLES

communiqué

Chers tous,

Invitation à la messe du 7 jan 2018

Le Groupe Epiphanie vous invite à participer à un moment de prière pour le Congo ce dimanche 7 janvier 2018, à l’église Notre Dame de Lourdes, sur Charles Woeste N°282 à 1090 Jette/Bruxelles. Dans un nouvel élan, vous confierez à la bénédiction de Dieu vos efforts pour le redressement de notre chère patrie, la République Démocratique du Congo.

Certes, notre pays traverse actuellement un moment d’incertitudes, mais son avenir reste  entre nos mains. C’est par nos actions  et  nos prières communes que nous arriverons à sauver le Congo. D’où votre présence à ce moment de prière est vivement souhaitée.

Une collation sera offerte à l’issue de la célébration.

Kasai Direct

Posté par lumbamba à 15:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 janvier 2018

MONSEIGNEUR MARCEL MADILA, PRÉLAT DE KABILA ET NON DES PAUVRES

madila et kambayi

Plusieurs critiques pleuvent sur Internet contre monseigneur Marcel Madila, archévêque du diocèse de Kananga  et plusieurs Kasaiennes et Kasaiens, à travers le monde, sont indignés. En cause , selon presse libre, il se serait opposé à la marche du 31 décembre 2017 organisée par les laics de l’Eglise catholique pour exiger le respect des accords du 31 décembre 2016. Il aurait déclaré n’ être pas concerné par la dite  marche du 31 décembre  et aurait demandé aux fidèles d’être vigilants et de ne pas  se mêler à un mouvement populaire tendant à destabiliser les institutions de la République Démocratique du Congo.

« Un prélat qui n’est pas avec son peuple est contre son peuple », disent les Kasaiennes et Kasaiens de la diaspora. En s’opposant à la marche de l’Eglise catholique, monseigneur Madila a choisi la voie des traîtres de la nation congolaise.

Nous publions dans les lignes qui suivent l’aricle de la presse libre

Lumbamba Kanyiki

L’ÉGLISE CATHOLIQUE DIVISÉE, MGR MARCEL MADILA ET MGR MARCEL UTEMBI REJETTENT LA MARCHE DU 31 DÉCEMBRE !

Rien ne marche au sein de l’église catholique depuis l’annonce de la marche qu’elle a prévue pour ce dimanche 31 décembre. L’archevêque Marcel Madila , responsable de diocèse de Kananga, a rassuré à Denis Kambayi, nouveau gouverneur dudite Province, que le Kasaï central n’est pas concerné par la marche du 31 décembre à travers une correspondance adressée et transmise au nouveau gouverneur du Kasaï Central.
Et il exorte ses fidèles de rester chez-soi et d’être vigilant durant cette journée, à ne plus se mêler dans un mouvement populaire tendant à déstabiliser les institutions de la République Démocratique du Congo.

Posté par lumbamba à 15:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]