miliciens de kamwina nsapu tués

Grâce aux réseaux sociaux et aux progrès réalisés dans les nouvelles technniques d’informations, les massacres du Kasai Central interpellent le monde entier. Malgré le démenti du porte-parole du gouvernement Lambert Mende, le vuvuzélateur national, qui a parlé du montage grossier de ces vidéos, plusieurs autres ne cessent de circuler démontrant les atrocités commises par les FARDC et spécialement ce groupe de militaires tutsi écartés de l’Est  et envoyés au Kasai Central en 2013 par Kabila.

De sources de france24, nous apprenons qu’un groupe de hauts magistrats de l’armée a effectué le déplacement vers Kananga pour mener « une enquête impartiale » sur les massacres du Kasai Central. Mais déjà de diverses sources des médias locaux, il s’avère qu’une campagne d’intimidations est exercée par les autorités provinciales et par les militaires sur les journalistes qui enquêtent sur les massacres. Nous demandons dès lors au peuple kasaien d’être vigilant et de ne pas céder aux chantages, menaces et intimidations.

Plutôt que pour une enquête sérieuse, les Kasaiens craignent que ces hauts magistrats soient envoyés dans le but d’effacer des preuves et de proférer des menaces à la population dans le but d’étouffer l’éclatement de la vérité. Ils continuent de réclamer qu’une enquête internationale soit menée et que justice soit rendue pour tous ceux qui ont été fauchés par les balles de la barbarie de Kabila.

Lumbamba Kanyiki