Mon cher Johnny Nkongolo,

Nos échanges suscités sur facebook par l'image de la maison qui t'a vu naître m'ont inspiré. Le résultat en est ce petit poème que je te dédie. Par ailleurs, j'ai appris que tu étais souffrant. Je te souhaite une prompte guérison.

Douce enfance pleine d’innocence
Enfance pure
comme l’eau qui coule de nos sources
Douce enfance de l'insouciance
loin des vautours et autres prédateurs

Des jeux des rues et des cris d’oiseaux
Beaucoup de rires mais aussi des pleurs vite oubliés
Enfance heureuse des amours timides
des cœurs qui se cherchent, mais noyés
dans des profondeurs sombres d'interdits

Je ne connaissais ni richesse ni pauvreté
Je ne connaissais ni haine et ni même la jalousie
Le racisme m’était étranger
et inconnue la peur de l’autre

Blanc et noir étaient juste des couleurs
Car je croyais
que nous étions tous des hommes
créés à l’image de l’Eternel

De cette enfance douce et heureuse
passée à Kananga Malandji wa nshinga
je me souviendrai toujours.

Lumbamba Kanyiki