jean-jacques lumumba

dossierbgfibank2 dossierbgfibank3

Le  séisme provoqué par les révélations de Jean-Jacques Lumumba, l’ex-banquier de la BGFI, en Europe n’a pas donné des répliques au sein de la classe politique au Congo. C’est comme si cela était un non-événement pour elle. Et pourtant les faits sont graves! Ce mutisme est coupable surtout pour ceux qui se considèrent comme des vrais opposants. Est-ce par peur pour la prison? Car, le monsieur qui accuse Kabila et ses proches ne se cache pas. Il cite des noms  des proches des Kabila et il sort des preuves pour confirmer ces allégations. Ces révélations, vérifiées et publiées par un journal de renom comme le soir, est une aubaine pour l’opposition qui devraient s’en servir pour exiger la destitution  et la mise en accusation de Kabila pour haute trahison et pour pillage des finances de l’Etat.

Les révélations de Jean-Jacques Lumumba apportent encore une preuve de plus de la mauvaise foi de Kabila de pouvoir organiser les élections. En effet, le pouvoir soutient n’être pas en mesure d’organiser les élections par manque de financement alors que les comptes de la Ceni sont régulièrement ponctionnés, des sommes prélevées pour des destinations inconnues. Le pays est pillé par Kabila et sa famille. A part Jaynet Kabila citée parmi les personnalités ayant des comptes dans les paradis fiscaux comme le Panama, d’autres noms s’ajoutent dont Francis Selemani Mtwale, fils de Kanambe , l’ami d’enfance de Kabila. C’est lui qui dirige la BGFI dont  Gloria Mteyu, la jeune soeur de Kabila détient 40% des parts. Il y a aussi Albert Juma, le PDG de la Gecamines et Deogratias Mutombo Nyembo, le gouverneur de la banque centrale qui ouvre régulièrement les vannes pour servir les proches de Kabila.

Nous attendons que le rassemblement se saisisse de ce dossier. Ou il engage des actions en justice ou à l’Assemblée Nationale devant aboutir sur la destitution et la mise en accusation de Kabila, ou il actionne la rue pour chasser l’imposture du pouvoir. Il est inutile de continuer à réclamer un quelconque dialogue avec les gens qui ont juré de diriger la RDC par défi et dont la mauvaise foi est manifeste. Ce sont des prédateurs dont la mission est l’extermination des Congolais et la disparition du Congo comme Etat. La nation est en danger. Combien de fois devrait-on le dire?

Lumbamba Kanyiki
www.kasaidirect.net