intervention malekera

Hier, la salle de l’église la grâce de Dieu, située dans l’immeuble abritant les bureaux de l’AGK à Cologne-Ehrenfeld était pleine à craquer. Des Congolaises et Congolais venus de Suisse, de Belgique, de France et d’Autriche s’y étaient rassemblés dans un colloque organisé par la Convention  des Congolais de l’ Etranger en partenariat avec l’AGK (Afrikanische Gemeinde Köln). Il y avait aussi plusieurs prêtres et pasteurs venus de plusieurs villes d’Allemagne étant donné que les thèmes chosis tournaient autour du rôle des hommes de l’église dans la diaspora congolaise tant pour son intégration dans ses pays d’accueil que pour la reconstruction de la RDC.

Il y a eu plusieurs interventions parmi lesquelles nous retiendrons celles de monsieur Malekera et du pasteur Simon-Pierre Tshitungu. Monsieur Malekera, parlant du rôle des prêtres et pasteurs dans les défis d’intégration des Congolais de la diaspora, s’est basé essentiellement sur la mission de Moise dans sa double dimension d’homme spirituel et politique. Moise était homme de Dieu qui entretenait des bonnes relations personnelles avec Dieu, mais en homme politique, il s’était engagé corps et âme dans la libération du peuple israelien. Selon Malekera, « on ne peut pas se limiter au spirituel. Le spirituel, le social, le politique et l’économique vont ensemble dans le processus de libération ». Les prêtres et pasteurs d’origine congolaise devraient avoir la même attitude que Moise.

Le pasteur Simon-Pierre Tshitungu,  Pasteur, juriste de formation et ancien professeur, a tout simplement galvanisé son auditoire à travers son intervention magistrale en rapport avec le rôle des prêtres et pasteurs dans les défis de la reconstruction du pays. Usant son talent d’orateur et de pédagogue, le pasteur Simon-Pierre a démontré à l’assistance l’importance de la responsabilité de la diaspora dans le travail de reconstruction de la RDC. Car, ceux qui sont sortis du pays sont mieux placés, au vu des expériences récoltées à l’extérieur, pour aider ceux qui sont au pays à ouvrir les yeux et à porter un autre regard sur les problèmes qui se posent dans le pays. En cela, les hommes de Dieu, comme tous les autres Congolais, ont un grand rôle à jouer. Il a stigmatisé les prophètes de palais qui ont toujours caressé le gouvernants dans le sens des poils et a démontré que « l’Eglise de Jésus-Christ n’est pas au milieu du village et n’a jamais été au milieu du village ». Toujours selon le pasteur Tshitungu, « si c’était cela, on n’aurait pas coupé la tête de Jean-Baptiste. On a coupé sa tête parce qu’il voulait moraliser un roi ». D’après le pasteur Simon-Pierre, les serviteurs de Dieu congolais devaient se former et comprendre à travers « la critique tridimensionnelle de la théologie politique » (critique de la théologie, critique de l’Eglise et critique de la société en vue de sa transformation). L’étude de la théologie politique nous fait comprendre que le serviteur de Dieu doit être aussi politique. La vie de Jésus était un traité de théologie polititque: Il était toujours du côté des faibles et des défavorisés et pour la justice sociale. 

Le thème de l’intégration de la diaspora dans ses pays d’accueil a suscité beaucoup d’intérêts au sein de la même diaspora. En effet, si la diaspora congolaise arrive à trouver sa place au sein de ces pays, elle pourra constituer une force vitale et financière dont les retombées seront positives pour la RDC, á l’instar des autres diasporas déjà installées en Europe comme la diaspora juive.

Le colloque d’hier à Cologne est le quatrième à être organisé par la Convention des Congolais de l’Extérieur sous la direction de madame Séverine Tshiminyi Mbuyi, après celui de Fribourg, du Luxembourg et de Bruxelles. Les résolutions de ce colloque seront communiquées ultérieurement.

Colloque de la CCE en images:

assistance1intervention malekerabeckyabbé panumoment de partageentrée tonton bozé

Lumbamba Kanyiki