28 octobre 2015

HEUREUX QUI, COMME ULYSSE, A FAIT UN BON VOYAGE

Balos Jeef et Caro

« Heureux qui, comme Ulysse, a fait un bon voyage » ( Du Ballay )

« Heureux, les pieds qui annoncent la bonne nouvelle », disent les chrétiens. Et nos ancêtres d’ajouter: « Nzolu wendenda, ngudya-dya muswaswa ». Mais nous dirons, quant à nous, qu ‘heureux sont les pieds qui rendent visite et qui consolent.

Comme nkwadi mupuila bipongo, Bululu Badibanga a traversé les océans et les mers pour revoir ceux qu’il avait laissés depuis des années. Il ne nous a pas oubliés puisqu’il était chez nous aussi ce lundi dernier, accompagné de Francois Balumuene Dijiba.  Des retrouvailles après 28 ans de séparation.

Tête ravagée par une calvitie qui brille comme un miroir, Bululu garde le même sourire, le même humour et  la même verve oratoire. A trois, nous nous sommes plongés dans un long voyage dans les profondeurs oubliées de notre enfance. Nous avons parlé des faits saillants qui nous sont venus à l’esprit mais aussi de nos amis communs.  L’album des anciens du petit séminaire dont la quasi totalité des photos viennent de lui, nous a, par moment, servi de repère. Chaque visage nous rappelait une anecdote. Malheureusement beaucoup nous ont laissés comme Gustave kamishele qui s’en est allé chez le Très-Haut la semaine dernière.

Comme un somnambule, ma main m’apporte nonchalamment ma guitare. Je gratte  » Kamana-kamana, meme nyaya ku Kananga ». Mon compagnon de toujours, spontanément saute sur l’occasion et m’accompagne du mieux qu’il peut. C’est sûr que nous n’égalerons jamais dans nos prestations Tshala Muana ou Kadiyoyo wa ku Demba. Mais nos coeurs chantent Kananga qui nous a vus naître. Alors, on s’enfout si les notes sont vraies ou fausses. « Kananga, malandji wa nshinga; kwetu kwa ba muana! ». Et moi de lui dire: « Tu sais, lorsque nous étions à Kananga, nous parlions Mike Brant, Frédéric Francois, Claude-Francois, Johnny Haliday, James Brown, Barry White, etc. Et on en était fiers; mais aujourd’hui, ma fierté, c’est ça, les mélodies de chez moi, les mélodies qui chantent ma terre, ma culture, mon moi ».

Avant de nous dire « au revoir et à la fois prochaine », Bululu me montre une vidéo prise sur son portable,  montrant sa mère, baba Kanku, marchant avec sa canne dans une avenue sablonneuse et chaude de Kinshasa. Je découvre Tshikunda’a Bwanga, mukaj’a Ntala, ma mère courbée par le poids de l’âge, s’en allant titubante, mais toujours digne. Je cherche le regard de Jeef; il me tourne le dos. Alors,  Nous en restons là, son coeur comme le mien, saignants.

Je réitère mes remerciements à Balos pour son esprit d’unification et d’entente qu’il ne cesse de cultiver entre nous. Car, sans lui, ces retrouvailles n’auraient pas eu lieu.

Voici quelques images de la visite de Jeef Bululu Badibanga:

Bululu BadibangaBalos et Jeef chez CaroJeef et Caro

Lumbamba Kanyiki

Posté par lumbamba à 17:17 - Commentaires [2] - Permalien [#]


21 octobre 2015

BELGIQUE: LA LITTÉRATURE AFRICAINE POUR UN ÉVEIL DES CONSCIENCES

racines

Le décollage de l’Afrique passera par la revalorisation de nos cultures et de nos langues. Lors du salon littéraire du 16 au 17 de ce mois tenue au Brussels African Market,nous avons eu à échanger avec monsieur Bienvenu Sene Mangabo, l’un des organisateurs de cet évènement. Assis  à son stand, plusieurs livres, oeuvres de sa production étaient, pêle-mêle, exposés sur un large étalage. Les titres en lingala rivalisaient avec les titres en francais. Il y avait un peu de tout: manuels des cours, romans, essais, etc. Mais ce qui a attiré notre attention, c’était des livres sur l’étude du lingala: 100 mots pour parler lingala, 100 verbes pour apprendre le lingala. Il y avait même un livre de chimie expliqué en lingala!

A la question de savoir pourquoi il avait écrit ces livres sur le lingala, monsieur Sene Mangabo nous a éxpliqué comment les Colons nous avaient formatés et détournés de nos propres langues, de nos propres cultures, de nos propres religions au profit des leurs. « Quel message transmet-on à un enfant lorsque, à l’école, on le punit pour avoir parlé  dans sa langue maternelle? », me demande-t-elle.  Le message transmis signifiait que nos langues ne valaient pas la peine. Aujourd’hui, l’heure est venue de nous réapproprier notre culture. L’Afrique a besoin de ses génies créateurs. En effet, l’arbre ne peut pousser si ses racines ne pénètrent les profondeurs de la terre.

A côté du stand de Bienvenu, un jeune congolais, toque de léopard couvrant sa tête comme le feu Mobutu Sese seko, exposait sa production des bandes dessinées et quelques livres illustrés. Comme chez Bienvenu, certains titres en lingala et d’autres en francais.  Un peu plus loin au fond de la salle, monsieur Serge Diantantu, bédéiste, n’était jamais seul, toujours entouré de ses clients et admirateurs qui venaient soit pour acheter ses bandes dessinées soit pour les admirer tout simplement.

Après avoir parcouru tous les stands du salon littéraire, nous pouvons dire sans nous tromper que la littérature africaine et le génie créateur de la diaspora Africaine d’Europe sont porteurs d’espoir pour la communauté africaine de la diaspora. Avec elle, ils auront l’occasion de venir en aide à la jeunesse africaine vivant en Europe et en quête de leur identité. Cette littérature pourra, par ailleurs, apporter sa quote-part à l’émergence et au développement de l’Afrique.

Lumbamba Kanyiki

 

Posté par lumbamba à 13:07 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

19 octobre 2015

NÉCROLOGIE – PROGRAMME DE FUNÉRAILLES DE L’ABBÉ GUSTAVE KAMISHELE MULOWAYI

nécrologie

BY 

PROGRAMME DES OBSEQUES

Lundi 19 octobre 2015
14h00 : Lever du corps de la Morgue de Tshikaji
16h00 : Exposition du Corps à Saint Martin Katoka 3 jusqu’à 19h30.
19h30 : Exposition du corps à Notre Dame
21h00 : Messe de la veillée

Mardi 20 octobre 2015
09h30 : Messe d’enterrement à Notre Dame

Vendredi 23 octobre 2015
15h30 : Messe du lever de deuil à Saint Martin

N.B. De mardi à vendredi, toutes les messes et dans toutes les paroisses seront dites à l’intention du repos de l’âme de l’Abbé
Gustave KAMISHELE

Fait à Kananga, le 17 octobre 2015

Monseigneur LUFUTA MUJANGI
Pro-Vicaire Général

Posté par lumbamba à 23:09 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

18 octobre 2015

Alleon présente sa nouvelle collection à Bruxelles

alleon nouvelle collection

Alleon était présente ce week-end à la 16 ème edition de Brussels African Market afin de présenter sa nouvelle collection. Sans commentaire, place à la vidéo!

Alleon nouvelle collection

Lumbamba Kanyiki

Posté par lumbamba à 22:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 octobre 2015

« LE POSTE DE PRÉSIDENT DE LA CENI N’EST NI UNE PROPRIÉTÉ ENCORE MOINS UNE CHASSE GARDÉE DES ÉGLISES

CLAUDEL ANDRÉ LUBAYA: « LE POSTE DE PRÉSIDENT DE LA CENI N’EST NI UNE PROPRIÉTÉ ENCORE MOINS UNE CHASSE GARDÉE DES ÉGLISES

Le présent texte a été lu pour vous sur le compte facebook  du Député Claudel André Lubaya.

Bonne lecture!

SUCCESSION DE L’ABBÉ MALUMALU

Le poste de PRÉSIDENT n’est ni une propriété ni exclusivité encore moins une chasse gardée des églises

Depuis lundi, les tractations sont en cours au sein de la société civile pour désigner le successeur de l’abbé président démissionnaire, à qui je renouvelle mes vœux fraternels de prompt rétablissement. Plutôt que de se concentrer sur les principes tout en tirant les leçons de l’expérience récente (triste, à déconseiller), certains activistes prétendument de la société civile, instrumentalisés à souhait, avancent un argumentaire décousu, tendant à faire croire à l’opinion que le poste de président serait l’apanage de la seule composante «confessions religieuses». Les mêmes personnages n’hésitent pas à avancer quelques noms des personnes que je respecte naturellement et sur lesquelles je laisse à chacun, la latitude de donner sa propre appréciation.

Il s’agit notamment de :
1.Mgr MARINI BODHO, Président de l’Eglise du Christ au Congo
2.Rd A. NGALASI, Représentant légal de l’Eglise La Louange
3.Et bien d’autres «révérend», «éminence», «excellence», «homme de Dieu», «oint de l’Eternel», etc.

A l’appui de leurs dires, les défenseurs de la thèse «église à la tête de la CENI» prétendent que les leaders des confessions religieuses, dont nul n’ignore les frasques et les égarements de certains d’entre eux auraient l’avantage d’être «neutres», «incorruptibles» et non «influençables» et que depuis 2006, ce poste serait réservé à la composante «église».

Je m’inscris en faux face à cette thèse qui énerve la loi en même temps qu’elle heurte le bon sens le plus élémentaire. En parcourant la Loi organique N° 13/012 du 19 avril 2013 modifiant et complétant la Loi N° 10/013 du 28 juillet 2010 portant organisation et fonctionnement de la CENI, particulièrement son article 24 bis, il est écrit : «le Bureau est composé de six membres dont au moins deux femmes, l’une issue de la majorité et l’autre de l’opposition politique. Il comprend : 1. Le Président, issu de la société civile …». Nulle part, dans ce texte qui est toujours en vigueur, il n’est fait mention de l’exclusivité du poste de président en faveur de la composante «confessions religieuses». Ce serait une escroquerie que de tenter de faire avaler cette pilule si amère aux Congolais dont les souvenirs sont encore frais et les plaies encore béantes depuis les élections chaotiques du 28 novembre 2011 dont le principal organisateur était un éminent prince d’église.

Le bon sens recommande qu’après l’expérience de 2006 et celle de 2011 et tout récemment encore, les confessions religieuses se tiennent à l’écart et laissent la chance aux laïcs, païens et athées de prendre les commandes de la CENI pour prouver, à leur tour, de quoi ils sont capables. Être prince d’église ne dédouane personne de sa nature humaine (perfectible, pécheur) pour justifier une ambition dont le résultat n’a servi ni l’église ni la nation. Les faits ont prouvé que l’église n’a pas et ne peut pas prétendre avoir le monopole du bien faire ni du bon sens. La Bible ne dit-elle pas que « tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu »?

Il appartient donc à la société civile, toutes composantes confondues, de bien lire et bien appliquer la Loi avant de se réunir pour se choisir librement son délégué au bureau de la CENI tout en écartant de la course tout prince d’église, en vertu du principe de rotation. En tout état de cause, l’idéal, c’est la démission pure et simple de l’actuel bureau dont le déficit d’intégrité, de bon sens et de compétence n’est plus à démontrer.

Lubaya Claudel Andrés Foto.

Posté par lumbamba à 16:24 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


RDC: L’OPPOSITION PORTE PLAINTE POUR AGRESSION LORS DE SON MEETING DE N’DJILI

Radio Okapi

meeting opposition

 
Des membres des partis politiques réunis à la place Sainte Thérèse à Ndjili pour assister au meeting de l’opposition à Kinshasa. Radio Okapi/Ph. John Bompengo

La Dynamique de l’opposition politique a déposé mercredi 14 octobre une plainte contre inconnu au Parquet général de la République pour agression de ses membres lors de son dernier meeting à la place sainte Thérèse de N’djili à Kinshasa. Plusieurs de ses partisans avaient été grièvement blessés par des personnes «instrumentalisées pour troubler l’ordre public», selon le modérateur de cette plate-forme, Jean-Bertrand Ewanga, secrétaire général de l’Union pour la Nation congolaise (UNC). Il demande au Parquet d’enquêter sur ces exactions.

Sans les citer, Jean-Bertrand Ewanga accuse certaines autorités de Kinshasa d’avoir téléguidé l’agression des partisans de l’opposition :

«La Dynamique de l’opposition avait organisé un meeting le 15 septembre à la Place Sainte Thérèse de N’djili. Ce meeting a été perturbé par des jeunes apparemment drogués et manipulés. Et d’après les informations faites avec recoupement, il semble que certaines autorités de la ville ont eu à manipuler ces jeunes gens pour venir agresser [les participants] à notre meeting.»

Selon Jean-Bertrand Ewanga, l’opposition a enregistré «une centaine de blessés», dont certains grièvement, qui se trouvent dans les hôpitaux.

L’opposition se tourne vers la justice pour  faire la lumière sur les exactions qui auraient été commisses en marge de ce rassemblement populaire.

«C’est pourquoi nous nous sommes dits que nous sommes dans un Etat de droit et qu’il fallait venir saisir l’autorité attitrée au sommet de la justice de notre pays, qui est au niveau du Procureur général de la République, pour que la justice soit faite», a expliqué le modérateur de cette plate-forme politique.

Dans son rapport publié mardi 6 octobre, Human Right Watch (HRW) indique que certains responsables avaient mobilisé des membres de la Ligue des jeunes du Parti présidentiel pour la reconstruction et la démocratique (PPRD), le parti présidentiel, et des supporters de Vita club de Kinshasa pour perturber ce meeting.

«Nous avons documenté comment les hauts responsables des forces de sécurité, y compris le commandant de la police pour la ville de Kinshasa, le général Célestin Kanyama, ainsi que des autorités du PPRD, ont recruté des jeunes pour aller attaquer la manifestation de l’opposition le 15 septembre…», a déclaré Ida Sawyer, chercheuse de cette ONG américaine de défense des droits de l’homme.

Posté par lumbamba à 14:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

LUBUMBASHI : L’UNADEF DÉNONCE LE LICENCIEMENT ABUSIF DES MEMBRES DU G7 DE L’ADMINISTRATION PUBLIQUE

Radio Okapi

Katanga ASS pro

L’Union nationale des démocrates fédéralistes (Unadef) dénonce le licenciement abusif des membres de son parti et ceux du Palais de justice à Lubumbashi (Katanga). Il a notamment déploré le licenciement de Mme Kafwena, responsable du marché à qui les responsables de service de sécurité locaux ont demandé de quitter son poste.

Mardi dernier, les vendeurs du marché Mzée Kabila de Lubumbashi ont exigé la réhabilitation de leur représentant, Stori Mwamba, destitué par les autorités locales. Les forces de sécurité ont scellé son bureau, alors qu’il travaillait et l’ont escorté de force vers un poste de commissariat.

Les vendeurs de ce marché ont estimé que Stori Mwamba est démis de ses fonctions parce qu’il serait membre de l’Union nationale des Fédéralistes du Congo (Unafec), un parti politique membre de G7.

«Nous assistons aujourd’hui aux licenciements y compris des gens qui sont au marché parce que les services de sécurité se sont mués en services intimidateurs pour les membres des partis politiques qui sont membres du G7», a affirmé Christian Mwando.

Selon lui même si le G7 a quitté la MP, cela n’est pas une occasion pour renvoyer ses membres de l’administration publique.

«Nous sommes des adversaires politiques, nous ne sommes pas d’ennemis. La République, nous l’aimons tous. Chacun ayant ses idées nous ne sommes pas ici pour nous entretuer, ou pour nous bagarrer. Mais chacun selon ce qu’il pense nous essayons chacun à sa manière de voir comment nous pouvons aider notre République», a ajouté Christian Mwando.

Posté par lumbamba à 13:56 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

13 octobre 2015

SCHÉMA DU GLISSEMENT- MATATA ASPHYXIE LA CENI

matata

Officiellement, Malu-Malu, l’ancien président de la CENI aurait démissionné pour raison de maladie. Mais en réalité, le bateau prenant l’eau de partout, le fameux prêtre a fait une fuite en avant, avant qu’il ne soit trop tard. Il a ainsi évité de porter la responsabilité de n’avoir pas organisé les élections dans les délais constitutionnels.

En effet, Matata, le premier-ministre qui est dans la logique du glissement, ne décaisse pas depuis 2013 les fonds nécessaires à la préparation des élections. La CENI à qui le gouvernement voulait faire porter la responsabilité de la non tenue des élections, s’est expliquée, chiffres à l’appui, par la bouche de son rapporteur Kalamba Mulumba N’galula. Suite sur www.kasaidirect.net

Kasai Direct

Posté par lumbamba à 16:09 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

12 octobre 2015

UDPS: JACQUEMAIN SHABANI CONTRE LE DIALOGUE

jacquemain shabani

Dans son interview accordée à C-News la semaine passée, l’ex-secrétaire général Jacquemain Shabani, qui ne garde jamais sa langue dans sa poche, est revenu sur plusieurs points chauds qui dominent l’actualité de la RDC. Toujours égal à lui-même, il s’est exprimé sur le divorce du G7 d’avec la majorité présidentielle, sur la débandade au sein de la Kabilie et même sur l’éventuel dialogue de son parti avec la majorité présidentielle.

En ce qui concerne le point relatif au dialogue éventuel avec Kabila, Shabani est en désaccord total avec la direction de son parti. D’après lui, le dialogue tel que proposé dans les accords d’Addis-Abeba et par les résolutions 2098 du conseil de Sécurité n’est pas nécessaire parce que Kabila n’a pas la volonté de dialoguer pour l’intérêt national. A 12 mois de la fin de son mandat,  autant le laisser terminer son mandat et s’en aller.

Revenant sur la crise au sein de son parti, Shabani reconnaît un déficit de démocratie à l’interne. Selon lui, les erreurs sont partagées entre les deux camps, les dirigeants du parti et les frondeurs. Il faudrait que les linges sales se lavent en famille. D’où son souhait de voir les instances dirigeantes du parti convoquer un congrès inclusif qui réunirait toutes les tendances et où tous les thèmes seraient abordés sans tabou.

L’opinion se souviendra des frondeurs au sein de l’UDPS qui ont poussé leur aventure plus loin, allant jusqu’à faire ce qu’ils ont appelé la destitution du président national Etienne Tshisekedi de ses fonctions et son remplacement par un certain Kalonzo.

L’ex-secrétaire général de l’UDPS réapparaît après un long silence. Il avait été démis de ses fonctions et traduit en justice pour détournement des fonds (300.000$) destinés à l’impression des cartes des membres. Mais la justice l’avait blanchi le 6 octobre 2012 des charges portées contre lui. Certains avaient crié aux coups bas contre un concurrent politique. La réapparition de Shabani peut être vue comme positive par les membres  pour redynamiser les activités de son parti en crise depuis 2013.

Lumbamba Kanyiki

Posté par lumbamba à 10:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

APÔTRE DANYO ILUNGA DEVIENT THÉOLOGIEN

Apôtre Danyo

Dans son amour pour notre Seigneur Jésus-Christ et dans le souci de mieux le connaître pour pouvoir l’annoncer dans son ministère, notre compatriote, Apôtre Danyo Ilunga a suivi des études de théologie  qu’il vient de terminer à l’Institut biblique et théologique de Bochum (IBTB).

Il vous invite vous,  ses frères et sœurs en Christ ainsi que vous, ses amis et connaissances à la cérémonie de remise des diplômes qui aura lieu le samedi, 31 octobre 2015 de 15 heures à 18 heures dans la salle IBZ de l’université de Dortmund située sur Emil-Figge Str. 61, 44227 Dortmund, Allemagne. Le dimanche, 01 novembre, il vous convie au culte d’action de grâce qui sera suivi d’un dîner de réjouissance dans la salle de prière sise Aggerhalle 13b, 51645 Dieringhausen-Gummersbach, Allemagne.

Nous aimerions vous voir nombreux pour congratuler et soutenir l’Apôtre Danyo.

Lumbamba Kanyiki

Posté par lumbamba à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]