udps logo

drapeau udpsExclusion des membres du G7  de la majorité présidentielle suivie des démissions en cascade du gouvernement , de l’Assemblée Nationale et du Sénat, démission de Moise Katumbi de son poste de gouverneur et de la majorité présidentielle, annonce du projet de loi sur le référendum sont des sujets d’actualité qui font couler beaucoup d’encre et de salive dans la classe politique congolaise. Les ténors de l’opposition sont montés au créneau pour exprimer, chacun,  leurs points de vue. Mais curieusement, de l’UDPS, on observe un silence-radio. Doit-on déduire qu’à l’UDPS, les dirigeants de ce parti considèrent comme Lambert Mende, toutes les démissions et la débandade à la majorité présidentielle comme un non-évènement?

Il est vrai que le Président Tshisekedi en convalescence ne puisse pas s’exprimer à partir de la Belgique sur la situation actuelle du pays, mais que fait le Secrétaire Général Mavungu? Du temps de Jacquemin Shabani, l’UDPS était dynamique et faisait entendre sa voix à chaque fois que la situation l’exigeait. Nous n’avons cessé de dénoncer l’incompétence de Mavungu qui fait, à chaque fois, une très mauvaise lecture de la politique du pays. Lorsqu’au mois de janvier, tous les autres amis de l’opposition s’organisaient pour manifester contre le projet de loi électorale qui conditionnait les élections au recensement de la population, l’UDPS ne se sentait pas concernée. Toute fois, la dite manifestation fut un succès, même sans sa participation. Et lorsque plus tard, Mavungu appela le peuple dans la rue, il essuya un échec cuisant. Car, personne ne le suivit.

Dernièrement, presque toute l’opposition s’oppose au dialogue avec Kabila dont le mandat arrive à la fin en novembre 2016. D’après elle, le dialogue présentait le risque de déboucher sur le gouvernement de transition et faciliter le glissement de Kabila au-delà de son mandat. L’UDPS, qui voulait à tout prix, le dialogue pour réclamer son impérium, s’est entêtée pour finir par se retirer des dégociations, suite à la proposition de participation au gouvernement d’union nationale faite par la majorité présidentielle. Encore une mauvaise lecture.

Il est grand temps que l’UDPS se réorganise si elle veut rester le premier grand parti politique de la RDC et le fer de lance de la lutte pour la démocratie en République Démocratique du Congo.

Lumbamba Kanyiki