29 août 2015

Le diable et le chevreau

Il y a beaucoup de milliers d’années que les hommes se racontent toujours ce conte écrit en latin. Nous l’avons traduit pour vous.

Autre fois, la chèvre vivait avec son chevreau en forêt. Un jour, la chèvre, qui voulait sortir pour chercher de la nourriture, dit au chevreau:

-  Reste dans la case et garde bien la porte fermée. Il est très dangereux de circuler dans la forêt. En effet, le diable, notre pire ennemi, y habite et            souvent, il se transforme en loup. Attends-moi ici ! Je dois aller chercher de quoi manger. Tu ne sortiras à aucun moment de la case de peur que le diable ne t’attrape. Alors, la chèvre s’en alla.

Le chevreau gardait toujours dans sa tête les paroles de la chèvre. Il l’attendait depuis plusieurs heures et la peur le gagnait petit à petit. Soudain, le loup s’approcha de la case et frappa à la porte. « C’est moi, ouvre la porte », dit-il au chevreau en imitant la voix de sa mère.

Mais le chevreau était malin. Il jeta secrètement un coup d’œil par la fenêtre et vit le loup. Alors, il lui répondit : « Va-t-en ! Tu n’es pas la chèvre, car je vois le loup ! Je suis sûr que tu es le loup qui es là, débout devant notre case ! »

Ainsi, le chevreau put se protéger contre tous les dangers que représentait le loup. Par contre, ce dernier, très en colère, se retira dans la forêt.

Moralité : Les enfants qui obéissent aux parents vivent longtemps.

Traduit du latin par L. Kanyiki

Posté par lumbamba à 01:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


26 août 2015

LES CHEFS DES GROUPEMENTS BAKWA TSHIKONGA ET BAKWA KALUME FUMENT LE CALUMET DE LA PAIX

alex kande (3)

Les chefs des groupements Bakwa Tshikonga et Bakwa Kalume, dans le territoire de Dibaya, fument le calumet de la paix après un conflit qui a fait deux morts, plusieurs blessés et des dégâts matériels importants le 10 juillet dernier.

Sous les efforts du gouvernement provincial, les deux chefs des groupements ci-haut cités se sont réconciliés et ont enterré la hache de guerre. Pour couronner cette réconciliation, ils ont été invités à une rencontre avec le gouverneur Alex Kande Mupompa au gouvernorat du Kasai Occidental. Le député national Clément Kanku a aussi pris part à cette séance de travail .

Prenant la parole devant la presse, le député national Clément Kanku, élu de Dibaya, a salué les efforts du gouvernement provincial pour amener la paix dans cette partie de la province et a souhaité une paix durable entre les deux peuples. Article à lire dans son intégralité sur www.kasaidirect.net

Kasai Direct

Posté par lumbamba à 23:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

COMMUNIQUÉ NÉCROLOGIQUE: MAMU TSHIBOLA, LA MÈRE DE KLARI KABASELE LUAMBILA N’EST PLUS

nécrologie

Il a plu au Seigneur de rappeler auprès de lui sa servante, Godelive Tshibola, la mère de notre frère Klari kabasele Luambila. Elle nous a quittés hier mardi, le 25 août 2015 dans l’après-midi à Kinshasa après une longue maladie.

Mamu Tshibola laisse derrière elle plusieurs enfants et petits-enfants. Le deuil se tient chez Klari en Belgique. Nous vous apporterons d’autres informations concernant le lieu du deuil  dès que nous les aurons recues. Toute fois, Klari est joignable sur 0032-87490086 pour vos messages des condoléances.

Kasai Direct présente ses condoléances les plus attristées à Klari et à toute sa famille.

Lumbamba Kanyiki

Posté par lumbamba à 21:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 août 2015

LA DC LANCE LA CAMPAGNE » CONGO DÉSIR «

 

Diomi Ndongala 1

Le secrétaire général de la Démocratie chrétienne (DC), Freddy Kita, a procédé, le lundi 18 août dernier à Paris, au lancement de la campagne » Congo Désir « . 

Freddy Kita explique que le bien-fondé de cette campagne est d’endiguer la crise politique, sécuritaire, économique et sociale en République Démocratique du Congo qui ne fait que s’aggraver. Pour la DC, cela constitue une menace aussi bien pour la population congolaise que pour les autres peuples d’Afrique.

La formation politique chère à Eugène Diomi Ndongala craint que la Majorité présidentielle multiplie des stratégies du chaos afin de se maintenir au pouvoir au delà de son deuxième mandat, alors qu’il s’était déjà prévalu d’un mandat » de fait « , de 2001 à 2006 et de deux » mandats électifs contestés « . «

Les stratégies ourdies par ses laboratoires diaboliques visent ce qu’on appelle à Kinshasa le »glissement » qui en réalité devrait être défini, plus correctement, comme la tentative d’un coup d’état permanent visant à se pérenniser à la tête de l’état congolais, confisquant le pouvoir qui appartient au peuple souverain « , dénonce ce parti de l’Opposition.

Le SG Freddy Kita estime que l’impasse politique actuelle est caractérisée par l’absence d’un véritable processus électoral, l’absence de dialogue politique ainsi que la répression politique dont la manifestation la plus évidente est la présence de nombreux prisonniers politiques et d’opinion dont la faute consiste à réclamer plus de liberté, plus de démocratie et le respect de la Constitution en vigueur.

En ce moment, en RDC, poursuit-il, une politique-spectacle est mise en place pour essayer de convaincre surtout la communauté internationale que la RDC est en train d’organiser des élections, alors qu’un véritable et cohérent processus électoral est complètement absent, le calendrier électoral élaboré par l’actuelle Commission électorale nationale indépendante est déjà caduc, dépassé et atomisé alors que les ressources financières budgétisées depuis 2012 pour les élections (plus de 700 millions de dollars) ont été détournés.

D’ailleurs, rappelle-t-il, certaines voix se sont levées pour qu’un dialogue politique se tienne afin qu’on puisse organiser les élections les plus importantes dans le respect du délai constitutionnel.

Mais après avoir compris que la majorité de l’opposition et des forces vives de la nation s’opposent à toute idée de prolongation du mandat au-delà de 2016, le pouvoir en place hésite et plonge le pays dans une impasse politique caractérisée par l’absence aussi bien de dialogue politique que d’élections.

Pour la DC, le peuple congolais ne pourra accepter plus longtemps cette situation de tentative de coup d’Etat permanent qui passe, entre autre, par le démembrement de certaines provinces, sans préparation financière ni logistique, qui risque de constituer un obstacle insurmontable pour la tenue des élections provinciales et locales, libérant des forces centrifuges qui pourraient provoquer la balkanisation de la RDC ; le détournement des fonds pour les élections, alors que la communauté internationale n’est pas disposée à financer des élections dont le calendrier est irréaliste et contraire aux priorités du pays, comme la subordination de l’élection présidentielle à des élections locales, jamais tenue en RDC; l’exclusion de millions d’électeurs en droit de vote et majeurs d’âges mais qui n’auront pas le droit de voter en violation de l’art.

5 de la Constitution; le manque de transparence et l’inclusivité du fichier électoral, le seul au monde dont le nombre d’électeurs diminue en 5 ans, plutôt que d’augmenter, dans un pays comme le Congo-Kinshasa avec une démographie galopante ; les entraves à la fiabilisation du fichier électoral. Voilà pourquoi la Démocratie Chrétienne (DC) soutient l’alternance politique en RDC.

» Un nouveau cycle politique en RDC et en Afrique requiert le respect de limite de mandat constitutionnel et l’arrêt des stratégies de coup d’état permanent visant à instaurer le chaos par le blocage du processus électoral ainsi que le maintien au pouvoir des actuels présidents « , peut-on lire dans cette déclaration politique de la DC.

Craignant la capacité de mobilisation de l’opposition progressiste, note la DC, le pouvoir maintient en prison des leaders politiques de calibre dont l’opposant Eugène Diomi Ndongala, président de la Démocratie Chrétienne, initiateur et porte-parole de la Majorité Présidentielle Populaire, les défenseurs des droits de l’homme comme Christopher Ngoy et tant d’autres.

La Démocratie Chrétienne appelle la communauté nationale et internationale, à se saisir de cette situation explosive, sanctionnant ceux qui s’opposent à l’alternance politique à la tête des pays africains, car les présidences à vie ne sont rien de moins que des dictatures caractérisées par la gabegie financière, la corruption, la violation aussi bien des droits de l’homme que des droits civils et politiques des citoyens africains.

Cette formation politique de l’Opposition rappelle qu’en RDC, le peuple congolais est déjà descendu dans la rue et a dû affronter, les mains nues, les chars de combat et les kalachnikovs des forces armées congolaises.

La particularité de la situation en RDC est caractérisée par le constat que les stratégies de » glissement » inconstitutionnel du mandat présidentiel se multiplient et se combinent, au risque d’embraser le pays avec effets dévastateurs pour son unité et sa cohésion nationale qui est déjà très fragile.

La Démocratie Chrétienne demande au peuple congolais de défendre son droit à un futur meilleur conformément à l’hymne national » Débout Congolais » et à l’art. 64 de la Constitution, qui l’autorise à s’opposer à quiconque complote pour conserver le pouvoir par la force, et aux autres peuples d’Afrique de s’approprier de leurs droits civils et politiques.

Raison pour laquelle Démocratie Chrétienne lance officiellement la campagne » Congo Désir » sur toute l’étendue du territoire de la RDC, au sein de sa diaspora très engagée, auprès des amis du Congo et sans oublier ceux là qui ont choisi la RDC comme leur deuxième patrie.

Congo Désir n’est pas un nouveau parti politique mais plutôt une campagne politique qui vise à promouvoir un mouvement citoyen, populaire, dont l’objectif principal est celui de fédérer toutes les sensibilités politiques pour barrer la route aux promoteurs des valeurs anticonstitutionnelles qui veulent continuer à gouverner par défi, en violant impunément la Constitution.

Avec ses 450 tribus, la RDC appartient à tous les Congolais ; enfants, jeunes et personnes âgées. La RDC va très mal. Les Congolais doivent se prendre en charge. Le sursaut face aux soubresauts, » c’est notre Congo Désir « .

La Démocratie Chrétienne veut aussi attirer l’attention de l’opinion nationale et internationale sur le fait que l’Afrique Centrale est en train d’accroitre ses dépenses militaires et la menace de nouveaux conflits pèse aussi bien sur les populations civiles que les états qui entourent la RDC, en ce moment si délicat où l’alternance et l’alternative politiques sont combattues par certains dirigeants africains prêts à sacrifier la paix et la stabilité de leurs pays sur l’autel de la confiscation personnelle du pouvoir d’état
Fin de la conversation

Par Lefils Matady

Posté par lumbamba à 00:28 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

MUANDA : LE MEETING DE NE MWANDA NSEMI SE TERMINE DANS LA CONFUSION

 

 

neMuanda

(MUANDA)- Le meeting du député Ne Mwana Nsemi s’est terminé mardi dans la confusion à la cité côtière de Muanda, après que le leader de Congo Pax se soit permis d’annoncer à la population, son idée d’une transition de trois ans. Le chef de Bundu dia Mayala a été vite évacué par la police. Il y a eu des jets de pierre et c’était la confusion 

totale, a indiqué un habitant. Les éléments de la police ont dû intervenir pour disperser la foule en colère. Depuis une semaine, plusieurs leaders de l’opposition radicale s’en prennent à Ne Mwanda Nsemi depuis qu’il défend lors de sa tournée au Kongo Central, sa transition de trois ans. Le député Franck Diongo, président du Mlp a indiqué que l’auteur de cette thèse, travaille pour maintenir le président Kabila au-delà de ses deux mandats constitutionnels. De son coté, l’opposant Martin Fayulu a déploré les dérapages du leader de Congo Pax qu’il qualifie de totale perdition. ‘‘Ce monsieur ne sait ce qu’il dit mais nous insistons que ce qu’il dit, ça n’engage que lui
et Monsieur Kabila’’, a-t-il rappelé. Pour sa part, l’élu de Kasangulu, Jean Claude Vuemba a précisé que la population du Kongo Central ne va pas suivre le schéma du pouvoir que relaie sans conviction Ne Mwanda Nsemi.

Posté par lumbamba à 00:18 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

AUCUNE CANDIDATURE JUSQUE-LÀ POUR LA NOUVELLE PROVINCE DU KASAÏ CENTRAL

 

Gouvernorat du Kasai Occidental

(KINSHASA)- A deux jours de la clôture de l’opération de dépôt des candidatures pour l’élection des gouverneurs et vice-gouverneurs de nouvelles provinces démembrées, seule la Ceni Kasaï central dont le chef-lieu est Kananga, n’a jusque-là enregistré aucune candidature. Il n’y aura pas de nouveau report, a indiqué Jean Pierre Kalamba, le rapporteur de la commission électorale nationale indépendante. D’après les statistiques, 153 formulaires ont été retirés mais seulement 69 dossiers ont été déposés. La Ceni rapporte que 49 partis politiques ont déposé les dossiers contre 35 pour les indépendants. Neuf femmes ont également déposé leurs dossiers au poste de gouverneur et vice-gouverneur, apprend-t-on à la commission électorale nationale indépendante. ‘‘C’est une bonne nouvelle que les femmes se soient présentées à ces scrutins parce que c’était le souhait de la Ceni’’, s’est réjoui Jean Baptiste Itipo, le directeur de la commission de la centrale électorale. 

Posté par lumbamba à 00:12 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

17 août 2015

Il y a toujours un plus fort que soi

L’écureuil descendit du palmier où il mangeait ses noix de palme et se rendit à la rivière pour se désaltérer. C’était par un après-midi nuageux.  Pendant qu’il était penché et buvait de l’eau, il fut dérangé dans sa quiétude par un bruit insolite derrière lui. Le bruit des frottements de feuillage glissant sur un corps qui s’émeut prudemment. Inquiet, il se retourna pour se retrouver en face de deux yeux bruns et féroces qui lançaient des éclairs. L’hyène qui passait par là comme par hasard le regardait d’un air de reproche.

-          Qu’est-ce que tu fais sur mon domaine ?», lui  demanda-t-il.  

-           Je voulais juste étancher ma soif, oncle, lui répondit l’écureuil.

Pendant que les deux discutaient, le boa qui était à un arbre non loin de là observait la situation et pensa à en tirer profit. Il descendit tout doucement et se rapprocha d’eux, sans faire du bruit. Mais ni le boa, ni l’hyène et ni l’écureuil ne remarquèrent le bout de la tête qui flottait sur la rivière et avançait vers le rivage.

-          Tu n’as pas le droit de passer sur mon domaine et surtout pas de boire mon eau !, dit l’hyène à l’écureuil. Avant que ce dernier ait répliqué, Il sauta sur lui et en fit une bouchée.

Après avoir englouti le pauvre écureuil, l’hyène sentit un mouvement bizarre derrière lui. Curieuse, elle se retourna prudemment pour se retrouver en face d’un gros boa qui l’observait.  

-          Qu’est-ce que tu fais sur mon domaine ?, lui demanda le boa, tout furieux.

-          Je voulais juste me désaltérer, oncle, excusez-moi !, lui répondit l’hyène.

-          Tu n’as aucun droit de venir vaquer sur mon domaine. Tu vas payer chèrement, pauvre téméraire !

Mais au moment où le boa allait monter à l’attaque, il vit l'hyène disparaître dans le fond de la rivière. Il fut happé par le crocodile que ni le boa, ni l’hyène n'avaient vu venir. Le boa jura entre les dents. Fâché et déçu, il se retira dans la brousse qui bordait la plage et se cacha. On ne sait jamais ! Tout était de nouveau calme sur le rivage.

Quelques instants plus tard, le soleil apparut dans un ciel bleu, jetant ses rayons doux sur toute la plage. Tout à coup, le crocodile sortit de l’eau et voulut prendre un bain de soleil. Il vint se coucher dans le sable chaud et ferma les yeux. Ce fut une erreur fatale de sa part. Le boa qui n’était pas loin chargea et attaqua le crocodile. Un combat acharné s’engagea entre les deux. Le boa cherchant à s’enrouler autour du crocodile pour l’étouffer et le crocodile mordant le boa et le repoussant de ses pattes pour l’empêcher d’avoir une prise sur lui. Au bout des quelques heures que dura le combat, le boa réussit à prendre le crocodile par la gueule et s’enroula tout autour de lui. La mort du pauvre crocodile n’était désormais qu’une question de temps.

Non loin de là, un chasseur et son fils, ayant parcouru forêts et savanes sans avoir trouvé du gibier, voulurent se rafraîchir à la rivière avant de rentrer à la maison. Lorsqu’ils y arrivèrent, ils furent attirés par les râles du crocodile. Ses narines grandement ouvertes se dilataient désespérément à la recherche de l’air. Mais ni le boa, ni le crocodile ne remarquèrent la présence du chasseur et son fils.

Le jeune homme prit son fusil et voulut tirer sur les deux bêtes. « Arrête, petit inexpérimenté ! », lui souffla son père en le tenant fermement par le bras. « ca ne sert à rien de gaspiller tes balles ». Ils restèrent là, débout, les yeux rivés sur les deux bêtes. Finalement, le crocodile rendit le dernier soupir. Le boa, voyant que le crocodile ne bougeait plus, le lâcha et commença à l’avaler. D’abord la tête passa dans la grande gueule qui se dilatait à un rythme régulier. Puis, vint le tronc qui était plus gros et rond. Il donna beaucoup de difficultés au boa qui ouvrit encore plus grande sa gueule au grand étonnement du chasseur et son fils. Par des petits mouvements réguliers, le corps du crocodile fut attiré dans les entrailles insondables du boa. Finalement, sa queue disparut dans la gueule du boa.   

Epuisé par le combat et par le poids du crocodile désormais dans son ventre, le pauvre boa n’eut pas le temps de savourer sa victoire. Car, le chasseur qui était à l’affût, sortit sa massue et l’abattit à trois reprises sur sa tête. Après l’avoir achevé, il envoya son fils couper un long bâton auquel ils l’attachèrent. Enfin, ils l’emmenèrent triomphalement au village.

Lorsque le chasseur et son fils dépecèrent le boa, ils sortirent le crocodile. A l’intérieur du crocodile, ils trouvèrent l’hyène et dans le ventre de ce dernier se trouvait l’écureuil.  

Moralité : Il se trouve toujours un qui est plus fort que soi

 

Lumbamba Kanyiki

Posté par lumbamba à 20:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]