tuerie à beni

Il y a eu encore des morts des innocents à Beni, dans le Nord-Kivu. La société civile parle de trente-deux morts pendant que le gouvernement minimise en parlant d'une dizaine, selon radio okapi. De nouveau, nous nous attendons à ce que le ministre de l'intérieur passe à la télévision pour manifester sa fausse émotion et promettre de poursuivre les assaillants jusque dans leur moindre retranchement pour que justice soit faite. Mais sur terrain, aucune disposition n'est prise pour protéger les habitants de Beni et leurs biens.

Une situation similaire s'est produite au Kenya au début de ce mois. Les islamistes shebabs ont massacré trente-six travailleurs non musulmans pour n'avoir pas su réciter le coran. La réaction du président ne s'est pas faite attendre. Le ministre de l'intérieur et le chef de la police  ont été immédiatement limogés et des dispositions adéquates prises pour combattre l'ennemi.  Ce qui se passe au Congo de Lumumba est tout simplement inconcevable. Kabila et ses thuriféraires sont complices des massacres récurrents et du chaos au Nord-Kivu, le but poursuivi étant de créer un climat d'insécurité et de psychose au sein de la population pour qu'elle abandonne ce territoire aux assaillants. A voir le modus operandi et le manque de réaction de Kinshasa, nous sommes en train d'assister à un plan savamment préparé qui est dans sa phase de réalisation avec la complicité de Kabila.

Le gouvernement pointe du doigt les Adf, rebelles ougandais comme responsables de ces massacres, selon sa version officielle. Mais tout laisse croire qu'il s'agit d'une nouvelle tactique des mêmes commanditaires des guerres, ceux-là qui avaient créé les AFDL, RCD, CNDP et M23. Ils cherchent, par tous les moyens, à obtenir ce qu'ils n'ont pas pu avoir par voie de guerres ouvertes: la balkanisation de la RDC.

La paix à l'Est de la RDC passe absolument par le départ de Kabila.

Lumbamba Kanyiki