19 juin 2014

Coupe du monde: Les lions indomptables décoivent l'Afrique

Le coup de coude de Song

Après l'Afrique des dictatures, l'Afrique des tricheurs des élections, l'Afrique des guerres et des rébellions, voici maintenant l'Afrique des athlètes voyous qui n'ont aucune honte à étaler leur bassesse et mauvaise éducation à la face du monde. Les lions indomptables du Cameroun déçoivent l'Afrique à la coupe du monde au Brésil.

Hier, lors de la deuxième rencontre qui opposait son équipe, les lions indomptables à la Croatie, Alexandre Song assène un coup de coude sauvage dans le dos de Mandzukic  dans une contre-attaque et reçoit logiquement un carton rouge, réduisant à néant tous les espoirs des supporters du Cameroun à travers le monde. Vers la fin du match, une dispute se déclenche entre deux coéquipiers camerounais Assou Ekotu et Moukandjo. Sans retenue, Assou donne un coup de tête à Mounkandjo. Les deux sont séparés par Webo. Heureusement, l'arbitre n'a pas suivi cette courte bagarre.

Les images ont été suivies dans le monde entier. Les images d'une équipe sans âme, une équipe sans harmonie, une équipe en déroute, comme l'Afrique, son continent d'ailleurs...

Il faudra songer à proposer des séminaires d'éducation civique aux joueurs qui se lancent dans des compétitions internationales. Ils doivent savoir que ce sont des ambassadeurs de leurs pays, de leur peuple et qu'ils doivent rester dignes dans n'importe quelle circonstance. Nous osons espérer que nous n'assisterons plus à ces genres de spectacles avec le reste de nos représentants dans des rencontres à venir.

 

Coup de tête d'Assou Ekoto à Moukandjo

 

Lumbamba Kanyiki

Posté par lumbamba à 11:57 - - Commentaires [4] - Permalien [#]


RDC : la Grande Bretagne plaide pour un calendrier électoral « complet »

 

Rond-point Kimpwanza Kinshasa

Des banderoles des candidats pour les élections de 2011 en RDC au rond point Kimpwanza à Kinshasa. Radio Okapi/ Ph. John Bompengo

La Grande Bretagne plaide pour l’élaboration d’un calendrier électoral complet en République démocratique du Congo, incluant la présidentielle en 2016. L’ambassadrice Diane Corner a donné la position de son pays, mercredi 18 juin à Kinshasa, lors de la célébration de l’anniversaire de naissance de la reine Elisabeth.

Dans son discours lu pour cette circonstance, Diane Corner a indiqué que la politique de la Grande Bretagne consiste à appuyer la RDC pour sa stabilité politique et son développement.

« Nous œuvrons pour une RDC stable et prospère. C’est la raison pour laquelle nous appuyons fortement, avec les autres membres de l’Union européenne, le renforcement de la démocratie dans ce pays. Dans ce cadre, nous aimerions qu’il soit tracé un calendrier électoral complet incluant la présidentielle en 2016 », a affirmé la diplomate britannique.

Diane Corner a souligné que son pays voudrait « appuyer des élections libres, transparentes et crédibles ».

Le 13 juin dernier, la mission de suivi électoral de l’Union européenne en RDC avait encouragé la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) à publier un calendrier électoral complet, consensuel et assorti d’un budget détaillé.

Quelques jours plus tôt, les envoyés spéciaux de la communauté internationale pour les Grands Lacs avaient formulé la même recommandation à la Ceni.

Après avoir déposé le 8 juin dernier son rapport annuel, le président de la Ceni, Apollinaire Malumalu a  rappelé que «l’établissement du calendrier relève des prérogatives de la Ceni. Et il en est ainsi partout au monde ».

Pour l’heure, la Ceni n’a publié que le calendrier des élections urbaines, locales et municipales qui se tiendront en 2015. Elle doit aussi organiser les législatives et la présidentielle, l’élection des députés provinciaux et des gouverneurs.

Posté par lumbamba à 10:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 juin 2014

Lettre ouverte de l’Asadho à Malumalu


« Plus de morts liées aux élections en RDCongo »

Monsieur le Président ;
L’Association Africaine de défense des  Droits de l’Homme, ASADHO en sigle, vous adresse la présente pour vous faire part de ses préoccupations au sujet du processus électoral de 2013 à 2016 dont la mise en œuvre est confiée à la Commission Electorale Nationale In dépendante (CENI).

Après votre désignation comme Président de la CENI, en juin 201 3 les contestations ont fusé de toutes parts, voire 4e vos propres pairs de la Conférence Episcopale Nationale du Congo. Contre toute attente, vous avez rejeté lesdites contestations pour rester à la tête de la CENI, alors qu’en votre qualité de prêtre et pour des raisons d’éthique, vous auriez dû vous retirer, car n’ayant pas la confiance de toutes les parties prenantes au processus électoral. Nous osons croire que vous restez au poste de président de la CENI non pas pour satisfaire vos ambitions personnelles, ni celles d’un homme politique quelconque ou d’un groupe politique, mais pour servir à l’organisation des élections transparentes, justes et apaisées, dont notre peuple a grandement besoin.
L’ASADHO relève que les contestations qui se poursuivent contre votre présence à la tète de la CENI ne sont pas de nature à créer et à renforcer la confiance dont vous avez besoin pour organiser des élections différentes de celles organisées par le pasteur NGOY MULUNDA en novembre 2011.
En plus, le calendrier électoral publié par la CENI le 26 mai 2014 ne fait qu’aggraver la crise de confiance entre la CENI, certains partis politiques, organisations de la Société Civile et la Communauté internationale. Ces contestations sont justifiées par le fait que votre calendrier électoral n’est pas le fruit d’un consensus entre les parties prenantes et il s’aligne sur certains propos tenus par le Président de la République, Monsieur Joseph KABILA lors de son discours fait devant l’Assemblée Nationale et le Senat réuni en Congres, en date du 23 octobre 2013. A cette occasion, le Président de la République avait dit notamment que « S’agissant des élections, je recommande à la CENI d’envisager, dès ce jour, la présentation au Parlement, dans le meilleur délai, du calendrier électoral et de poursuivre le cycle électoral en vue de procéder avec diligence, à l’organisation des élections locales, municipales, provinciales et sénatoriales.
J’invite par ailleurs les deux chambres de notre Parlement ainsi que le gouvernement à mener une réflexion prospective sur le mode de scrutin proportionnel. Il y a lieu également d’entrevoir les modalités pratiques d’organiser les élections provinciales au suffrage universel indirect, afin de minimiser le coût des opérations électorales ».
Cet alignement de la CENI sur les propos du Président de la République ne peut que permettre à une organisation comme ASADHO et autres forces politiques et sociales démocratiques de mettre en doute l’indépendance de votre institution.
L’Analyse de votre Calendrier électoral faite par les organisations de la société civile, lors de leur réunion tenue le 02 juin 2014 à Kinshasa, a révélé plusieurs points négatifs dont:

1. Le manque de consensus au sujet du calendrier électoral;
2. L’élection présidentielle n’est pas prise en compte dans le calendrier publié;
3. Le risque de dépassement du délai en ce qui concerne l’organisation de l’élection présidentielle;
4. Le risque de modifier la constitution en portant atteinte aux dispositions verrouillées, sans consentement de notre peuple.
Tous ces éléments auront pour conséquence la contestation du processus et par la suite des résultats des élections qui seront organisées dans ce climat de crise de confiance.
En 2011, le manque de transparence du fichier électoral et du processus, la non prise en compte des réclamations faites à ce sujet et la fraude généralisée cautionnée par la CENI ont conduit à la répression des manifestations pacifiques, â l’arrestation et la détention irrégulière mais aussi à la mort de plusieurs congolais.
L’entêtement du Pasteur NGOY MULUNDA et son refus de tenir compte des avis d’autres forces politiques et sociales ont conduit à la mort de plusieurs congolais tant à Kinshasa qu’en provinces.
Nous attirons votre attention sur le fait que le climat d’intolérance et de témérité qui avait caractérisé le processus conduit par le Pasteur NGOY MULUNDA est en train de s’installer petit à petit dans le processus que vous pilotez. Cela ne peut conduire qu’à l’organisation des élections non fiables et qui ne vont pas participer à la consolidation de notre jeune démocratie et de la cohésion nationale.
Concernant vous- mêmes, il n’est pas superflu de rappeler les circonstances cavalières dans lesquelles vous aviez, en 2006, alors Président de la CEI, procédé à la publication des résultats du premier tour de l’élection présidentielle et les affrontements armés qui s’en étaient suivis, à Kinshasa, avec le nombre de morts très importants.
Les Congolais morts à cause des élections mal organisées sont déjà très nombreux, nous n’en voulons pas d’autres pour les élections de 2013 à 2016. « Plus de morts liées aux élections » doit devenir un des objectifs que la CENI devra poursuivre, en dehors de ses missions légales.

Pour nous, la seule manière d’éviter des atteintes à la vie à cause des élections est de « conduire le processus électoral de manière transparente, participative et inclusive
». Pour y arriver, la CENI devra démontrer qu’elle est vraiment indépendante vis-à-vis de toutes les forces politiques et sociales en présence, y compris les forces politiques et sociales qui soutiennent le Président Joseph KABILA. C’est à ce prix que vous vous rendrez crédible et que le processus électoral que vous pilotez renforcera la paix et la stabilité de la RDCongo.

L’ASADHO attire encore votre attention sur le fait que si vous ne rendez pas le processus électoral transparent, participatif et inclusif, vous serez tenu comptable de la mort de tout Congolais qui perdra la vie dans le cadre de toute contestation liée aux élections que vous allez organiser.

Pour finir, nous vous disons que la confiance se mérite et il est temps de donner la preuve aux Congolais et aux partenaires de notre pays que vous êtes digne de confiance.
Veuillez recevoir, Monsieur le Président, l’expression de nos sentiments de parfaite considération.

Me Jean Claude KATENDE
Président National

Posté par lumbamba à 16:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Que pense Hillary Clinton de Kabila et son gouvernement? Waouh ! Hillary arrive

Les Mémoires de femmes (ou d'hommes) d'État, surtout lorsqu'ils sont destinés à servir d'outil promotionnel pour leur auteur, ne sont recommandables qu'aux insomniaques. Ceux que Hillary Rodham Clinton, probable future candidate à la présidence des États-Unis, vient de publier à grand renfort de publicité n'échappent pas à la règle.

De ses 1 471 jours à la tête de la diplomatie américaine, l'ex-première dame a tiré un pavé de 720 pages, soit quasiment une page par séquence de quarante-huit heures passées à la tête du département d'État : autant dire qu'elle ne nous épargne rien (Le Temps des décisions, Fayard, 2014).

L'exercice serait fastidieux s'il n'y avait, çà et là, quelques gourmandises pimentées d'autant plus délectables qu'elles surviennent sous la plume de celle qui a de bonnes chances d'accéder, début 2017, au bureau ovale de la Maison Blanche. Survolons avec elle l'Afrique (expédiée en une trentaine de pages) et arrêtons-nous en RD Congo, où Mme Clinton a vu, lors d'un séjour en 2009, "ce qu'il y a de pire dans l'humanité". Viols, meurtres, "gouvernement incapable et corrompu".

Quant à Joseph Kabila, ce président "distrait et incapable de se concentrer, manifestement dépassé par les problèmes que connaît son pays" (sic), le voici rhabillé pour la saison des pluies. À l'aube des révolutions arabes, qu'elle a vécues de près, Hillary dresse au vitriol (et a posteriori) le portrait d'une brochette de raïs au bord du gouffre : Ben Ali ? "Dictateur impitoyable, répressif et corrompu" vacillant sous les coups de "la face obscure de la Tunisie", celle de la "pauvreté" et du "désespoir". Kadhafi ? "Excentrique, cruel, imprévisible, glaçant d'effroi, fasciste." Saleh le Yéménite ? "Dictateur corrompu" devant lequel, pourtant, il faut bien "se pincer le nez", car il est "résolu à combattre Al-Qaïda".

Rendu fou par les filouteries de Benyamin Netanyahou, Barack Obama le laisse volontairement poireauter pendant une heure dans un salon d'attente de la Maison Blanche.

Valent le détour aussi les quelques pages consacrées par l'ex-secrétaire d'État aux tentatives de sauvetage du soldat Moubarak, désespérément autiste dès qu'on lui enjoint d'écarter son fils de sa succession et la scène où Barack Obama, rendu fou par les filouteries de Benyamin Netanyahou, laisse volontairement poireauter le Premier ministre israélien pendant une heure dans un salon d'attente de la Maison Blanche.

Ou encore, le repas pantagruélique offert à Mme Clinton, sous la tente, par le roi Abdallah d'Arabie saoudite, lequel fait augmenter le son de la télévision pour que nul ne puisse capter la conversation, tout en gardant les yeux rivés sur l'écran, où défilent matchs de foot et courses de VTT.

On gardera pour la bonne bouche, enfin, la description amusée que Mme Clinton fait de la guéguerre des ego qui a précédé l'intervention occidentale contre le régime Kadhafi, en 2011. Entre un Nicolas Sarkozy, "personnalité dynamique, d'une énergie exubérante, qui adore être au centre de l'action", un Bernard-Henri Lévy, "chemise ouverte presque jusqu'au nombril", un Sergueï Lavrov "à la fourberie consommée", un Silvio Berlusconi "furieux de s'être fait voler la vedette par Sarkozy" et qui revendique la direction des opérations au nom du passé colonial libyen de l'Italie, le casting a quelque chose de comique.

L'épouse de Bill, qui observe ce théâtre de Guignol avec une sorte de condescendance amusée, balaie le dernier acte à sa manière. "Par devant, par le côté et dans toutes les directions possibles", dit-elle, ce sont les Américains qui, en définitive, ont tout fait. En Libye, comme partout ailleurs. Cela s'appelle de l'hubris. Et cela promet.


Lire l'article sur Jeuneafrique.com : Éditorial | Waouh ! Hillary arrive | Jeuneafrique.com - le premier site d'information et d'actualité sur l'Afrique

Posté par lumbamba à 10:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Kasaï-Oriental : détournements des fonds publics à Kabinda

L’Assemblée provinciale du Kasaï-Oriental demande des poursuites judiciaires contre tout responsable du district de Kabinda, impliqué dans le détournement des fonds de rétrocession pour l’exercice 2013-2014.

Les élus du Kasaï-Oriental ont levé cette option lundi 16 juin au cours de leur plénière axée sur l’examen des rapports des commissions des contrôles parlementaires, menés dans la province.

La commission des contrôles parlementaires a enquêté sur la gestion des fonds de la rétrocession dans 12 entités territoriales décentralisées et les patrimoines des entités territoriales décentralisées.

Selon le rapport parlementaire, plus de 3 millions de dollars américains ont été détournés dans le district de Kabinda, où la gestion des fonds de rétrocession n’est pas traçable.

Les commissions des contrôles ont découvert des écarts entre les fonds décaissés et ceux déclarés par les entités territoriales décentralisées, à l’exception du secteur de Nvunayi.

Dans la cité de Kabinda par exemple, aucune recette locale n’a été réalisée pendant 16 mois comme dans le secteur de Lufubu Lomami, affirme ce rapport. Ce que rejette la chef de cité de Kabinda.

Les députés indiquent cependant que quelques responsables des entités territoires décentralisées ont préféré prendre le large pour ne pas se présenter devant la commission d’enquête.

L’Avenir/Radiookapi

 

Posté par lumbamba à 09:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Mbuji-Mayi – Bientôt la construction d’un marché moderne dans la commune de Diulu

By

image

Le ministre provincial des affaires foncières, urbanisme et habitat, sport et loisirs au Kasaï oriental, Eddy Badibanga Konku a annoncé le weekend à la presse, la construction d’un marché de type moderne dans la ville de Mbuji-Mayi.
Selon le ministre, cet ouvrage sera construit à l’emplacement actuel du marché appelé Congo, dans la commune de Diulu.
Les travaux de construction du marché moderne seront entièrement financés par le gouvernement provincial, pour un coût et une durée qui n’ont pas été donnés. Aussi, le gouvernement provincial envisage-t-il de déloger près de soixante six familles qui logent dans l’enceinte du marché. Une commission d’étude de faisabilité est mise en place pour évaluer le coût des travaux.

Vers la construction d’un centre d’excellence à l’UOM

De son coté, l’Université officielle de Mbuji-Mayi (UOM) a annoncé la construction dans les prochains jours, d’un centre d’excellence dont le coût est évalué à 193 mille 608 dollars américains, a-ton appris des sources universitaires. Cette construction entre dans le cadre de l’exécution du Programme de renforcement des capacités des agents de l’administration publique (PROREC), 2011-2015, avec l’appui de la banque mondiale. La source confirme que ces travaux seront exécutés par l’entreprise ERDY S.P.R.L et dureront cinq mois.

Des nouvelles stratégies sécuritaires pour la commune de la Muya

Sur un autre registre, l’adjoint au maire de la ville de Mbuji-Mayi, Raphaël Nsapidi Mukonkole, a appelé les chefs des quartiers et cellule de la commune de la Muya, à associer la population de leurs juridictions respectives à la campagne de dénonciation des bandits à mains armées qui sèment la panique et la désolation dans cette partie du chef-lieu de la province du Kasaï Oriental. Pour l’autorité urbaine, associer la population dans cette campagne passe pour une solution dans le cadre de la sécurisation de la population, étant donné que la plupart de bandits se recrutent dans les différents quartiers résidentiels, ont appris nos reports à la commune de la Muya. Face au découragement de la population civile qui est souvent menacée par les malfrats qu’elle a dénoncée et qui sont relâchés souvent sans jugement, le maire demande à ses administrés de continuer à dénoncer auprès des services de sécurité, tous les suspects pour leur propre protection. Les chefs des quartiers regrettent l’arrivée tardive des policiers appelés à la rescousse lors des attaques nocturnes dans leurs entités, ainsi que l’absence des sous-commissariats de la police dans certaines entités.

Archi-Kan

Posté par lumbamba à 00:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 juin 2014

RDC : Etienne Tshisekedi se porte bien, assure l’UDPS

 
Etienne Tshisekedi, candidat de l’UDPS à la présidentielle de 2011 en RDC, au dessus d’une jeep décapotable le 26/11/2011 devant l’aéroport international de N’djili à Kinshasa. Radio okapi/ Ph. John BompengoEtienne Tshisekedi, candidat de l’UDPS à la présidentielle de 2011 en RDC, au dessus d’une jeep décapotable le 26/11/2011 devant l’aéroport international de N’djili à Kinshasa. Radio okapi/ Ph. John Bompengo

Le président de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), Etienne Tshisekedi, se porte bien. Son directeur de cabinet, Abbé Théodore Tshilumba, l’a affirmé lundi 17 juin au cours d’un entretien avec Radio Okapi.

Interviewé à son tour sur la même question, le secrétaire général de ce parti de l’opposition, Bruno Mavungu, a confirmé cette information :

« L’UDPS se porte très bien et son président va aussi bien ».

Concernant des allégations sur son transfert à l’hôpital général de référence de Monkole, Bruno Mavungu rassure :

« Le président se trouve chez lui [à Limete]».

Le secrétaire général de l’UDPS a néanmoins reconnu qu’Etienne Tshisekedi a eu « un malaise à ne pas dramatiser ».

Selon RFI, Etienne Tshisekedi serait hospitalisé depuis le 20 mai dernier suite à un accident vasculaire cérébral. Une maladie qui le priverait, pour l’instant, de l’usage de ses jambes.

Pour Bruno Mavungu, ceux qui propagent ces informations cherchent tout simplement à « nuire » à l’UDPS. Il affirme que lui-même voit régulièrement Etienne Tshisekedi, « chaque fois que cela s’avère nécessaire ».

Succession d’Etienne Tshisekedi

S’agissant de la succession à la tête de son parti en cas d’empêchement avéré, le secrétaire général de l’UDPS indique qu’il n’y a pas vacance à la présidence de son parti.

« Je dois vous dire qu’on ne prépare pas la succession aujourd’hui, parce que ce n’est pas un point à l’ordre du jour », a affirmé Bruno Mavungu, qui a souligné :

« Etienne Tshisekedi est bel et bien là. Il est le président de l’UDPS ».

Le secrétaire général de l’UDPS indique toutefois que le statut de son parti « n’est pas muet à ce sujet ».

« Nous savons qu’il peut arriver que quelqu’un soit indisponible. Le statut prévoit que le président de la convention démocratique, le président de la commission permanente de la commission électorale et le secrétaire général dirigent de la manière collégiale la transition jusqu’aux élections », a précisé Bruno Mavungu.

La dernière apparition en public du leader maximo a eu lieu le 9 décembre 2013. C’était lors des obsèques nationales du chanteur Tabu Ley Rochereau, au Palais du peuple de Kinshasa.

Il n’a pas quitté la RDC depuis plus d’une année. Son dernier voyage date de février 2013 lorsqu’il s’était rendu en Afrique du Sud. En janvier 2014, Etienne Tshisekedi devrait se rendre en France. Il avait même obtenu un visa mais le voyage avait été annulé « faute de moyens », d’après ses proches.

radiookapi.net

 

Posté par lumbamba à 20:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Dans un mémo adressé aux envoyés spéciaux : La DC réclame la libération de Diomi Ndongala

La Démocratie Chrétienne (DC), Parti Cher à Eugène Diomi Ndongala a adressé, tout dernièrement, un Mémo aux Envoyés spéciaux dans les Grands Lacs, dans lequel il réclame la libération de son leader emprisonné au CPRK, ex prison de Makala,

pour une affaire de ‘‘viol de mineures’’. La DC en a profité pour parler de la nécessité d’organiser, en priorité, des élections provinciales, législatives et présidentielle couplées.

Après la publication  par la Commission  Electorale Nationale Indépendante du calendrier des élections municipales, urbaines et locales, plusieurs partis politiques ont saisi  cette occasion pour exprimer leur point de vue.

C’est le cas de la Démocratie Chrétienne, Parti cher à l’Opposant  Eugène Diomi Ndongala qui, depuis quelques temps, se trouve à la prison de Makala.

En effet, la Démocratie Chrétienne, par l’entremise de son Porte-parole et Secrétariat Général, Pierrot Mampulu Kayenga, a écrit un mémorandum aux envoyés spéciaux des Nations Unies, de l’Union Européenne et des Etats-Unis d’Amérique dans la région des grands lacs.

Ce mémo a été rendu public, le 03 juin 2014, lors d’une déclaration politique.    

Repartis en trois thèmes, la DC a présenté, d’abord,  une vue générale de la situation politique en RDC, ensuite, le processus électoral 2013-2016 et, enfin, il a plaidé pour la libération du Président Eugène Diomi Ndongala incarcéré à Makala.

Parlant du processus électoral 2013-2016, la Démocratie Chrétienne indique dans son mémo qu’il est difficile, non seulement, d’organiser les élections locales régulières d’ici 2015 et, aussi, celles de 2016 à cause de l’inexistence effective, sur le plan légal, des entités administratives qui, d’ailleurs, ne sont pas encore en place. Il s’appuie sur la décentralisation administrative qui ne pas, jusqu’ici, concrétisé comme prévu par la Constitution actuellement en vigueur.

Ce Parti a fait remarquer que la feuille de route de la CENI,  déposée le 30 janvier 2014 à l’Assemblée Nationale, démontre que le processus électoral 2013-2016 accuse un grand retard selon les évaluations  des structures techniques de la société civile.

S’agissant des élections, le Parti a indiqué, dans le mémo, que les indicateurs  démontrent qu’il y a impossibilité d’organiser les élections locales et provinciales dans les meilleures conditions avant 2016.

 En outre, la Démocratie Chrétienne signale  que depuis la tenue des Concertations nationales, la République Démocratique du Congo vit dans une situation de léthargie politique caractérisée par l’inapplication des résolutions de ce forum.

De ce point de vue, ont fait valoir la recommandation des participants à ce forum, la nécessité de libérer les prisonniers de la RDC avant toute autre démarche  pour la décrispation de la politique nationale et de relance du processus de démocratisation,  manifestement en panne au Congo.

La DC estime que depuis octobre 2013, malgré les assurances au sommet du pays, seulement quelques applications de ces engagements ont été concrétisées.  Les militants de ce Parti, dans leur mémo, ont réclamé  la libération immédiate de  leur  leader qui, selon eux, fait l’objet d’un harcèlement politico- judiciaire depuis des longues dates et  proposent l’organisation prioritaire des élections provinciales, législatives et présidentielle couplées ou échelonnées en 2015- 2016.   

Christine Ngalula

Posté par lumbamba à 10:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Communiqué nécrologique: Le pasteur Simon Pierre Tshitungu vient de perdre sa mère

Le pasteur Simon Pierre Tshitungu a la profonde douleur d'annoncer le décès de sa mère Mamu Marie Kapinga Tshitungu. Elle est morte dans la nuit du vendredi à samedi vers 1 heure du matin à Thonon, au sud de la France où elle résidait. Elle souffrait des complications respiratoires. La maman venait de fêter ses 84ans fin mai dernier.
Voici le programme des funérailles:
1/ Le jeudi 19 Juin 2014 à 18 heures: dernier hommage au corps du défunt à la morgue de Thonon.
.2/ Le vendredi 20 Juin de 10 heures à 11 heures: Culte à l´église catholique Saint François de Douvaine
( croisement route de Douvaine / chemin d´ Afforêt ).
3/ Le même vendredi à 11 heures 30: inhumation du corps de Mamu muledi Marie Kapinga Tshitungu au
cimetière de Douvaine ( il n´y a qu´un seul cimetière à Douvaine, en cas de besoin, se renseigner ).
4/ De retour du cimetière, cocktail à la résidence de Theddy Mukendi Kabongo ( croisement route de
Thonon / route de belle bouche No. 2 / CH - 1246  Corsier  -  Genève.
Le pasteur Simon Pierre Tshitungu se rendra à Genève pour les funerailles le mercredi 18. 06. 2014, et les autres membres de la famille arriveront à Genève le jeudi 19. 06. 2014. Après l'enterrement, la famille d´Allemagne retournera à Hagen le samedi 21 ou le dimanche 22 juin. Une soirée pour clôturer le deuil à Hagen sera organisée entre le vendredi 27 et le samedi 28 juin au lieu du culte de l´assemblée CITÉ BETHEL de Hagen.
Les contacts en suite:Theddy: ( fixe ) 004122/9200900 ( portable ) 0041/797315709
Fifi: ( fixe ) 0041227404994  ( portable ) 0041788799531.
À Kinshasa, le deuil se tient chez Godé Kanku sur rue Escorte Présidentielle à Mbinza Ozone, tel: 00243999948715.
Prière de nous aider à faire large diffusion de cette information SVP.
Simon Pierre Tshitungu/Kasai Direct

Posté par lumbamba à 10:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]