Au centre (cravate rouge), le Président Joseph Kabila saluant l'étendard ce 30/06/2011 à Lubumbashi, lors du défilé marquant le 51ème anniversaire de l'indépendance de la RDC. Radio Okapi/ Ph. Cathy KongoloAu centre (cravate rouge), le Président Joseph Kabila saluant l'étendard ce 30/06/2011 à Lubumbashi, lors du défilé marquant le 51ème anniversaire de l'indépendance de la RDC. Radio Okapi/ Ph. Cathy Kongolo

La majorité présidentielle et l’opposition ne partagent pas les mêmes avis sur le bilan de 54 ans de l’indépendance de la RDC. La famille politique du chef de l’Etat estime que le pays est globalement sur la bonne malgré des difficultés dans son parcours. Le porte-parole de majorité présidentielle, Luzanga Shamandevu, l’a affirmé, dimanche 29 juin, dans un entretien accordé à Radio Okapi:

«La stabilité que nous avons dans les domaines économiques et politiques sont des raisons de croire que demain ca ira bien. Si aujourd’hui ca va, nous devons fournir des efforts pour que ca aillent mieux dans l’avenir. Les signaux sont au vert. Les villes vont bientôt se relier les unes aux autres par le travail qui se fait par la détermination du gouvernement. Nous allons certainement améliorer le budget pour que le social revienne au premier plan pour nos populations».

 
Clément Kanku, président du Mouvement pour le renouveau, Kinshasa 15 mars 2011Clément Kanku, président du Mouvement pour le renouveau, Kinshasa 15 mars 2011

Une analyse que ne partage pas du tout l’opposition qui, même si elle souhaite un avenir radieux à la RDC, parle de mauvaise gouvernance et d’une certaine dépendance du pays de la communauté internationale.

«54 ans après, la RDC dépend grandement de la communauté internationale. Où est passée cette indépendance. Si vous demandez aux Congolais qui étaient actifs en 1960, ils vous diront qu’ils vivaient mieux que maintenant», a indiqué le député national Clément Kanku Bukasa wa Tshibuabua.

Pour ce député élu du territoire de Dibaya (Kasaï-Occidental), la situation de la RDC a régressé sur tous les plans, même si il ne précise les secteurs dont il fait allusion.

Lire aussi: 30 juin : la société civile du Nord-Kivu fête dans la méditation

Clément kanku a par ailleurs invité les acteurs politiques à privilégier la bonne gouvernance pour permettre à la RDC d’entamer son décollage.

«Comment se fait-il que le pays que Dieu a tout donné puisse manquer l’eau et l’électricité», s’est-il interrogé pour conclure.

radiookapi.net