L’opposition congolaise et le président de la CENI se regardent désormais en chiens de faïence. Réconfortée par la prise de position de la communauté internationale, qui a jugé à l’unanimité via ses envoyés spéciaux, le calendrier électoral publié par

la CENI biaisé, l’opposition congolaise continue d’accentuer la pression pour obtenir la tête du président de cette institution d’appui à la démocratie, Apollinaire Malumalu.
 
Pendant que les députés Bembistes qui gardent un mauvais souvenir de l’abbé Malumalu, transporté autrefois dans un char pour publier les résultats du premier tour de la présidentielle de 2006 opposant leur leader, Jean Pierre Bemba, à Joseph Kabila ,s’apprêtent à saisir le Conseil de Sécurité contre le prêtre catholique , une frange des chefs des partis et regroupements politiques ainsi que les dirigeants des organisations de la société civile ont déposé une plainte chez le Procureur Général de la République à travers leur avocat conseil , maitre Kabengele.
 
Bruno Mavungu de l’UDPS, Ewanga de l’UNC, Fayulu de l’Ecidé, Christopher Ngoyi de la société civile ... ont répondu au présent rendez-vous.
Les plaignants demandent au Procureur General de la République d’ouvrir une instruction judicaire à charge de l’abbé Malumalu, et après l’avoir entendu, de le placer sous mandat d’arrêt provisoire. Selon eux, sa dangerosité risque de compromettre, tous les efforts de démocratisation du pays que le peuple congolais est en train de consentir.
Se confiant au journal Le Phare, Martin Fayulu, président de l’ECIDé et coordonateur des FAC, a fait savoir que le président de la Conférence Episcopale de la RDC et l’évêque de Butembo ont été tenus informés du désaveu de l’abbé Malumalu à la tête de la CENI par les forces politiques et sociales acquises au changement.
Des copies de cette plainte ont été réservées au président des deux chambres du Parlement, au Premier président de la Cour Suprême de Justice faisant office de la Cour de Cassation et au président de la CENI, Apollinaire Malumalu.
ERIC WEMBA