Décès d’un bébé dans un cachot après 4 jours de détention : La justice tergiverse pour sanctionner les criminels


 
La justice congolaise traîne les pieds pour se pencher, en urgence, sur le dossier du décès d’un bébé, à Matadi-Kibala, après quatre jours de détention dans commissariat de la police, accompagné de son papa reproché d’avoir commis un forfait.

Le drame s’est produit le 15 avril 2014 dans un cachot du sous Commissariat de Matadi-Kibala, un quartier situé dans la périphérie de Kinshasa.
Tout est parti d’un petit problème d’achat d’une chaise en plastique. Me Mandiangu Lukaku, père de Bukaka Vainqueur, le bébé d’un an de sexe féminin qui est décédé, avait négocié l’achat d’une chaise en plastique qui était malheureusement volée.
Quelques jours plus tard, le propriétaire de la chaise volée, un certain Trésor, est venu réclamer la restitution de son bien auprès de M. Mandiangu. Ce qui fut fait. Le dossier n’était pas clos pour autant car quelques temps après, Trésor est revenu auprès de Mandiangu, accompagné d’un groupe d’agents en tenue civile et quelques éléments en tenue officiel des policiers.
Ces derniers l’ont cueilli alors qu’il venait d’acheter de la nourriture pour son bébé qu’il portait à l’épaule. Violenté puis jeté dans un véhicule pendant que Trésor avait récupéré l’enfant, Mandiangu a été conduit au Sous Ciat de Matadi-Kibala où il fût mis au cachot avec son bébé âgé d’une année.
 
Quatre jours plus tard, privé d’eau et de nourriture, le bébé rendra l’âme, rongé par l’inanition.
Son: père Mandiangu et d’autres codétenus avaient beau crié auprès des policiers de cachot, ces derniers ont fait la sourde oreille. Les instructions du commandant du Sous/Ciat, le major Didier Ewango, devraient être appliquées à la lettre. Lui-même ne voulait pas entendre parler d’une quelconque mise en liberté provisoire.
 
L’enfant mort, le major a décidé de ramener le corps à la morgue de Kasangulu au Bas-Congo tandis que le papa Mandiangu croupissait encore au cachot, la poitrine mouillée de larmes. Jusqu’à ce jour, le corps se trouve encore à la morgue tandis que le papa a été transféré à 3h du matin au CPRK (Centre pénitentiaire et de rééducation de Kinshasa/ Ex prison de Makala).
Aujourd’hui, deux mois plus tard, l’enfant n’est pas encore enterré.
 
Intervention de Molière Tv
 
Molière Tv a tout fait non seulement pour porter la nouvelle à la connaissance du public mais également pour accompagner la famille éplorée de Mandiangu auprès de la justice militaire, la plupart de fois à ses frais.
 
Le patron de la Chaîne de télévision déplore la lenteur judiciaire visant à se pencher sur le dossier. Toutefois, il est décidé à tout mettre en œuvre pour que le major Ewango et son équipe en fuite répondent de leurs actes. Il a réussi dans un premier temps à arracher la liberté provisoire de Mandiangu qui doit enterrer sa fille.
La mort de Bukaka Vainqueur a créé la panique. Le major Ewango est désarçonné. Ses acolytes du Sous Ciat ont pris la poudre d’escampette. Trésor, le plaignant, a disparu dans la nature. Son chef de quartier qui l’appuyait dans cette entreprise a fui. Molière Tv se sent menacé tandis que la justice militaire qui traite l’affaire tergiverse.
Une fois encore, l’occasion est donnée à la justice de faire son travail et dédommager la famille Mandiangu. N’est-ce pas que la justice élève une nation?
G.O.