Les homes des étudiants de l’Université de Kinshasa (UNIKIN) sont en état d’insalubrité sévère. Depuis plusieurs années ces établissements n’ont jamais été réfectionnées.

Les murs sont rongés par des moisissures causées par l’humidité, la tuyauterie de l’eau n’étant plus fonctionnelle. On remarque également le détérioration et la vétusté des installations électriques. Quant aux latrines et douches, elles se trouvent dans un état d’insalubrité totale. Presque toutes s’avèrent inutilisables.
Le constat ne s’arrête pas là. Dans certaines chambres les eaux malpropres dégagent des odeurs nauséabondes.
 
Les vitres des fenêtres sont cassées pratiquement dans toutes les chambres, ce qui fait que certaines étudiants qui ne supporte pas le froid dorment dans les couloirs. Pendant la saison des pluies, les eaux des précipitations pénètrent parfois dans les chambres.
Ce qui étonne c’est que malgré cette situation déplorable, les cellules de gestions de ces homes continuent à loger les étudiants, alors que les conditions de vie ne sont pas réunies. Une situation que les étudiants déplorent.
C’est pour pallier cette situation, qui ne semble pas préoccuper les autorités académiques, que les étudiants sollicitent l’intervention du gouvernement pour la réhabilitation le plus vite possible de ces logements. “S’il faut inviter les autorités gouvernementales et les gestionnaires de cette université à s’impliquer d’avantage dans cette affaire, nous devons interpeller la conscience, tout comme le savoir faire et le bon sens de ceux qui logent dans ces bâtiments “, déclare une étudiante logée au home 150. Ce bâtiment a connu il y’a quelques années déjà un incendie, mais n’a jamais été réhabilité jusqu’à ce jour. Les étudiantes n’utilisent que la partie non incendiée de cette habitation.
CARROLL MADIYA