Les femmes de la RD Congo célèbrent la journée internationale de la femme ce 8 mars 2011 à Goma.Les femmes de la RD Congo célèbrent la journée internationale de la femme ce 8 mars 2011 à Goma.

L’Association sans but lucratif (ASBL) dénommée «Tribune des femmes politiques de l’opposition (TFPO)» a présenté officiellement ses structures nationales et provinciales, mercredi 23 janvier, lors d’une cérémonie à Kinshasa. Cette association attend mettre ensemble toutes les femmes de l’opposition politique congolaise pour répondre aux questions d’intérêt commun.

Les femmes politiques congolaises de l’opposition réunies au sein de la TFPO s’engagent à œuvrer pour l’alternance féminine au pouvoir en RDC, selon la secrétaire exécutive nationale de cette association, Fifi Osambia, cadre du Mouvement de libération du Congo (MLC), un parti de l’opposition.

Fifi Osambia a souligné qu’il est « plus que temps pour que la femme, surtout celle de l’opposition, apporte un leadership féminin capable de fournir des solutions aux problèmes qui rongent la RDC ».

«Prenez l’exemple de tous les pays scandinaves ou bien les pays qui sont dirigés par une femme, vous remarquerez que le social de ces peuples est très élevé. Simplement parce que ces femmes-là mettent aussi à profit leur sensibilité de femme. Et pourquoi pas essayer cet exemple en RDC ? Nous savons que ce n’est pas  facile, mais c’est une lutte», explique-t-il.

Cette initiative a été saluée par les participants à cette cérémonie et par la ministre provinciale du Genre, Education et porte-parole du gouvernement provincial de Kinshasa, Thérèse Olenga.

«La femme a un plus à apporter, dans le discours, dans l’agir, dans le faire…L’apport le plus important serait que la femme comprenne que nous travaillons pour le Congo», a-t-elle estimé, appelant les femmes se soutenir pour accéder à des postes de prise des décisions. 

Cette association, qui regroupe les femmes issues de plus d’une dizaine de partis politiques de l’opposition, comprend jusque là un secrétariat exécutif national composé de neuf membres et d’un secrétariat provincial situé à Kinshasa. Elle promet  d’étendre ses activités prochainement dans toutes les provinces du pays.

Interrogé au sujet d’une autre association feminine, dénommée « Dynamique des femmes acquises au changement » (Dyfac), Fifi Osambia a indiqué qu’il n’y avait pas de rapport entre les deux regroupements.

Selon elle, la Dyfac « regroupe des femmes politiques de l’opposition ainsi que celles des ONG et associations, tandis que la TFPO regroupe uniquement des femmes membres de l’opposition».

La Dyfac avait notamment organisé un sit-in, lundi 19 décembre, devant l’ambassade des Etats-Unis à Kinshasa pour solliciter une médiation internationale dans la «crise postélectorale en RDC».

radiookapi.net