Lumbala du M23

Les pourparlers de Kampala ont cessé d'eux-mêmes, faute de points sérieux inscrits à l'ordre du jour. Le seul point traité était l'évaluation des accords du 23 mars 2009. La délégation de Kinshasa a justifié le respect des accords du 23 mars 2009 entre le gouvernement et le CNDP. Par contre, elle a regretté l'incompétence et la médiocrité des membres de ce mouvement qui ont été versés dans les institutions publiques et dans l'armée. La proposition de réintégration dans l'armée des officiers du M23 avec leurs grades actualisés a été  rejetée. On ne remercie pas de façon-là ceux qui ont pris des armes contre le Congo. Le M23 continue à exiger qu'on aborde le volet politique. Il réclame entre autre la mise en place d'une transition qui préparerait des nouvelles élections, installerait des nouvelles institutions, organiserait l'armée et la sécurité, etc... Ce que Kinshasa qualifie de vastes blagues.

Le facilitateur ougandais qui faisait le jeu du M23 juge aussi inopportun d'aborder le volet politique tel que le souhaite le M23. "Les pourparlers de Kampala ne constituent pas un forum où on va aborder tous les problèmes de la RDC." A-t-il balayé d'une main. Aux dernières nouvelles, il paraitrait que Roger Lumbala, aux abois, serait en train de chercher la médiation du président Mouseveni.

On voit bien que rien de concret ne justifie la guerre de l'Est du Congo si ce n'est les velléités de balkanisation de la RDC. Le M23 dont les membres sont issus du CNDP qui fait partie de la majorité présidentielle, a cherché à s'approprier les revendications d'Etienne Tshisekedi et des Congolais pour s'attirer leur sympathie. Mais ceux-ci ne sont pas dupes. Etant mis KO débout, nous attendons que le facilitateur demande à cette bande de criminels de jeter les armes et de rentrer chez eux au Rwanda.

Lumbamba Kanyiki