Des déplacés fuyant les affrontements entre FARDC et M23 tentent de trouver refuge dans la ville de Goma (Dimanche 18 novembre 2012)Des déplacés fuyant les affrontements entre FARDC et M23 tentent de trouver refuge dans la ville de Goma (Dimanche 18 novembre 2012)

L’Union européenne (UE) et l’Union africaine (UA) ont réaffirmé, lundi 10 décembre, leur attachement à l’intégrité territoriale et à la souveraineté de la RDC. Elles ont condamné tout soutien extérieur dont bénéficierait la rébellion du M23 et les violations des droits humains dans l’Est de ce pays.

L’Union européenne juge «intolérables» les souffrances infligées aux populations de l’Est de la RDC. Dans une déclaration rendue publique, lundi à Bruxelles, le Conseil des Affaires étrangères de l’UE appelle au respect de la souveraineté et de l’intégrité territoriale de la RDC. Elle rappelle que le soutien extérieur apporté à la rébellion du M23 est inacceptable. Elle demande aux parties concernées, sans les citer, de mettre un terme à ce soutien.

La même déclaration souligne que  l’UE attend les conclusions du Conseil de sécurité des Nations unies sur le soutien extérieur dont bénéficierait le M23.

Elle demande au gouvernement congolais de «favoriser des efforts concrets visant à instaurer  la sécurité et l’Etat de droit dans l’Est de la RDC». L’organisation se dit par ailleurs prête à contribuer activement aux initiatives pour une solution durable à la crise, mais aussi d’apporter son soutien au mécanisme conjoint de vérification (de la  frontière) élargi de la conférence internationale sur la région des Grands Lacs (CIRGL). Ce mécanisme vise notamment à identifier les troupes du M23 ainsi que d’autres groupes armés opérant dans l’Est de la RDC et à contrôler les mouvements à la frontière entre la RDC et le Rwanda

Force neutre

Dans un communiqué rendu public à l’issue de sa rencontre de lundi 10 décembre, le conseil de paix et de sécurité de l’Union Africaine (UA) a aussi réaffirmé l’attachement de l’UA à l’unité, à l’intégrité territoriale et à la souveraineté de la RDC. L’organisation panafricaine a noté avec satisfaction «les avancées enregistrées pour le retour de la paix dans la partie Est de la RDC», notamment la trêve sur la ligne de front et le débuit des pourparlers de Kampale entre le gouvernement congolais et le M23.

Le Conseil s’est félicité de la disponibilité de la RDC d’allouer un montant de 20 millions de dollars en soutien au déploiement de la force internationale neutre.

Il a réaffirmé le soutien de l’UA à la mise en place de cette force, destinée à neutraliser les forces négatives sur terrain. L’UA en appelle aux Etats membres et à la communauté internationale dans son ensemble pour un soutien nécessaire aux efforts déployés à cette fin.

L’Union Africaine a, à cet effet, exprimé son rejet absolu du recours à la rébellion armée pour faire valoir des revendications politiques. A cet égard elle a condamné le M23 pour avoir relancé la rébellion armée dans l’Est de la RDC.

Pour l’organisation, le M23 ne s’est pas encore totalement conformé à l’exigence du retrait de ses forces à une distance de 20 Km de Goma, telle que formulée par les chefs d’Etats de la CIRGL.

Par ailleurs, le Conseil a condamné le recours continu à la violence sexuelle comme moyen de conduite de la guerre dans l’Est de la RDC. Il a demandé ainsi à la Commission africaine des Droits de l’homme et des peuples de se saisir sans délai de cette situation et de lui soumettre un rapport au plus tard le 15 février 2013.

radiookapi.net