Le conseiller particulier de Kabila meurt dans un crash de son avion privé à proximité de l'aéroport de Kavumu à Bukavu. Selon les autorités de Kinshasa, il s'agit de l'erreur humaine. Le pilote qui ne connaissait pas cet aéroport aurait amorcé trop tard son atterrissage. Cet accident nous amène à formuler quelques réflexions.

D'abord, s'il est plus facile de parler de l'erreur humaine,  personne ne parle de l'état de cette piste qui, comme les autres à travers tout le pays, ne correspond pas aux normes requises pour tous les aéroports du monde. On parle surtout du manque des signaux pouvant aider les pilotes à atterrir sans problème. Tous les pilotes qui volent à travers le monde n'ont pas besoin nécessairement de connaître d'avance les pistes où ils vont atterrir! La réhabilitation et l'entretien des infrastructures font défaut au Congo. Le conseiller particulier de l'initiateur des cinq chantiers en a payé le prix.

Ensuite, il est reconnu que les avions congolais ne sont pas entretenus suivant les normes requises, d'où ils sont interdits d'atterrir dans les aéroports européens. Déjà au mois de janvier dernier, un avion s'était écrasé en République Démocratique du Congo qui a battu tous les records des crashs d'avions. L'accident qui a emporté Katumba Mwanke devait faire réfléchir la bande des prédateurs au pouvoir à Kinshasa. Ça n'arrive pas qu'aux autres, aux pauvres!

Continuons notre réflexion. Lorsqu'ils tombent malades, les autorités de Kinshasa, comme tous ceux qui ont des moyens, s'en vont se faire soigner soit en Afrique du Sud, soit en Inde. Mais là, pour les blessés de ce crash que nous déplorons, dont le gouverneur de cette province, ils ont été prises en charge, d'abord, à l'hôpital général de Bukavu avant d'être conduits en Afrique du Sud. Le gouverneur de Bukavu savait-il dans quelles conditions on travaille dans cet hôpital qui comme tous les hôpitaux à travers le pays sont considérés comme des mouroirs?

L'ironie du sort, ce sont les médecins congolais, les cerveaux qui se sont exportés en Afrique du Sud qui soignent les autorités congolaises malades ou accidentés débarquant en Afrique du Sud! Car tout le monde sait que la plupart des médecins qui soignent en Afrique du Sud sont d'origine congolaise!

Bref, Katumba Mwanke, conseiller particulier, a été  pris à son propre piège. Les autres ne seront pas épargnés par les conséquences de leur politique de prédateurs. Qu'ils nous prouvent le contraire!

Lumbamba Kanyiki