La réaction du sénateur Patrice Aimé Sesanga à la lettre de suspension lui adressée le mercredi 20 avril par le secrétaire exécutif adjoint de l'ex-Alliance de la Majorité Présidentielle (AMP) devenu Majorité présidentielle(MP) ne s'est pas fait attendre.

Dans sa réplique à la même dateà cette lettre dans laquelle il est accusé d'indiscipline pour s'être présenté comme candidat à l'élection du gouverneur du Kasaï Occidental face au candidat soutenu par la MP, le sénateur Sesanga a fait part de sa décision de se retirer de la plate-forme présidentielle. Geste qu'il a posé pour s'insurger contre ce qu'il a qualifié de diktat né au sein de la famille politique à la quelle il a jusque-là appartenu. "Il y a des collaborateurs du chef de l'Etat qui veulent réduire les autres au rang des simples spectateurs", a-t-il déploré dans une interview qu'il a accordée à la presse mercredi dernier au Palais du peuple.

A la question de savoir s'il a consulté certaines personnes membres de la MP, avant de se porter candidat, l'honorable Sesanga a répondu par l'affirmatif. "Je ne veux pas tout vous dire ; je ne veux pas citer des noms ; mais tout le monde que j'avais consulté, m'avait encouragé", a confié le sénateur qui par ailleurs, s'est dit surpris à la dernière minute de voir qu'il lui soit demandé de se retirer de la course.

"Ils sont venus me le demander à quelques heures de l'opération de vote. Je ne pouvais pas accéder à cette demande de peur d'être taxé de corrompu par la population. Il y a des collaborateurs du chef de l'Etat qui travaillent pour ternir son image au Kasaï Occidental ; moi je voudrais travailler pour relever cette image", a déclaré le sénateur Sesanga.

Qu'à cela ne tienne, l'honorable Sesanga s'est dit victime des accusations de tout genre au sein de la Majorité présidentielle. " Depuis que j'ai décidé d'être attaché au président de la République, je suis l'objet d'accusations mensongères, parfois, on m'accuse parce que j'ai un fils qui est dans l'opposition. Je me suis expliqué chaque fois, mais j'ai considéré qu'il est aussi possible de servir le chef de l'Etat, même en étant en dehors de la Majorité, a-t-il conclu.

Pour rappel, le sénateur Patrice AiméSesanga, père de Delly Sesanga du MLC, a obtenu 24 voix contre 29 obtenues par Hubert Kabasubabo, lors de l'élection du gouverneur du Kasaï Occidental qui a eu lieu lundi dernier à Kananga chef-lieu de cette province. Kabasubabo, transfuge du RCD d'Azarias Ruberwa a, à l'issue de cette élection, succédé àTrésor Kapuku,lui aussi transfuge du même parti politique.

 

Freddy Longangu (L'Observateur)