La DTP-Dynamique Tshisekedi Président- annoncera, lors d’une conférence de presse prévue cet après-midi, au Centre Béthanie, le nom du coordonnateur de l’organisation. Selon des sources concordantes, c’est Mme Thérèse Pakasa, la dissidente du PALU d’Antoine Gizenga depuis les années 90, qui a été désignée à ce poste. Cette désignation participe à une stratégie qui consiste à fissurer l’électorat gizengiste dans la province du Bandundu, dans une grande partie de l’Est de la ville de Kinshasa et dans les pourtours du Kasaï voisins au Bandundu. Mais avec la discipline légendaire des Gizengistes, ce n’est pas très évident d’atteindre l’effet escompté. En tout état de cause, c’est bonne guerre de la part d’une opposition tshisekediste qui se plaint toujours des débauchages répétés de ses cadres en contrepartie des promesses de poste et autres espèces sonnantes et trébuchantes. Certains se demandent si Pakasa dispose réellement d’une emprise, sur terrain. Ça sera à elle-même de le prouver. Dans un cas comme dans l’autre, Pakasa reste une figure historique de la lutte pro-démocratie.
Cette femme quasi septuagénaire avait le courage d’appeler à une manifestation publique sous la dictature de Mobutu, à la fin des années 80. Son mot d’ordre avait mobilisé des foules du PALU alors que Gizenga vivait encore en exil à Moscou.

La manif fut réprimée avec brutalité Mobutu en fit état dans un meeting populaire, affirmant «soki omoni ndenge wana beta ye kamo» (entendez: devant un. tel spectacle, il faut donner un coup de boule au premier manifestant venu).
Une incitation à la violence de la part d’un Mobutu que d’aucuns cherchent à présenter comme un Chef d’Etat qui avait quand même préservé certaines valeurs. Le point de presse de la DTP donnera également l’occasion à ses animateurs d’annoncer les nouvelles adhésions enregistrées, notamment celle de l’UREC d’Oscar Kashala, de l’ULPD de Symphorien Lobo, de la Fondation Corée-Congo de Me Félix Tshisbasu et de l’ONG de Pinga Yabo. La DTP comprend à ce jour quelques six partis, politiques dont le MLP de Franck Diongo, le RADER du respectable professeur Auguste Mampuya, l’ECIDE de Martin Fayulu, ce député provincial de la ville de Kinshasa qui est devenu le poil à gratter du gouverneur André Kimbuta Yango. Le même Fayulu a été très actif, lors d’une réunion, organisée le 24 mars, à son hôtel, Fadden House entre les responsables de la DTP et l’UNC. Vital Kamerhe lui-même y a pris part en compagnie de son secrétaire général Bertrand Ewanga et de l’élu d’Uvira, Justin Bitakwira. La réunion s’est déroulée loi des cameras, à huis clos. Certaines indiscrétions font état d’une concertation autour d’un compromis sur la candidature unique entre Etienne Tshisekedi et Vital Kamerhe. On savait déjà que les deux hommes s’étaient beaucoup rapprochés depuis la visite de l’ancien speaker de l’Assemblée nationale à la rue Pétunias, dans la commune de Limete. On savait également que Kamerhe a intensément travaillé pour parvenir à la cohésion qui a permis aux opposants de faire chorus à la concertation de Pretoria, en Afrique du Sud, en face des délégués de l’AMP. Il ne reste plus qu’à concrétiser tous ces élans avant que Kamerhe ne se lance à la persuasion du MLC dont la position dépend de Jean Pierre Bemba depuis sa cellule à La Haye.

Matthieu Kepa

 

Publié par Afrique Rédaction